Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 10:52

 

 

 

 

   Proche parent du Pinson des arbres,ce passereau fréquente les forêts de Scandinavie et du nord-est de l'Europe durant la saison de reproduction où il préfère les bois de conifères et de bouleaux. 

Il ne se laisse observer dans notre région que durant les mois d'octobre à avril. 

Le pinson du Nord est exclusivement un visiteur de l'hiver.

Dès l'automne, les pinsons du nord fuient les rigueurs de l'hiver scandinave en direction du sud et se dispersent dans le sud de l'Europe méridionale.

Le nombre d'individus migrant chaque année varie considérablement.

Certaines années, ils sont peu nombreux, alors que d'autres années, on assiste à de véritables "invasions".

Lorsque la nourriture vient à manquer sur leur territoire, et que sa nourriture favorite, les faînes du hêtre sont très importants dans nos régions, les pinsons migrent alors massivement.

Il est reconnaissable grâce à son ventre et son croupion blanc mais avant tout à sa poitrine et à ses épaules d'un joli ton orangé.

 

PH 4

 

 

Le Pinson du Nord se reproduit en Eurasie septentrionale de la Norvège au détroit de Béring et à Sakhaline. Cette zone relativement étroite s'élargit dans sa partie orientale jusqu'au nord-ouest de la Mongolie.

Le pinson du Nord est principalement granivore hormis en période de reproduction au cours de laquelle les adultes et les jeunes se nourrissent essentiellement d'insectes. 

Sinon, ils picorent d'ordinaire les semences d'herbes folles et les graines de céréales, à une moindre fréquence les graines de bouleau, d'aulne et certaines baies. 

Il ne peut résister aux faines des hêtres dont la teneur oléagineuse leur procure un apport calorique précieux pour la saison froide, il est capable de nettoyer un endroit riche en faines jusqu'à ce qu'il n'en reste plus une seule (11 gr environ/jour) .

Ils peuvent même essayer de dégager la neige pour se nourrir .

Les semences de conifères leur fournissent également une pitance d'appoint, de même que les baies de certains arbres (sorbiers et sureaux entre autres) et les graines d'un grand nombre de plantes qu'ils glanent principalement à terre. 

Si une troupe de pinsons du Nord affamés s'installe dans une hêtraie, les oiseaux se mettent au travail en silence et on n'entend plus que le bruit des graines qui s'ouvrent et le bruissement des enveloppes laissées à terre.   

Pendant l'été les insectes constituent leur ressource essentielle. 

 

PH 2

PH 3

 

Le nid est fait de mousses et de fins brins d'herbe avec des poils et des plumes dans le creux. L'extérieur , comme celui du pinson des arbres, est camouflé avec du lichen de l'arbre sur lequel il est installé.

Tout le travail de construction et de couvaison des 4 à 7 oeufs , en apparence semblables à ceux du pinson des arbres, incombe à la femelle. 

L'éclosion s'effectue au bout de 14 jours et à partir de ce moment-là, le mâle intervient dans le nourrissage des jeunes.

Les deux parents apportent surtout des insectes à leur petits mais ils en font eux-mêmes une forte consommation. 

Dans les conditions climatiques du nord, cet oiseau ne peut élever qu'une seule couvée par saison.     

 

PH 1-copie-1

PH 5

 






Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 10:47

 

 

Lyon , fête depuis … 1852 la fête des Lumières .

Plusieurs millions de personnes assistent maintenant aux alentours de chaque 8 décembre à cet événement devenu incontournable : un must !

Saint - Raphaël , la belle varoise - jumelée avec la ville de Gand - vient de souffler les bougies de sa vingt-quatrième édition des Fêtes de la Lumière .

Gand vient quant à elle d’entrer hier soir dans le club très fermé des villes fêtant avec faste la lumière .

La première édition , lancée hier soir semble prometteuse mais Gand … peut encore mieux faire !

Voir Gand la nuit est déjà un spectacle enchanteur.

Depuis 1998, la ville a mis en place un « plan lumière » de toute splendeur qui met en valeur sa grande richesse architecturale.

Ce plan d'éclairage bénéficie d'une reconnaissance internationale et a notamment obtenu le LUCI City People Light Award en 2004. 

Mais là , pendant trois jours , c'est encore autre chose qui attend le visiteur.

Une vingtaine d'artistes belges, français, néerlandais, suisses, italiens... prennent chaque jour à partir de 18 h,  possession du centre-ville.

Partez en exploration le long d'un parcours dans le centre historique pour découvrir  les expériences lumineuses les plus surprenantes. 

Un jeu subtil de rayons qui se reflètent sur la surface de l'eau , des projections inopinées sur des bâtiments, des ombres poétiques jouant dans la pénombre entre les trésors cachés de la cité . 

A différents endroits uniques, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, vous pourrez admirer les œuvres d'artistes qui jonglent avec la lumière.

Le beffroi s'embrase d'un feu de lumières tandis que 3.000 plantes lumineuses confectionnées par Sophie Guyot (déjà vues aux fêtes des Lumières de Lyon) gagnent une pelouse.

Et sur l'eau, les canards sont lumineux ! 

Dans le château des comtes, vous pénétrerez dans une pièce sombre. Seule une lumière brillera sous un téléphone posé quelque part dans la pièce. Et lorsque vous rentrerez, le téléphone sonnera...

 

Festival de la Lumière Gand. (Lichtfestival Gent)

Du 27 au 29 janvier de 18 à minuit .

Pour voir les images en grande taille : cliquez dessus
PH 1
PH 2
PH 3
PH 4
PH 5
PH 6
PH 7
PH 8
PH 9
Spectaculaire :    « On dirait que » (Post Plaza - Korenmarkt)
La façade du bâtiment Post Plaza au Marché aux Grains se transforme en un nouvel univers où la lumière, la projection et le son racontent le rêve d'un petit garçon qui devient un géant. Les portes et fenêtres se transforment en jouets et tout le bâtiment devient un conte féerique.
Un événement pour les jeunes et les moins jeunes.
PH 10
PH 11
PH 12 B
PH 13

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 09:55

 

 

 

Paradoxal, vous avez dit paradoxal ?

