Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 06:25

  

 

  Ces bécasseaux sanderling, photographiés ici sur la plage de Merlimont (Pas-de-Calais) sont assurément des migrateurs au long cours !
 

  En effet, ces petits limicoles pesant moins de 60 grammes parcourent des milliers de kilomètres durant les périodes migratoires !


  Ils nous arrivent en ce moment tout droit de leurs lieux de nidification dans le grand Nord.

 

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

    Certains passent l’hiver sur nos plages de sable fin, mais la majorité continue le long voyage vers les rivages africains.
 

   Il est amusant de les observer faisant des allers-retours rapides à l’endroit qu’atteignent les vagues dont ils suivent le ressac pour débusquer les petites proies – petits crustacés et mollusques – dont ils se nourrissent, courant avec une telle vélocité qu’il est difficile de saisir les mouvements de leurs pattes !
 

   Au premier abord, leur agitation semble très désordonnée, ce qui la rend comique.

 

   En fait, ils doivent sans cesse bouger pour surveiller l’approche des vagues : ils ne peuvent se laisser submerger ni assommer quand la vague s’écrase sur la plage. S’ils se précipitent ainsi au bord des vagues, c’est aussi pour profiter le plus possible du court instant où leurs petites proies se trouvent soit à découvert, soit plus accessibles du fait du sable qui se liquéfie un peu. Ils exploitent en quelque sorte une manne éphémère, sans cesse renouvelée certes, mais accessible l’espace d’un très court instant.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

DE LA SIBÉRIE… AUX PLAGES DU NORD

  

   Le Bécasseau sanderling – sanderling vient de sand, qui signifie sable ou plage ; son nom scientifique, calidris alba, évoque sa couleur blanche – niche dans la toundra arctique, en Alaska, dans le nord canadien, sur les côtes nord et nord-est du Groenland et en Sibérie.

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

  

   C’est un infatigable migrateur : son aire d’hivernage s’étend aux côtes d’Europe de l'Ouest et de toute l’Afrique, où il atteint le sud du continent et Madagascar. Les nicheurs sibériens séjournent aussi sur les côtes d'Arabie saoudite jusqu’en Chine et plus au sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Les oiseaux nicheurs du Canada hivernent sur l’ensemble des côtes américaines, des Etats-Unis à la Terre de Feu.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

  

   En Europe, les principaux pays fréquentés par l'espèce en hiver sont les Pays-Bas, l'Allemagne, les Iles Britanniques, la France et l'Espagne.


   Notre pays accueille des oiseaux originaires du Groenland et de Sibérie. Ils séjournent essentiellement sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique, du Nord - Pas-de-Calais à la Gironde. La Bretagne, principale région d'hivernage, abrite en moyenne 50 à 70 % des effectifs. Le littoral méditerranéen est occasionnellement fréquenté et l'espèce reste rare à l'intérieur de l’hexagone.

  

   Le passage des migrateurs sur les côtes françaises culmine en septembre et se poursuit jusqu'à fin novembre. La majorité des hivernants sont installés en décembre. La migration prénuptiale débute timidement en mars, mais les mouvements les plus importants sont observés de la fin avril à début juin avec un pic début mai.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

UNE PONTE TARDIVE


  

   La ponte est tardive et se produit à fin juin ou en juillet. L'espèce est monogame et territoriale, et les couples nichent isolément.
 

   La femelle pond quatre oeufs – parfois trois seulement – de couleur olive légèrement tâchés de brun dans un creux garni de feuilles sous une touffe végétale. L'incubation, qui dure ving-trois ou vingt-quatre jours est assurée par le couple. Si la première ponte est perdue, la femelle peut produire une seconde ponte, et le cas échéant, une troisième si la deuxième est perdue.
 

   Le mouvement vers les côtes commence dès que les jeunes sont émancipés, en août.

 

 

 

INSTANTANÉS

 

 

 

 

L’OISEAU DES CAVERNES


Le troglodyte mignon


(Troglodytes troglodyte - Eurasian Wren)

 

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Le troglodyte mignon mesure à peine dix centimètres, c’est l’un des plus petits oiseaux d’Europe après le roitelet. Sa petite queue est toujours dressée verticalement.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Il affectionne les forêts riches en buissons et en bois mort, mais aussi les landes, les parcs et les jardins à épais fourrés. Adepte des fentes, des crevasses et des fissures, il doit son nom à son lieu de vie : son nid, souvent adossé à une paroi rocheuse ou à un mur, évoque un habitat troglodytique. En hiver, il se rapproche des rives des cours d'eau qui facilitent sa recherche en nourriture. À la saison froide, l’oiseau fréquente aussi les abords des maisons et peut passer la nuit en solitaire dans de vieilles bâtisses abandonnées.

 

 

LA SITTELLE TORCHEPOT


(Sitta europaea - Eurasian Nuthatch)

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Contrairement à la cigale de la fable, la sitelle n’ira pas « crier famine » chez la mésange, sa voisine !
 

