Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 09:22

 

 

La Barge à queue noire Limosa limosa est un limicole élégant de grande taille mesurant de 40 à 44 cm environ.

 

Deux populations de barges à queue noire fréquentent le territoire français : la Barge islandaise, et la Barge continentale.

 

La première niche presque exclusivement en Islande et fréquente notre pays en migration et en hiver. La seconde hiverne en Afrique de l’Ouest et en péninsule Ibérique, et migre à travers la France, dans une large bande s’étendant de la Bretagne sud aux zones humides de la Camargue.

LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS

L’oiseau a un long bec, une tête relativement petite, un long cou et de longues pattes adaptées pour sillonner les herbages humides et autres habitats de zone humide. Le mâle est plus petit et plus coloré que la femelle, avec un bec légèrement plus court.

 

En plumage nuptial, le sommet du crâne et la nuque sont roussâtres, striés de brun. Le sourcil, le menton et le dessous de l'oeil sont blancs. Le plumage de la poitrine est barré horizontalement de stries foncées et les flancs sont ornés d'écailles brunes. Le ventre et les sous-caudales sont blancs, contrastant avec le dos et les scapulaires d'un brun-marron brillant.

 

En plumage hivernal, menton, bas de la poitrine et ventre deviennent d'un blanc pur. La tête, le cou et les flancs prennent une teinte gris clair uniforme. Tout le dessus est gris foncé avec la bordure des plumes plus claire. Quelques taches discrètes continuent à marquer le dessus de la tête, les côtés du cou et les flancs.

 

En vol, la Barge à queue noire présente une barre alaire et un croupion d’un blanc contrastant.
 

Les deux sexes ont un aspect similaire mais en période nuptiale, le plumage de la poitrine, du cou et de la tête du mâle se parent plus largement d’une couleur orangée plus vive. La Barge à queue noire appartenant à la sous-espèce islandaise est d’une plus petite taille que la sous-espèce désignée et a une couleur rouge plus foncée ainsi qu’un bec plus court.

LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS

La Barge à queue noire adulte s’alimente en sondant la vase ou le sol humide avec son bec, plus rarement à vue, ne cherchant pas toujours sa nourriture dans l'eau, mais aussi dans le sable, dans les labours, les prairies où elle fait la chasse aux lombrics aussi habilement que la Bécassine.


Elle se nourrit principalement de petits insectes et de leurs larves, d’annélides, de mollusques, de néréides, de crustacés, d’araignées, d’oeufs de poisson, de frais et têtards de grenouille. Elle s’alimente aussi de végétaux tels que des baies et des graines, mais ceci principalement pendant la migration et au cours de l’hiver.

 

Dans les plaines côtières de l’Afrique de l’Ouest, où hiverne la majorité de la sous-espèce désignée, ainsi que dans les principaux sites de transit en Espagne et au Portugal, elle se nourrit exclusivement de riz.

 

LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS

QUATRE OEUFS DE COULEUR FAUVE …

 

L’installation des nicheurs a lieu à partir de mi-mars et se poursuit jusqu'en mai.

 

Les oiseaux reviennent sur leur site de nidification de l’année précédente. La ponte, de quatre oeufs en moyenne -de couleur fauve tachetés de deux tons foncés- est déposée au sol, dans une cuvette creusée généralement par le mâle.

 

Durant toute la durée de l'incubation, les mâles ne cessent de voler au dessus de la couveuse, se livrant à des joutes et à des acrobaties aériennes. Si un prédateur potentiel- ou supposé l’être- s'approche de la colonie, tous les oiseaux assurent une défense collective, volant autour de lui et faisant entendre un concert de cris aussi variés. Les deux partenaires se relaient pendant l’incubation qui dure vingt-deux à vingt-quatre jours.

 

Les jeunes sont aptes au vol entre trente et trente-cinq jours après l’éclosion.

LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS

UNE POPULATION IMPORTANTE AUX PAYS-BAS
 

Les Pays-Bas abritent près de la moitié de la population européenne de la Barge à queue noire et de plus des trois-quarts de sa population continentale occidentale. Les sites de reproduction habituels de la Barge à queue noire sont des habitats artificiels tels qu’herbages et prairies semi-naturelles.
 

Aux Pays-Bas, ainsi qu’en Allemagne et en Belgique, la majorité des barges installent leurs nids dans des prairies humides. Les polders humides en Hollande septentrionale, et les parties de l’ouest de la Frise peuvent être considérées comme leurs sites néerlandais de reproduction de prédilection.
 

Après la migration du printemps, début avril, beaucoup de Barges à queue noire reviennent sur ces sites paisibles de pâture pour s’y reproduire. Dans ces régions elle peut être observée de très près.
 

C’est également le cas dans quatre des îles néerlandaises de la mer de Wadden - Texel, Terschelling, Schiermonnikoog et Ameland -
 

Les habitats de reproduction de la Barge sont les mêmes en Belgique qu’aux Pays-Bas.


Les menaces telles que l’intensification des systèmes agricoles, le déclin des habitats adéquats dû à l’urbanisation font obstacle au succès de la reproduction.

 

La région située autour du village de Uitkerke, en Flandre occidentale - où ont été prises mes images - est également fréquentée par la Barge à queue noire, où l’an dernier près de cent-vingt couples y ont niché.


Après la reproduction, elle migre vers le sud où se trouvent ses quartiers d’hiver, les adultes précédant les jeunes à partir de la fin juin. Les sous-espèces désignée et islandaise ont des systèmes de migration clairement distincts ; alors que la Barge est-atlantique descend vers l’Afrique occidentale et le sud du Sahara, des individus de la sous-espèce islandaise passent l’hiver en Grande-Bretagne et en Irlande, et, suivant la côte atlantique d’Europe occidentale, vont des Pays-Bas jusqu'en Espagne et au Portugal, certains oiseaux parvenant jusqu'au Maroc.
 

Curieusement, un oiseau est parvenu à couvrir la distance entre son lieu de reproduction en Hollande et son site d’hivernage en Guinée-Bissau en quelque 90 heures !

La sous-espèce islandaise préfère quant à elle, hiverner dans les habitats estuariens longeant le littoral atlantique de la Grande-Bretagne jusqu'au Maroc, de nombreuses colonies se trouvant sur la péninsule ibérique.

 

 

PARADES NUPTIALES ET ACCOUPLEMENTS

LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS

UNE ESPÈCE VULNÉRABLE

 

L’intensification des pratiques agricoles est le principal facteur de déclin sur les sites de reproductiondu nord de l’Europe.

 

Les fauches précoces détruisent les nichées et les poussins, l’utilisation d’engrais et de vermicides banalisent les cortèges végétaux et les populations d’invertébrés. Le drainage affaiblit les émergences d’insectes indispensables au bon développement des jeunes et fait disparaître les zones favorables à l’alimentation des adultes.
 

Malgré la bonne santé de la population islandaise, la Barge à queue noire est désormais considérée comme une espèce quasi menacée au niveau mondial, et la population continentale est en danger en Europe.

 

L’espèce est vulnérable aux échelles française et régionale.

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 13:17

   

 

    Lorsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout droit de la taïga scandinave ou de Sibérie, à l’image de celle que nous avons connue chez nous, dans le nord de la France, en 2012*. Et Bernard de poursuivre : « Ce matin, au téléphone, un ami finlandais m’a affirmé qu’il ne reste plus beaucoup de jaseurs là-haut : il fait déjà très froid et surtout, le manque de nourriture favorise une migration précoce ».

 

* Néanmoins, la dernière invasion importante de jaseurs boréaux en France remonte à l'hiver 2004-2005, et avant cela, à la saison froide 1965-1966.

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Pas vraiment une invasion !