Je suppose que la majorité d’entre vous pensera qu’il est inconcevable , voire choquant de publier un article sur les combats de coqs dans un blog dont une grande part est réservée à la vie des animaux, ainsi qu’à leur protection, en particulier celle des oiseaux .

Loin de moi l’idée de me faire ici le chantre de cette activité, d’un jeu d’une autre époque que certains pensent révolue.

Et pourtant cette tradition est encore bien vivace dans notre région, la seule en France métropolitaine où les combats de coqs sont encore tolérés, donc pratiqués.

En Martinique - ainsi qu’en Guadeloupe -  on bat aussi les coqs qui, avant chaque combat, ont droit à un régime de faveur ; ils sont baignés au rhum fort, massés comme des sportifs, avec bain de soleil et crustacés au repas. 

Il existe encore dans la région Nord - Pas-de-Calais une quarantaine de gallodromes fréquentés par plus d’un millier de coqueleux [coqueleurs] pour presque autant d’ éleveurs.

Les gallodromes du Nord sont assidûment fréquentés par les Belges car les combats de coqs sont interdits en Belgique depuis 1929. Ils viennent donc en voisins, parfois par cars entiers, représentant 40 % des adhérents de la fédération. 

Dans l’arène du gallo, 60000 coqs s’affrontent chaque saison du 1er dimanche de décembre au 15 août… et 45000 en meurent !

En 1850, la loi Grammont a interdit ces combats qui ont pourtant continué à être pratiqués clandestinement pendant plus d'un siècle, la justice restant fort tolérante envers les milliers de coqueleux qui entretiennent la tradition .

Cependant, la loi du 19 novembre 1963 a durci l'interdiction, mais en réaction, la mobilisation fut telle que le parlement rétablit le 8 juillet 1964 l'autorisation de pratiquer les combats dans les lieux à tradition locale ininterrompue.

Le Général de Gaulle aurait pris parti : « Puisque l'on mange des coqs, il faut bien qu'ils meurent d'une façon ou d'une autre ».

La loi demeure toutefois restrictive car elle interdit toute création de nouveaux gallodromes et même, d'une certaine manière, le remplacement d'un site qui viendrait à fermer.

Sporadiquement, des parlementaires montent au créneau afin de faire interdire cette pratique, s’appuyant sur l'article 521-1 du code pénal qui interdit les sévices graves et actes de cruauté envers un animal.

À l'exception, précisée dans l'alinéa 7, des courses de taureaux et des combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie. 

Une députée a déposé en juillet dernier une proposition de loi demandant la suppression de ce fameux alinéa.

C'est sa troisième tentative. En 2004 puis en 2007, la proposition n'avait pas été inscrite à l'ordre du jour, condition préalable à tout débat. 

Celle de 2010, lancée dans la foulée de l'interdiction des corridas en Catalogne, n'a été cosignée que par 57 députés de tous bords, soit moins d'un sur dix. 

Malgré les controverses, les combats de coqs ne sont donc pas près de disparaître dans le Nord où la relève – une génération de coqueleux plus jeune – semble être assurée .

La Fédération souhaite même l’inscription des combats de coqs… au patrimoine mondial de l’UNESCO, tout comme les beffrois et les géants du Nord !

 

A lire :

Le lien donne accès à  : Les coqs combattants, Marie Cegarra, Terrain (revue d’ethnologie de l’Europe) - Des hommes et des bêtes.

 

 

Ces photographies ont été prises au gallodrome de Hantay ( Département du Nord ).

Il est strictement interdit de les reproduire .

 

PH A

PH 2

L'ergot naturel du coq est scié avec un fil d'acier au raz de la patte, cette opération est indolore.
Un ergot artificiel est posé avant chaque combat.
Il semble que ce choix de poser des ergots artificiels ait été fait afin de diminuer la gravité et la douleur des blessures. 
L'ergot artificiel droit et lisse provoque des lésions nettes qui cicatrisent rapidement contrairement à l'ergot naturel courbe qui arrache les chairs. 
De plus l'ergot en acier de taille et de forme strictement contrôlées rapproche les chances des combattants qui n'ont pas tous les mêmes ergots .
PH 3
PH 4
PH 5
PH 6
PH 7
PH 8
PH 9
PH 10
PH 11
PH 12
PH 15
PH 16
PH 17
  