   En effet, elle est réputée pour faire des réserves de nourriture dans les crevasses des arbres, notamment des noisettes, qu'elle mangera en période de disette.


  Elle possède une autre particularité : c’est le seul oiseau présent en Europe capable de descendre les arbres la tête en bas grâce à ses pattes courtes et ses griffes puissantes.
Comme elle est très fidèle à son territoire, elle retrouve toujours ses cachettes aux cours de ses déplacements.

 

 

UN ROUGE-GORGE

 

... tout simplement

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

 

NON, TU N’AURAS PAS MA NOIX !


Écureuils roux (Sciurus vulgaris)

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

 

UNE GRANDE SOIF

Écureuil roux (Sciurus vulgaris)

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

Le prédateur des forêts et des bois


 

Épervier d'Europe


(Accipiter nisus - Eurasian Sparrowhawk)


   L’épervier d'Europe, même s’il est de petite taille, fait partie de la famille des oiseaux de proie.
Parfois surnommé émouchet, comme d’autres petits rapaces diurnes, il arbore un plumage aux coloris globalement gris ardoise.


  

   Ce petit rapace possède des serres puissantes. C’est un chasseur redoutable qui vit normalement dans les régions boisées mais qui fréquente de plus en plus nos villes et nos jardins où il peut trouver facilement sa nourriture préférée : les petits passereaux.

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

 

LA FEMELLE PLUS IMPOSANTE QUE LE MÂLE

 

   Ses parties inférieures sont blanches, barrées de sortes de traits roux. La tête est reconnaissable par sa couleur gris-bleu, ses joues rousses, et surtout ses yeux jaune orangé. Son bec, de petite dimension pour un rapace, est bleuâtre et recourbé dans sa partie supérieure. La tête, petite et assez ronde, surmonte un cou plutôt court. Un sourcil clair ourle un oeil à l’iris jaune-orangé. Ses longues pattes et ses serres puissantes sont jaunes, ou tirent sur l’orange.

   Typique des espèces forestières, sa queue longue et étroite lui permet de mieux aborder les fréquents changements de direction. Ses ailes enfin, aux extrémités arrondies, sont larges et courtes, taillées pour un vol rapide et précis.
 

   La femelle peut, compte tenu de sa taille plus importante, s’attaquer à des proies plus imposantes comme les grives, les pigeons ou les faisans. Quand les passereaux se font plus rares l’hiver, il se nourrit aussi de petits mammifères, comme les souris ou les musaraignes.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

UN REDOUTABLE CHASSEUR

 

   Expert de l’attaque par surprise, il fait preuve d’une exceptionnelle persévérance.
 

   Une fois la proie repérée, il se lance dessus, serres projetées en avant, et la saisit au vol, au sol ou même à l’intérieur d’un buisson. Mais s’il manque sa proie – et c’est souvent le cas – il reprend son envol et la poursuit sans relâche dans les moindres recoins, avec acharnement et concentration.
 

   Une fois qu’une proie a été saisie, il l’emmène à couvert, sur l’un de ses postes destinés à la préparation de la prise et qui peut se situer sur un tronc d’arbre, un rocher, ou même à terre.


   Là, il plume le fruit de sa capture. D’ailleurs, les endroits où l’oiseau procède à cette activité sont visibles aux plumes, pattes, becs et autres pelotes laissés sur place.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

PUNK ATTITUDE


 

La Mésange huppée


(Lophophanes cristatus - European Crested Tit)


   La Mésange huppée est l’un des oiseaux les plus originaux de nos forêts.
 

   Elle a un petit côté punk, avec sa huppe ébouriffée. Vu de derrière, le dessin formé par la pointe de sa huppe dans le prolongement du double collier noir remontant dans la nuque, donne l’illusion que l’oiseau nous fait face.

   De petite taille, elle n’excède pas les douze centimètres pour un poids avoisinant une dizaine de grammes.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Jamais une mésange n’a aussi bien porté son nom, puisqu’elle est la seule en Europe à présenter une longue huppe blanche et noire, triangulaire et pointue. Son bec noir, court et pointu est conçu pour prédater une grande diversité d’insectes et consommer un beau panel de graines.
 

   Elle fréquente principalement dans les forêts de conifères - cèdres, pins, sapins, ifs - où elle vit dans les cavités de ces arbres.

 

 

RETOUR AU DORTOIR


 

  Au début de l’automne, à la tombée du jour, il est possible d’assister à l’un des spectacles naturels les plus étonnants que nous offre la nature.

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Les étourneaux sansonnets qui, durant la journée et par petits groupes, se nourrissent dans les champs, quittent au crépuscule leurs zones de nourrissage.


   Ils se rassemblent alors en groupes importants qui grossissent progressivement jusqu’à l’approche de l’endroit - appelé dortoir - où ils passeront la nuit.