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

  Il n’avait pas tort, Bernard. En effet, au cours de ce mois d’octobre 2016, des jaseurs en grand nombre ont été observés dans 204 sites différents en Grande-Bretagne, notamment dans les îles Shetland.
 

Aux Pays-Bas et en Belgique, 1 704 oiseaux ont été comptabilisés entre le début du mois d’octobre et la mi-novembre. En Allemagne et au Danemark, les relevés furent également exceptionnels.
 

En France aussi, quelques oiseaux ont été aperçus fin octobre dans notre région des Hauts-de-France, ainsi que dans l’Ain et le département de l’Isère. Mais rien à voir, en ce qui nous concerne, avec une invasion comme celle qui s’est produite durant l’hiver 2012-2013 : à l’époque, ils avaient traversé l'Allemagne dès le mois de novembre pour se réfugier en France par milliers !

 

En fait, une invasion de jaseurs boréaux est totalement aléatoire. Ils se déplacent de façon erratique et progressent en fonction de la disponibilité des baies d'hiver – sorbiers, aubépines, gui – qu'ils trouvent sur leur chemin.

 

Cet hiver, bon nombre de jaseurs ont sans doute hiverné sur le sol anglais, trouvant sur place ce qu’ils cherchaient, et ne sont donc pas descendus en masse vers nos contrées, mais simplement par petits groupes.
 

Ces derniers jours, un couple s’est installé dans les environs de Dunkerque, et quatre individus (dont deux juvéniles) au coeur d’une cité pavillonnaire dans la banlieue de Gand, en Belgique – où mes photographies ont d’ailleurs été prises.

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

UN OISEAU RARE… CHEZ NOUS !

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Le jaseur boréal est l’un de nos hôtes les plus rares, mais aussi l’un des plus beaux.

 

De la taille d’une alouette des champs, il arbore un plumage général rose-saumon, et sa silhouette trapue est parfaitement reconnaissable à un bandeau noir sur la tête, ainsi qu’à une bavette noire sur la gorge.

 

Il porte une large huppe pointue de couleur ocre-roux bien visible, qui peut être dressée à la verticale. Sa courte queue noire se termine par une bande jaune.

 

Le dessous de sa queue est roux vif. Son plumage présente l’aspect de la soie.
 

Le dessus du plumage est brun gris, et le dessous, gris rosé, avec bas-ventre roux marron. Il se reconnaît aussi aisément aux extrémités cireuses ou vivement colorées des rectrices.
 

Repliées, les ailes présentent des traces de rouge cireux.

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Leurs vols rectilignes, avec de brefs planés et de longues ondulations peu amples, rappellent assez ceux d’une bande d’étourneaux. Cependant, le jaseur est plus rapide, et son profil plus gracieux, plus élancé.

Grégaire, il vole en groupe, en formation serrée.
 

Sur le plan de l’alimentation, le jaseur est frugivore, mais en saison de reproduction, il est insectivore et peut également se nourrir d’araignées. Les fruits n’étant pas très nourrissants, cet oiseau absorbe souvent son poids de baies en quelques heures seulement.

 

On estime même qu’un jaseur se nourrissant dans un arbuste de baies rouges dévore entre 600 et 1 000 baies par jour, c’est-à-dire plus de deux fois son poids !
 

 

Par le passé, les apparitions irrégulières de jaseurs ont souvent frappé l’imagination populaire.
 

 

Ces oiseaux inconnus et bariolés étaient en effet considérés comme des messagers du malheur, les petites tâches rouges semblables à des gouttes de sang sur leurs ailes étant
clairement évocatrices. Pour nos ancêtres, les jaseurs annonçaient la guerre, la peste, la famine ou, au mieux, les grands froids. D’ailleurs, la traduction néerlandaise de jaseur est…Pestvogel (oiseau de peste) !

 

La rumeur colporte qu’en 1939, une invasion de ces oiseaux avait été observée dans l'est de la Franceet en Allemagne... comme en 1870 et 1914 !