PH 13
PH 18
PH 19
PH 20
PH 21
PH 22
PH 24
PH 25
PH 26
PH 27
PH 28
Vers une fin annoncée des combats de coqs ?
Régulièrement, des projets de loi visant à interdire les combats de coqs sont déposés par des parlementaires à l’Assemblée nationale. Le dernier en date l’a été le 13 juillet 2011 par Muriel Marland-Militello (UMP) et sa collègue socialiste, Geneviève Gaillard, qui veulent surtout modifier l’alinéa sept* de l’article 521-1 du code pénal.
Ce projet de loi a été cosigné par plus de quatre-vingts autres députés, dont Dominique Baert - à l’époque PS - qui abritait dans sa commune de Wattrelos, ville dont il est maire, un gallodrome assidument fréquenté par de nombreux coqueleux, dont la majorité étaient des Belges car idéalement situé à quelques mètres de la frontière. Ce dernier est maintenant fermé.
Voici quelques extraits de ce texte :
Le droit en vigueur : « Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. » (alinéa 1de l’article 521-1 du code pénal).
À titre de peine complémentaire, le tribunal peut prononcer :
« l’interdiction, à titre définitif ou non, de détenir un animal » (alinéa 3) « Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée. Elles ne sont pas non plus applicables aux combats de coqs dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie. » (alinéa 7)
L’alinéa 7 vide donc de son sens les principes qui motivent tout le reste de cet article de loi. En effet, cet alinéa instaure une exception à cette protection élémentaire et autorise « ces sévices graves quand une tradition locale ininterrompue peut être invoquée ».
À cet égard, comment l’ancienneté d’une pratique pourrait-elle, dans notre société civilisée, justifier une barbarie ? Comment accepter qu’au début du XXIe siècle l’on puisse, pour le plaisir d’un divertissement, faire souffrir un animal en niant toutes les connaissances scientifiques accumulées sur les caractères sensible et intelligent de l’animal et l’évolution de la place et des représentations de l’animal dans notre société.
La volonté de combattre toutes les violences et les souffrances qui en découlent reflète une des avancées de nos sociétés contemporaines. Au travers de dispositions législatives, nos responsables politiques ont exprimé à maintes reprises leur détermination à protéger les êtres les plus faibles, vulnérables, à l’agressivité des plus forts.
L’objectif de la présente proposition est de remettre en cause les effets juridiques de théorie de la justification tirée de la notion de « tradition ininterrompue » qui s’est affirmée comme le dernier rempart laissant subsister des exceptions à la sanction des sévices et cruautés faits aux animaux.
En effet, à la lecture de l’alinéa 7, la tradition ininterrompue intervient selon le même mécanisme qu’un fait justificatif ; or la liste des faits justificatifs en droit pénal français est défini de manière exhaustive aux articles L. 122-4, L. 122-5, L. 122-6 et L. 122-7 du code pénal. Il s’agit de l’ordre de la loi, du commandement de l’autorité légitime, de la légitime défense et de l’état de nécessité.
En aucun cas, la tradition ininterrompue ne saurait agir comme un fait justificatif recevable et s’opposer à la qualification infractionnelle d’actes répréhensibles du point de vue de l’élément matériel et intentionnel.
De plus, son ancrage et son fondement ne sont que d’ordre géographique, ce qui fait peser un énorme risque de rupture du principe constitutionnel d’égalité des citoyens devant la loi.
La légitimité de la France à soutenir dans le monde les combats en faveur de la cause animale perd toute crédibilité si elle n’applique pas partout chez elle les principes qu’elle défend ailleurs.
Tôt ou tard, nos enfants s’indigneront massivement que des élus de la nation se soient obstinés dans leur refus d’empêcher de torturer des taureaux et des coqs, refus qui sera appréhendé comme une complicité.
Sous la pression toujours plus vive des détracteurs des combats de coqs, nul ne doute que d’autres projets de loi visant à interdire ces pratiques seront déposés devant le Parlement dans un avenir plus ou moins proche.
Est-ce la fin annoncée d’une tradition solidement ancrée tant dans le Nord de la France qu’aux Antilles ?
A suivre...
*Par ailleurs, ce 11 juin 2012, s’est déroulée l'opération "Enveloppes rouges et blanches à l'Elysée" qui consistait à demander à François Hollande, Président de la République, la suppression du fameux alinéa 7 de l'article 521-1 du code pénal autorisant les corridas et les combats de coqs dans certaines régions. En principe interdits et punis de "deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende" comme les autres "sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux", les corridas et les combats de coqs constituent deux exceptions autorisées par cet article dans les régions où "une tradition locale ininterrompue peut être invoquée".
Combats de coqs 1
Coqs de combats 4
Combats de coqs 5
La polémique enfle autour des combats de coqs
Une association de protection animale basée à Monchy-le-Preux, veut faire interdire les combats de coqs organisés ce dimanche 16 septembre 2012 à Laventie (Pas-de-Calais) dans le cadre des Journées du Patrimoine.
Selon l'association Oscar et Pilitte, la manifestation est non conforme à la loi du 8 juillet 1964, qui autorise les combats de coqs «dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie», car selon cette association « Il n'y a pas de tradition ininterrompue à Laventie».
Ne possédant pas de gallodrome, la commune a fait transférer le gallodrome de Chocques, une commune proche de Béthune, dans la salle des fêtes. Selon Antony Blanchard, secrétaire de l'association Oscar et Pilitte , c'est inconcevable : «C'est comme déplacer les arènes d'Arles à Marseille». «De plus, ils font payer trois euros l'entrée à tout public et les enfants de tous âges vont voir ça», s'est ému Antony Blanchard.
L'association a porté plainte au commissariat de Lille contre la commune de Laventie pour «organisation d'une manifestation non conforme à la loi de juillet 1964» et «cruauté envers animaux».
Ce vendredi après-midi, le tribunal administratif de Lille vient de rejeter le référé suspension, sans faire connaître sa motivation a déclaré à la presse le secrétaire de l’association de protection animale.
Par ailleurs, Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot a contacté le maire de Laventie, lui priant de revenir sur sa décision et à se conformer à la réglementation, citant la loi du 8 juillet 1964 qui interdit la création de nouveaux gallodromes. « À Laventie, il n'y a pas de gallodrome, c'est donc totalement illégal. Si le maire maintient ces combats, on portera plainte contre lui et l'ensemble des organisateurs pour création d'un gallodrome et actes de cruauté », a-t-il ajouté.
La Fondation Brigitte Bardot devait également interpeller le ministère de l'Intérieur à ce sujet , a indiqué M. Marie.
Pour la municipalité, il n'y a pas de problèmes car la demande est en règle par rapport aux Journées du Patrimoine. Et, toujours selon la mairie, la présence d'un éleveur suffit pour justifier cette "pratique ininterrompue". Daniel Legillon, l'adjoint au maire chargé de cette animation, affirme même que sans ces concours, la race des "grands combattants du Nord", une race de coqs spécifique du Nord, risque fort de disparaître.
Finalement la mairie a décidé de renoncer à organiser cette manifestation, faute d'avoir pu obtenir l’autorisation de la préfecture. "Le combat de coq de dimanche a été annulé par arrêté municipal", a annoncé la préfecture du Pas-de-Calais.
"Cette annulation fait suite à un échange que nous avons eu avec le maire de la commune. Nous lui avons signalé qu'aucune autorisation quant à la tenue de cet évènement ne nous était parvenue, comme cela est pourtant nécessaire", a indiqué la préfecture. Dans le cadre de l'organisation de ce type de manifestation, les préfectures doivent être préalablement prévenues, afin d'effectuer un certain nombre de relevés de nature sanitaire, préalables à la délivrance éventuelle d'un arrêté de rassemblement de coqs de combat, a-t-elle expliqué. "Or, là on ne nous pas demandé d'autorisation pour l'organisation de cet évènement", a fait valoir la préfecture.
La Fondation Brigitte Bardot s'est réjouie de l'annulation de la manifestation. "C'est une bonne chose, mais nous sommes scandalisés de voir qu'il a fallu pour cela attendre l'intervention des associations et de la préfecture", a indiqué un porte-parole de la Fondation.
Pouvons-nous parler néanmoins d’une première victoire pour les détracteurs des combats de coqs ?
… Affaire à suivre…
Combats de coqs 3
Combats de coqs 2
Du peintre Rémy Cogghe à l’écrivain Maxence Van der Meersch, les combats de coqs inspirent les artistes.