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Ils forment alors des nuages composés de milliers d’individus réunis en essaims en produisant parfois une chorégraphie éblouissante, se déplaçant en un seul corps pour soudain disparaître brusquement dans les buissons ou les roselières.

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

AU PREMIER JOUR DE SON PREMIER HIVER


 

Jeune renard roux (Vulpes vulpes)

 

 

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

 

 

LE HIBOU MOYEN-DUC

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Ce rapace nocturne de taille modeste se caractérise par ses remarquables yeux orangés et ses aigrettes érectiles très visibles, de trois à quatre centimètres de longueur, qu’il peut rabattre presque complètement au repos ou en vol.

  

   Quand il se sent observé il aplatit ses plumes et allonge sa silhouette au point d’être confondu avec une branche d’arbre, ses aigrettes sont alors dressées confirmant son état d’inquiétude.


   Il chasse principalement la nuit, à la recherche de petits rongeurs - mulots et campagnols-

LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR

   Plutôt solitaire en période de reproduction, à l’approche de l’hiver, les Hiboux moyen-duc se regroupent en dortoirs de plusieurs dizaine d’individus.

   Ses habitats privilégiés sont les milieux boisés de conifères en bordure de plaine et les grandes haies longeant des chemins herbeux.

Partager cet article
Repost1

commentaires

L
MERCI
Répondre
H
Magnifiques images, comme d'hab' ! Quel talent.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Archives

Articles Récents

  • LE BÉCASSEAU SANDERLING, L’INFATIGABLE MIGRATEUR
    Ces bécasseaux sanderling, photographiés ici sur la plage de Merlimont (Pas-de-Calais) sont assurément des migrateurs au long cours ! En effet, ces petits limicoles pesant moins de 60 grammes parcourent des milliers de kilomètres durant les périodes migratoires...
  • LA BELLE SAISON DES OISEAUX
    L a belle saison offre des moments privilégiés pour l’observation de nos amis les oiseaux et de la faune en général. Dès la fin de l’hiver, on assiste chez nos hôtes à plumes à des parades nuptiales au cours desquelles chaque espèce montre son beau plumage...
  • La Bergeronnette des ruisseaux : la belle danseuse des rivières !
    Avec sa démarche sautillante, son corps effilé et sa queue extraordinaire toujours en mouvement, la bergeronnette des ruisseaux est l'un des oiseaux les plus élégants et les plus beaux. Ce charmant passereau mérite bien son surnom de ballerine des rivières...
  • PREMIÈRES BECQUÉES HORS DU NID POUR LES HIRONDEAUX
    Ces jeunes hirondelles confortablement installées dans la gouttière d’une ferme attendent le bec grand ouvert que les parents leur apportent une solide becquée d’insectes. Même si elles volent presque aussi bien que les adultes un peu plus de quinze jours...
  • DES GRANDES MARÉES … ET DES OISEAUX EN BAIE DE SOMME
    M on spot préféré en baie de Somme pour observer et saisir de grands rassemblements d’oiseaux lors des grandes marées se situe au banc de l’Ilette, idéalement placé au coeur de la réserve naturelle de la baie. En effet, lors de marées à forts coefficients...
  • MARQUENTERRE : PLONGÉE AU COEUR DE LA HÉRONNIÈRE
    J’avoue que le spectacle qu’offre la héronnière du Marquenterre vu du sommet de la tour d’observation située sur les terres du domaine éponyme a de quoi surprendre ! À vingt-cinq mètres du sol, vous toisez les sommets des pins laricio ou bon nombre d’échassiers...
  • LE PRINTEMPS DES MARTINS-PÊCHEURS
    Jolie surprise en ces premiers jour de printemps ! Alors que j’arrivais sur mon spot favori pour l’observation du martin-pêcheur, je n’espérais pas y rencontrer le couple et pouvoir ainsi être le témoin privilégié de l’un des moments forts de la vie de...
  • LE HIBOU DES MARAIS NE PERD JAMAIS LE NORD… DE LA FRANCE !
    Ornithologues, photographes animaliers et de nature, les attendent chaque année entre la seconde semaine de novembre et la première quinzaine de décembre. Les hiboux des marais – car c’est bien d’eux dont il s’agit – qui hivernent dans le nord de la France,...
  • LA MAGIE VÉNITIENNE S’INVITE AU CARNAVAL DE BRUGES
    Pour la quatrième année, la ville de Bruges (Belgique), que l’on surnomme à juste titre la Venise du Nord, vient d’accueillir son carnaval vénitien, devenu au fil des ans un événement incontournable dans l’agenda chic et festif de la belle médiévale....
  • CALAIS : Un étonnant festival de lanternes chinoises invite au voyage
    C’est un spectacle haut en couleurs qui est proposé actuellement au parc Saint-Pierre à Calais, métamorphosé pour l’occasion en un incroyable univers de flamboyantes lumières. En effet, depuis samedi dernier, un festival de lanternes chinoises unique...

Pages