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Le Jaseur Boréal

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Poème de Julos Beaucarne, artiste, écrivain et chanteur belge :

 


« J’ai rencontré le jaseur Boréal à Saint-Mard en extrême Gaume vers mars de cette année,
 

c’était un oiseau sans papier qui se posait partout où il voulait,
 

il n’était même pas bagué, il était fils de la liberté, il vivait de peu,
 

il mangeait des baies de sorbier et de gui, les baies diverses des arbrisseaux de l’hiver,
 

il chantait beau et son costume était coloré, il avait une belle huppe qui lui servait d’antenne.
 

J’ai piqué une jasette avec lui quand il s’apprêtait à repartir vers la taïga au nord des nords, il chantait comme son bec était fait, il chantait le bonheur de rentrer chez lui dans le Nordisthan où il allait, me disait-il, se mettre en ménage. »

 

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

INSTANTANÉS

 

L’ARISTOCRATE


HIBOU MOYEN-DUC

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Durant la journée, il se tient en général verticalement contre le tronc d’un arbre.
Il se fait alors très mince, se confondant avec l’environnement.
Le mimétisme est parfait, il ressemble à une branche morte, et il est capable de rester de longues heures, immobile dans cette position.
Seule la couleur orange de ses grands yeux peut attirer notre attention … à condition qu’il veuille bien ouvrir les paupières !

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
trois hiboux ... sinon rien !

trois hiboux ... sinon rien !

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

Les Hiboux des marais hivernent dans

 

les polders de Uitkerke en Belgique (Flandre-Occidentale)

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

FAUCON CRÉCERELLE (Falco tinnunculus)

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…

LA SITTELLE TORCHEPOT

 

La Sittelle torchepot possède une particularité : c’est le seul oiseau présent en Europe capable de descendre les arbres la tête en bas ; cela grâce à ses pattes courtes et ses griffes puissantes.

C'est un oiseau dit cavernicole en ce sens qu'il niche dans un trou d'arbre, plus rarement dans une cavité de mur ou de rocher. Il occupe souvent un nid vacant de pic. Il ne creuse que très rarement sa propre cavité. Si l'entrée est trop large, la femelle en maçonne l’ouverture avec de la boue-ce qui lui vaut son nom de torchepot - afin d’en interdit l'entrée à certains prédateurs ou à d'autres candidats, comme l'étourneau par exemple.

Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 14:17

 

 C’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre !

Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la roselière, en grimpant avec une incroyable adresse le long des hampes de roseaux où il se laisse ensuite volontiers glisser avec agilité et élégance vers le sol pour réapparaître presque aussitôt au sommet d’une autre tige, à l’autre bout de la phragmitaie, afin de se nourrir de graines de roseaux.

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

De belles bacchantes !

 

La Panure à moustaches, appelée naguère mésange à moustaches, est facilement identifiable, surtout le mâle, à ses deux grandes moustaches noires qu’il arbore, allant des yeux jusque la gorge. C’est un très bel oiseau de la taille d’une mésange, bien que plus corpulent, avec la tête d’une couleur gris-bleu tirant vers le blanc en descendant vers le poitrail. Le reste du corps est brun cannelle, avec des barres noires et blanches sur les ailes.

 

Seul le mâle dispose de moustaches. La tête de la femelle est de teinte cannelle, et non grise, et son plumage est plus uniformément roux-jaunâtre.

La couleur de l’iris évolue avec l’âge, du gris au rouge cuivré. Sa queue, longue et fine, rappelle celle de la mésange à longue queue .
 

Ses ailes sont marron-rougeâtre avec des marques noires et blanches. Quant au vol, il est peu assuré, avec des battements d’ailes virevoltants.