 
   De nombreux artistes ont été inspirés par les combats de coqs , parmi eux le peintre roubaisien Rémy Cogghe qui réalise en 1889 son œuvre fondamentale  « Combat de coqs en flandre » .
Près d’un demi - siècle plus tard , le grand écrivain Maxence Van der Meersch relate dans un chapitre de son roman  « L’Empreinte du dieu » - qui fut par la suite adapté au cinéma - une scène d’anthologie d’un combat de coqs .
Ce roman - Prix Goncourt 1936 - raconte le récit dramatique de Karelina, une paysanne jolie et timide. Mariée de force à un homme brutal, elle subit ses humeurs et ses humiliations.
Quand son bourreau se retrouve en prison, elle s'enfuit, se réfugiant chez son oncle , écrivain célèbre. Son épouse, accueille avec attachement la jeune femme, la considérant comme sa propre fille.
Les deux femmes ignorent alors qu'elles viennent de sceller leurs destins.
Combat de coqs en Flandre ( 1889 )
Rémy Cogghe
Cogghe Remy-
  En1889, le peintre roubaisien Rémy Cogghe (1854-1935) peint l'un de ses tableaux majeurs, primé lors du Salon des artistes français, aujourd'hui exposé au musée La Piscine à Roubaix. 
Le combat de coqs en Flandre nous montre le public où bourgeois et ouvriers se côtoient autour de l’arène d’un gallodrome – pour la plupart, des amis peints avec un souci de réalisme étonnant – et qui sont les témoins de la fureur d’un combat sans merci qui se soldera par la mort du vaincu. 
L’artiste qui apprivoise avec talent la technique du portrait aime les reproduire dans ses scènes anecdotiques et principalement dans cette œuvre, où il est possible d’isoler chaque personnage tant les détails sont précis et d’une vérité saisissante.
Cogghe a réalisé de nombreuses esquisses et croquis avant d'en arriver à ce tableau étonnant, peint en hauteur et de grande dimension , laissant penser que les acteurs sont représentés en taille réelle.
L’aspect général de l’œuvre est globalement assez sombre, à l’exception du premier plan qui, lui, est éclairé de manière plus généreuse, le reste l’étant en dégradé, notamment l’arrière-plan où l’on voit des personnages juchés sur un balcon , certains appuyés sur la rambarde.
Au cœur du tableau, au milieu du public, le regard est capté par la main d’un personnage, presque anonyme, qu’il tend vers le haut : il ne faut pas oublier que les combats donnent lieu à des paris, ce que l’artiste n'omet pas de montrer.
23, rue de l’Espérance, Roubaix.
Extrait du roman de Maxence Van der Meersch  
L'empreinte du Dieu, Paris, Albin Michel, 1936 :
…Le premier, le coq de Gomar revint au combat. Il avançait, tête basse, 
le cou long, l'oil  [ l’oeil ] injecté. L'autre attendait, tressautait sur sa patte 
gauche, s'emmêlait lamentablement dans le membre cassé qui traînait. 
Mais il ne fuyait pas, devant cette force qui allait l'écraser. Et le coq de 
Gomar fut sur lui. Il y eut, une troisième fois, une confusion frénétique, 
le choc de deux fureurs, une volée de plumes et de gouttelettes rouges, 
le bruit sonore des armes frappant les planches. Un cri : 
- Une joute de tête ! une joute de tête !  
Et quand on put distinguer quelque chose, on revit  les deux oiseaux 
côte à côte, abattus tous les deux, et les membres  inextricablement 
emmêlés. Ils tressautaient, se débattaient, sans pouvoir se remettre 
debout. L'arme du grand coq de Gomar, chose fréquente, avait traversé 
la tête du coq bleu, et crevé les deux yeux. Et le premier, retenu par sa 
patte, battait des ailes pour se relever, tandis que l'autre mourait dans 
une convulsion désespérée. La même angoisse tenaillait tout le monde ! 
- Vas-y ! Vas-y ! 
Si le coq de Gomar restait aussi couché, la partie était nulle. Et on 
guettait, dans une crispation de tous les nerfs, les spasmes de la bête. Il 
battit de nouveau des ailes, il eut un sursaut. Et, dans une clameur de 
toute la salle, il se redressa. Et il se tint debout, retenu par la patte à la 
tête de son ennemi abattu, essayant de partir, et secouant au bout de son 
éperon cette tête aveugle, aux deux yeux traversés, et d'où le sang 
coulait. Il la regardait de côté de son oil [ œil ]dur et comme implacable.
 Et, du bec, il piquait la crête du vaincu, goûtait le tiède liquide rouge et 
gras. 
- Une minute, annonça l'arbitre. 
Le coq devait tenir debout trois minutes. Ce serait long. Gomar le 
sentait. Son coq « en avait dans la gave ». Il était debout, mais 
péniblement. On devinait qu'il usait ses forces. Vers la deuxième 
minute, il commença à chanceler. Il ouvrait à demi les ailes, respirai 
fort enflait largement son poitrail vaste, en un halètement rapide. Un 
flot de sang lui monta, une bave épaisse, bien qu'il ouvrît tout grand 
son bec embarrassé, pour respirer plus amplement. Il regardait autour 
de lui. Ses yeux se voilaient. Mais il restait debout, incarnant jusqu'à la 
fin l'orgueil, délabré et splendide comme l'image même de la victoire, 
avec sa tête altière, le souffle précipité dont brûlait sa poitrine, les 
plumes pendantes autour de lui comme des lambeaux, et ce cadavre, à 
terre, qu'il piétinait. A son souffle était suspendu le souffle de cent 
poitrines. 
- Tiendra ! 
- Tiendra pas ! 
Gomar ressentait dans sa chair l'agonie de son coq, et crispait les 
muscles, comme si son effort avait pu aider celui de la bête. Et le grand 
coq rouge, debout, chancelant, un sang pâteux gouttant du bec ouvert, 
regardait tout ce monde, et haletait, à bout de souffle. Une angoisse 
emplissait son oil dur, son obscure conscience, comme s'il avait 
confusément senti qu'il allait mourir. 
- Tiendra ! 
- Tiendra pas ! 
- Vingt francs ! 
- Tope ! 
- Il n'en peut plus ! 
- Ah, le bougre ! 
- Tiens bon, nom de D... ! 
Debout, agonisante, la bête regardait la foule. 
- Trois minutes ! annonça l'arbitre. 
Et une clameur gigantesque, jurons, rires, huées, tapage formidable, lui 
répondit. Gomar avait gagné. A ce moment, le grand coq s'affaissa 
doucement, se coucha pour mourir. Mais ça n'avait plus d'importance. 
Tout était terminé. Déjà Gomar était dans le parc, il avait saisi son coq 
victorieux par les pattes. Et, du poing, il le tendait à la foule, égouttant 
du sang, comme un sanglant trophée. 
- Vingt-cinq francs ! Vingt-cinq francs ! Qui en veut ? Hé, Siska, un 
fameux bouillon ! Douze livres pour vingt-cinq francs ! 

 

 

 

Avis aux visiteurs de ce blog :

Pour des raisons techniques, j’ai été amené à opter pour la version PREMIUM de la plate-forme Over-blog qui héberge ce blog.

Le site Nature-ailes possède maintenant un nom de domaine comme vous l’avez peut-être remarqué.

Cela a eu pour conséquence fâcheuse de supprimer le très grand nombre de vos votes via Facebook, tous les compteurs ayant été remis à zéro. Heureusement, vos commentaires ont été conservés.

J’en suis le premier désolé... et merci pour vos nombreuses visites !

G.S.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 13:57

 

   L’une de mes (bonnes) résolutions en ce début d’année , c’est d’être plus généreux.

  Je commence donc tout de suite en vous offrant du ciel bleu , des couleurs qui éclatent sous une lumière printanière , presque estivale .

  Bonne idée , ne trouvez - vous pas , au cœur d’un hiver particulièrement rigoureux et qui s’éternise dans une grisaille permanente ?

 Mieux qu’une séance de luminothérapie afin d’atténuer les méfaits d’une dépression saisonnière ou blues de l’ hiver , comme se plaisent à dire les spécialistes !

   Approchez - vous de l’écran , respirez à fond l’air iodé de Berck - sur - Mer et écoutez le bruissement du zéphyr dans les toiles des cerfs - volants .

   Seul le vol de mouettes rieuses pourra vous distraire l’attention .

   Arrêtons de rêver !

   Il faudra attendre le 16 avril prochain pour se rendre sur la splendide plage de Berck - sur - Mer pour assister au vingt-cinquième Rencontres Internationales de Cerfs-volants . ( jusqu’au 25 avril inclus )

   L’an dernier se sont plus de 500.000 visiteurs qui ont pu admirer ce spectacle céleste unique en Europe .

  Ce festival est avec la braderie de Lille , l’Enduropale du Touquet et le carnaval de Dunkerque la manifestation régionale qui rassemble le plus grand nombre de participants et de visiteurs.

  Les Rencontres Internationales de Cerfs-volants sont aussi et avant tout un événement sportif. Comme chaque année, elles accueillent les championnats du monde par équipe. 

  La dizaine de collectifs en provenance du monde entier (Japon, États-Unis, Argentine...) aura à cœur de détrôner les Anglais de l’équipe «  Scratch Bunnies » vainqueurs de la précédente édition .

  Les spectateurs peuvent également admirer les « méga-teams », ces équipes composées de nombreux cerfs-volistes qui réalisent un ballet aérien, ainsi que les combats de Rokkakus qui sont en fait des cerfs-volants de forme hexagonale de la région de Niigata au Japon. 

   Leur particularité réside dans le fait qu'ils sont décorés de portraits de guerriers. 

   Depuis plus de 250 ans, les rives du canal Nakanokuchi sont le lieu traditionnel d'affrontements entre maîtres du Rokkaku.

   Un duel au sommet sur le sable berckois qui devrait en ébahir plus d'un.

   Enfin, le vol de nuit qui débutera samedi 23 avril à 22 heures ; un spectacle époustouflant mêlant effets pyrotechniques et chorégraphie céleste, sera le bouquet final de l’édition 2011.

   Vivement le printemps … à Berck !

 

Photographies prises lors de l’édition 2010.

Pour agrandir et zoomer : Cliquez sur l’image .

Voir également l’album photos.

 

RICV 1

RICV 4

RICV 5

RICV 8
RICV 3
RICV 9
RICV 12
RICV 16
RICV 17
RICV 26
RICV 20
Les jardins du vent
Dans le cadre des  R.I.C.V. les Jardins du Vent nous font découvrir de véritables créateurs doués d'une certaine poésie , qui en recyclant des
produits de consommation inventent et créent des instruments dans lequel joue le vent. 
Moulins, parterres de fleurs, mobiles, personnages et animaux s'animent et chantent grâce au souffle de la brise.
RICV 24
RICV 11
RICV 32
RICV 22
RICV 34
RICV 23
vol de nuit
RICV 31
RICV 30
LES CAPRICES D'EOLE
RICV 2
Pour lire mon sujet de présentation de l'édition 2012 des R.I.C.V.
Cliquez ici
2011-04-23 RICV 2011 23 042

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 17:06

 

 

  Entre 15 et 20 cm de neige, selon les endroits, sont tombés sur la région du nord dimanche. La circulation des trains a été très perturbée et les retards ont souvent dépassé deux heures. 

  Cette tempête de neige a surpris par son intensité mais n'a causé aucun incident majeur. 

  Les avions ont été cloués au sol quelques heures et les poids lourds ont dû patienter jusqu'à 22 h avant de pouvoir repartir.

  Les automobilistes ont fait preuve de prudence et roulaient rarement au-dessus de 50 km/h sur les autoroutes et en centre-ville. Aucun accident majeur n'a été signalé.

  Le trafic des bus interrompu dans la métropole lilloise. 

  Cela devait être un dimanche particulièrement animé pour les commerçants avant Noël. 

  Mais la neige en a décidé autrement. 

  La plupart des boutiques avaient baissé le rideau avant 17 h. 

  À Lille, la rue de Béthune, habituellement noire de monde le dernier dimanche avant Noël, est blanche . Et les commerçants verts de rage. 

 Dans certains commerces on est sur une baisse des ventes de 50 à 75 % par rapport au même jour l'année dernière. 

 Les seuls à se réjouir de cette situation météorologique calamiteuse : ce sont les enfants qui profitent pleinement de cette situation quasi inédite .

 En effet depuis l’année 1985 , la région n’a pas connu de pareil épisode neigeux .

 

  Ce matin au parc Barbieux de Roubaix - l’un des plus beau parc de France véritable poumon vert de trente - quatre hectares , s’étendant sur plus d’un kilomètre et demi -c’est un spectacle grandiose qui s’offre à tous , les enfants se défoulent en dévalant les pentes avec leur luge , et se livrent également à de folles batailles de boules de neige et accomplissent également des glissades .

Tandis que les promeneurs jouissent du spectacle offert par la nature , un fondeur entretien sa condition physique avant de rejoindre sa station de montagne préférée , plus loin dans le parc un homme promène son chien ; un superbe briard , le museau et les babines recouverts de glace .

 

Que du bonheur !

 

Neige Parc Bx1

Neige Parc Bx2

Neige Parc Bx 3

Neige Parc Bx4

Neige Parc Bx5

Neige Parc Bx6

 

 

 

Neige Parc Bx 7

Neige Parc Bx8

Neige Parc Bx 9

Neige Parc Bx 10

Neige Parc Bx 11

Neige Parc Bx 12

Neige Parc Bx 13

Neige Parc Bx 14

 

 

Neige Parc Bx 15

Neige Parc Bx 16

 

Pour voir les images en grande taille et zoomer : Cliquez dessus .

 

 

 

Avis aux visiteurs de ce blog :

Pour des raisons techniques, j’ai été amené à opter pour la version PREMIUM de la plate-forme Over-blog qui héberge ce blog.

Le site Nature-ailes possède maintenant un nom de domaine comme vous l’avez peut-être remarqué.

Cela a eu pour conséquence fâcheuse de supprimer le très grand nombre de vos votes via Facebook, tous les compteurs ayant été remis à zéro. Heureusement, vos commentaires ont été conservés.

J’en suis le premier désolé... et merci pour vos nombreuses visites !

G.S.


Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 07:36

 

   C’est maintenant une habitude à Lille depuis de nombreuses années , il n’y a pas de Noël sans la grande roue installée sur la Grand’Place dans un décor enchanteur d’un village sous la neige et au pied d’un immense sapin de dix-huit mètres de haut !

   Cette année bien sûr la tradition a été respectée pour le plus grand bonheur de tous .

  Cette grande roue offre avec ses 36 nacelles , une vue imprenable sur la ville illuminée à 50 mètres du sol. 

   A quelques pas de la Grand' Place sont installés plus de 80 chalets du Marché de Noël ouvert sept jours sur sept .

  Artisans et commerçants locaux mais aussi d'autres régions de France et également de Russie, de Pologne, du Canada, d'Allemagne proposent des idées de cadeaux originaux et sympathiques : Produits du terroir; pain d'épices ,vin chaud, gaufres et autres gourmandises à déguster sur place ou à emporter

  On y trouve également des décorations de Noël ;  bijoux et foulards, objets d'autrefois ou accessoires design, spécialités allemandes, canadiennes ou polonaises .

 

  D'un coup de baguette magique, la ville revêt ses habits de fête pour accueillir près de 900.000 visiteurs dans une ambiance féerique et festive .  

 

  Après la dégustation d'un bon vin chaud sur le marché même ou dans les brasseries , d'autres plaisirs enchanteurs invitent à prolonger la rêverie.

 En effet, de nombreuses animations ponctuent ce mois de fêtes. 

Pour voir les images en grande taille : Cliquez dessus .
Noël Lille 7
Noël Lille 5
La capitale des Flandres vue de la grande roue 
Noël Lille1
Noël Lille 3
Noël Lille2
Noël Lille 4
Noël Lille6
Noël Lille 8
Noël Lille 9

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 08:47

 

     …Se perdre en amoureux au fil des canaux nimbés de brume filtrant à peine un pâle soleil couchant , profiter d'une balade en calèche, confortablement lovés sous une couverture en laine, puis savourer tous les plaisirs de la table dans l'un des nombreux restaurants accueillants . 

    Imprégné d'air hivernal, le centre-ville de Bruges , chargé d'histoire est encore plus romantique, plus poétique et à la fois plus mystérieux.

    Comme si la ville, classée au patrimoine mondial, attendait l'hiver, pour dévoiler son côté le plus intime .  

Tout comme le marché de Noël qui vous assure joie, lumières, et chaleur au rythme des chansons de l'Avent et de Noël.  

- cette année jusqu’au 31 décembre -

   Il est donc aisé d'imaginer combien ce lieu convivial de chalandage est féerique !

   Il y fait bon parcourir ses travées , humer les délicieuses odeurs de cannelle et de chocolat. 

   Le marché propose également de nombreux stands de produits artisanaux. 

   La cité  dégage en cette période festive une ambiance et un charme bien particuliers, qui lui ont donné la réputation de ville attractive et romantique par excellence .

 

 

Noël Bruges 1

Noël Bruges 2

Noël Bruges 3

Noël Bruges 4

 

   Bruges est l'une des plus belles villes d'Europe.

   Ce n'est donc pas un hasard si, depuis l'an 2000, son centre historique figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. 

   Au détour des ruelles sinueuses et des canaux romantiques, plusieurs musées riches et variés évoquent l'histoire captivante et mouvementée de la ville.

  Mieux encore, pour ceux qui apprécient particulièrement la culture et l’histoire , et qui veulent en savoir plus sur celle de Bruges, entre les musées municipaux (Beaux-Arts du 15ème au 21ème siècle, musées historiques de la ville, les musées d'hôpital, les musée des Arts et traditions populaires) et les privés  (Musée brugeois du Diamant, Abbaye Saint-Trudo, Centre de la Dentelle, l'Observatoire Beisbroek et planétarium ...)  

  Entre ses canaux autour ou traversant la ville, ses vestiges de moulins et forteresses ... il y a de quoi la qualifier de « Venise du nord » ! 

 Pour les amateurs de contes et légendes : le célèbre lac des amoureux Minnewater.  

 La légende raconte qu'un fidèle amant enterra sa promise et déversa les eaux pour former un lac au-dessus de sa tombe .

 La châsse de Sainte Ursule raconte quant à elle l'histoire cette Sainte qui promit de se marier avec un homme en échange de son évangélisation. Elle décida ensuite de faire un pèlerinage à Rome accompagnée par 10.000 jeunes filles qu'elle fit avec son mari.

 Cependant elle fut prise en embuscade à son retour et fut tuée comme son époux , d'une flèche. 

Ce qui explique pourquoi on la voit en mariée tenant une flèche à la main sur la première peinture de la chasse. 

 Bruges revêt aussi des réalités économiques au travers de son port « Zeebrugge » (un des ports les plus importants de l'Europe) et également grâce à ses chocolatiers...

 Bruges est un exemple exceptionnel d'habitat médiéval ayant bien conservé son tissu urbain historique tel qu'il a évolué avec les siècles et où le bâti gothique d'origine fait partie de l'identité de la ville. Bruges, l'une des capitales commerciales et culturelles européennes, a tissé des liens culturels avec différentes parties du monde. 

 On associe aussi cette cité à l'École de peinture des Primitifs flamands.

 

Noël Bruges 5

Noël Bruges 6

 Noêl Bruges 9

Noël Bruges 8

Noël Brugge 11

Noël Bruges 10


Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 09:54

 

 

            Le festival de sculptures de glace et neige à Bruges ( Belgique )  propose cette année jusqu’au 16 janvier 2011 , un voyage extraordinaire à travers les destinations les plus populaires et les curiosités les plus fascinantes de la planète . 

 

   Ce sont trente artistes venus du monde entier qui ont façonné ces sculptures dont certaines mesurent près de quatre mètres de hauteur.

 

   300.000 kilos de glace cristalline et 400 tonnes de neige pure ont été utilisés pour la réalisation de ces œuvres éphémères .

 

  Chaque artiste a sa propre technique de travail et ses outils : scies circulaires , tronçonneuses , foreuses , fraiseuses .

  Ils travaillent du haut vers le bas et chaque détail de finition est exécuté au moyen de burins à bois , pelles tranchantes et hachettes .

 

  Même le fer à repasser peut être utilisé pour polir l’ouvrage final !

 

Pour voir les images en grande taille et zoomer : Cliquez dessus .

 

Sculpture glace 1

Sculpture glace 11
sculpture glace 3
Sclupture glace 4
Sculpture glace 5
Sculpture glac 8
sculpure glace 7
Sculpture glace 9
Sculpture glace 2
Sculpture glace 6
Sculpture glace 10
Sculpture glace 12

Voir le reportage sur l'édition du Festival 2011-2012 en cliquant ici
Festival de sculptures de glace à Bruges 2011:
Tout l’univers magique de Disneyland®Paris
PH 1

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 10:24

link 

         Magnifique et féerique vision du  parc du Marquenterre sous la neige .

   Les grandes prairies sont toutes recouvertes de poudreuse , et les plans d’eau sont gelés . 

   Pour le photographe , c’est le bon moment pour observer les nombreux passereaux qui se nourrissent de baies encore présentes sur les arbustes .

   On y observe le rouge - gorge , la mésange charbonnière , le pinson du Nord , le bouvreuil et si on a de la chance la fauvette à tête noire en quête de nourriture . 

… Et ce diable de Nathanaël a même croisé le butor étoilé ! 

   La lumière est superbe en ce vendredi , avant que les lueurs ne deviennent diaphanes , presque irréelles , avec l’arrivée d’un brouillard soutenu .

  Soudain , le bruissement d’un envol d’oies cendrées déchire le silence .

  Plus loin sur un îlot des centaines de canards sont rassemblés ; canards siffleurs , souchets ou autres sarcelles d’hiver , alors qu’à l’entrée du parc d’autres anatidés occupent une petite partie de l’étang épargnée par le gel .

 

… Un vrai temps de canard !

 

Pour voir les images en grande taille et zoomer : Cliquez dessus .

 

Neige Marquenterre 1

Neige Marquenterre 2

Neige Marquenterre 3

neige Marquenterre 4

Neige Marquenterre 5

Neige Marquenterre 7

Neige Marquenterre 8

Neige Marquenterre 9

Neige Marquenterre 10

Neige Marquenterre 11

Neige Marquenterre 12

Neige Marquenterre 13

Neige Marquenterre 14

Neige Marquenterre 15

Neige Marquenterre 16

Neige Marquenterre 6

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 19:34

 

 

  L 'exposition consacrée à Edgar Degas sculpteur à La Piscine, musée d'art et d'industrie de Roubaix, est un événement exceptionnel . 

  Depuis 1930, le musée d'Orsay conserve l'une des 22 séries de bronzes originaux réalisés par le fondeur Hébrard à partir de cires trouvées dans l'atelier du peintre Edgar Degas à son décès. 

  Cet ensemble dominé par la célèbre Petite danseuse de 14 ans que l’artiste avait exposée en 1881 à l'exposition du groupe impressionniste est présenté en exclusivité actuellement et jusqu’au au 16 janvier 2011 à Roubaix .

 

Pour voir les photographies en grande taille et zoomer : Cliquez dessus


DEGAS 1
DEGAS 2
  
  Cette exposition Degas sculpteur est une première dans un musée français. Elle permet de voir l'ensemble des modelages du grand peintre impressionniste, mis en perspective avec des dessins et gravures pour plonger le visiteur dans le processus sa création , qui voyait dans ses sculptures des jalons dans l'élaboration de ses tableaux et gravures. S'il est difficile de préciser comment il vint à la sculpture,  Degas était cependant considéré par Renoir comme le plus grand sculpteur de son temps.
  En 1881, lors de la sixième Exposition Impressionniste, il présente la cire originale de la Petite danseuse de 14 ans qui, avec ses vrais cheveux, son corset de lin et son tutu de gaze, bouleverse toutes les références de la sculpture. Mais le scandale est si grand que l'artiste ne montera plus jamais ses sculptures en public. 

DEGAS 5
 
 Point d’orgue de l'exposition, l'unique sculpture réalisée et exposée par le maître de son vivant. En 1881, la célèbre Petite Danseuse de 14 ans, qui fit scandale. 
 A l'époque, les petits rats sont considérés comme des prostituées. 
Degas représente d'une façon hyperréaliste cette jeune fille qu'il habille d'un vrai tutu.
Prête à bondir de son socle, plus vraie que nature, elle crée le malaise et bouscule tous les codes esthétiques. 
 Considérée alors comme l'incarnation du vice, elle est aujourd'hui l’une des icônes de la sculpture moderne.

DEGAS 6
  
  A sa mort, en 1917, ses héritiers découvrent près de 150 oeuvres dans son atelier. Mais seuls 73 de ces modelages en cire ont pu être sauvés : ces originaux préservés ont été édités en bronze entre 1919 et 1921 par Palazzolo pour le fondeur A. Hébrard. 
 Le musée d'Orsay conserve une série presque complète des 73 modèles, et a accepté de placer cet ensemble au  cour du projet du musée de Roubaix dans un véritable "Orsay hors les murs".
 L'exposition mêle sculptures, dessins, pastels dans un jeu de miroir et de correspondance, pour tenter de recréer le dialogue qui s'opérait dans l'esprit de Degas entre ses différentes pratiques artistiques, l'une servant sans cesse d'inspiration à l'autre.
 On retrouve également au coeur de l'exposition une série de sculptures d'inspiration hippique de Degas, parmi lesquelles Le cheval à l'abreuvoir, qui servit de modèle à l'une des peintures célèbres de l'artiste : La source .

DEGAS 3
DEGAS 4
  
 
 Comme de nombreux artistes peintres (Matisse, Picasso, Renoir), Degas pratique la sculpture occasionnellement et déclare à ce sujet : « C'est pour ma seule satisfaction que j'ai modelé en cire bêtes et gens, non pour me délasser de la peinture ou du dessin, mais plutôt pour donner à mes peintures et à mes dessins plus d'expression, plus d'ardeur et plus de vie.
Ce sont des exercices pour me mettre en train, du document sans plus. » 
 
 L'artiste considérait en effet la sculpture comme un outil de recherche pour atteindre l'exactitude du sujet et n'a jamais voulu montrer ces modelages qu'il pouvait détruire et recommencer jusqu'à entière satisfaction. 

DEGAS 7
DEGAS 8
DEGAS 9
Degas sculpteur, La Piscine, Musée d'art et d'industrie André Diligent, 23 rue de l'Espérance, 59100 Roubaix
03-20-69-23-69
Tous les jours sauf lundi, le 25 décembre et le 1er janvier
de mardi à jeudi 11h-18h, vendredi 11h-20h, week-end 13h-18h
Tarifs: 7€ / 4,50 € / 3,50€

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • La Bergeronnette des ruisseaux : la belle danseuse des rivières !
    Avec sa démarche sautillante, son corps effilé et sa queue extraordinaire toujours en mouvement, la bergeronnette des ruisseaux est l'un des oiseaux les plus élégants et les plus beaux. Ce charmant passereau mérite bien son surnom de ballerine des rivières...
  • PREMIÈRES BECQUÉES HORS DU NID POUR LES HIRONDEAUX
    Ces jeunes hirondelles confortablement installées dans la gouttière d’une ferme attendent le bec grand ouvert que les parents leur apportent une solide becquée d’insectes. Même si elles volent presque aussi bien que les adultes un peu plus de quinze jours...
  • DES GRANDES MARÉES … ET DES OISEAUX EN BAIE DE SOMME
    M on spot préféré en baie de Somme pour observer et saisir de grands rassemblements d’oiseaux lors des grandes marées se situe au banc de l’Ilette, idéalement placé au coeur de la réserve naturelle de la baie. En effet, lors de marées à forts coefficients...
  • MARQUENTERRE : PLONGÉE AU COEUR DE LA HÉRONNIÈRE
    J’avoue que le spectacle qu’offre la héronnière du Marquenterre vu du sommet de la tour d’observation située sur les terres du domaine éponyme a de quoi surprendre ! À vingt-cinq mètres du sol, vous toisez les sommets des pins laricio ou bon nombre d’échassiers...
  • LE PRINTEMPS DES MARTINS-PÊCHEURS
    Jolie surprise en ces premiers jour de printemps ! Alors que j’arrivais sur mon spot favori pour l’observation du martin-pêcheur, je n’espérais pas y rencontrer le couple et pouvoir ainsi être le témoin privilégié de l’un des moments forts de la vie de...
  • LE HIBOU DES MARAIS NE PERD JAMAIS LE NORD… DE LA FRANCE !
    Ornithologues, photographes animaliers et de nature, les attendent chaque année entre la seconde semaine de novembre et la première quinzaine de décembre. Les hiboux des marais – car c’est bien d’eux dont il s’agit – qui hivernent dans le nord de la France,...
  • LA MAGIE VÉNITIENNE S’INVITE AU CARNAVAL DE BRUGES
    Pour la quatrième année, la ville de Bruges (Belgique), que l’on surnomme à juste titre la Venise du Nord, vient d’accueillir son carnaval vénitien, devenu au fil des ans un événement incontournable dans l’agenda chic et festif de la belle médiévale....
  • CALAIS : Un étonnant festival de lanternes chinoises invite au voyage
    C’est un spectacle haut en couleurs qui est proposé actuellement au parc Saint-Pierre à Calais, métamorphosé pour l’occasion en un incroyable univers de flamboyantes lumières. En effet, depuis samedi dernier, un festival de lanternes chinoises unique...
  • Roubaix : un mapping captivant raconte cinq siècles d’histoire de la ville
    Génial, formidable, incroyable, superbe ! Ce sont autant de superlatifs qui fusent de la foule compacte massée ce vendredi soir devant l’imposante façade de l’Hôtel de ville de Roubaix. Ce soir se déroule un spectacle sons et lumières impressionnant :...
  • COULEURS DU SUD
    Ne croyez surtout pas que je boude le littoral méditerranéen ! Cependant, même si le spectacle à la tombée du jour des roches rouges du massif de l’Estérel venant mourir dans une mer aux eaux d’un bleu intense me séduit toujours, je préfère celui des...

Pages