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

Une vie entière dans la roselière

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

La vie de la Panure à moustaches est intimement liée à celle des roseaux ; ces plantes palustres lui offrent à la fois le gîte et le couvert. Elle niche dans les vastes roselières inondées, bâtissant généralement son nid à environ 20 cm au-dessus du niveau de l’eau, dans les enchevêtrements de vieilles tiges de roseaux ou des touffes de laîches.

Le repas de l’oiseau se compose durant l’été de petits insectes et araignées qu’il capture sur la végétation émergente et à la surface de l’eau. Des proies sont aussi saisies sous la surface, mais à très faible profondeur. Les araignées, les insectes, leurs oeufs et larves sont attrapés sur les tiges, souvent dans la partie inférieure. Ils sont aussi extraits des tiges des roseaux.

Son estomac se transforme à l’automne pour s’adapter à un nouveau mode d’alimentation : l’hiver, en effet, il devient végétarien par nécessité et se contente de graines de roseaux – un phénomène très rare chez les oiseaux. On peut alors s’inquiéter de l’effet que peuvent avoir les changements climatiques sur cette espèce : si les hivers deviennent trop doux, les panures risquent de revenir trop tôt à leur régime insectivore et peuvent alors mourir de faim en cas de retour d’une sévère vague de froid.

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

C’est M. Panure qui s’occupe du ravito !
 

Après une brève parade nuptiale courant mars, les couples s’établissent sur un site de nidification.
La femelle y pond généralement entre cinq et six oeufs entre la fin mars et le début du mois de mai.
L’incubation des oeufs dure entre douze et quatorze jours ; elle est assurée par les deux parents. Seule la femelle couve, le rôle du mâle consistant à ravitailler sa compagne.
Après l’éclosion, les jeunes sont nourris au nid pendant dix à quatorze jours, puis volètent à proximité.
Ils sont encore nourris pendant une dizaine de jours après leur départ du nid et ne s’éloignent pas de leurs parents : ils restent à proximité pour former des bandes familiales en automne et en hiver.
Les parents effectuent une deuxième nichée durant le mois de juin sur le même site que lors de la première couvée.
La destruction et la dégradation de son habitat exclusif, les marais à roselière, mais également la fauche répétée des roseaux, constituent les principales menaces pour l’espèce.

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

INSTANTANÉS

Frigorifié le hibou moyen-duc !
 

Le hibou moyen-duc est légèrement plus petit et plus svelte que la chouette hulotte, son masque facial bien délimité et ses grandes aigrettes érectiles empêchant toute confusion. Il est discret, aux moeurs crépusculaires et nocturnes, et se tient la journée caché dans les frondaisons, blotti contre le tronc d’un grand arbre. Quand il se sent observé, il aplatit ses plumes au maximum, ce qui affine tellement sa silhouette qu’on peut le confondre avec une simple branche d’arbre. Ses aigrettes érectiles servent à exprimer son humeur : elles sont aplaties quand il est calme et serein, redressées quand il est attentif ou inquiet.

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

Chevêche d’Athéna

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis -
 

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

LES YEUX DU MARAIS
Hibou des marais -Asio flammeus-

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

Tarin des aulnes

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !

Houlà, ça glisse ce matin… Z’auraient pu sabler !
Mésange charbonnière

Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 15:10

 

  Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors étoilés fréquentent assidûment le site. De surcroît, ils ne sont pas avares d’escapades hors de leur habitat naturel (une roselière) où il est très difficile de les observer – a fortiori de les photographier.
 

Parfois, il nous faut endurer plusieurs heures d’affût pour apercevoir durant quelques secondes seulement le Prince des marais… lorsque ce dernier consent à dépasser furtivement le bec et le cou de la phragmitaie où il hiverne !
 

Actuellement, les butors nous offrent un véritable festival. L’un d’entre eux plus particulièrement : beaucoup plus coopératif, et surtout plus habile pêcheur que ses congénères, il nous gratifie plusieurs fois par jour d’une singulière séance de pêche propre à cette espèce. Il s’approche même à quelques mètres de l’observatoire, à tel point que j’ai dû remiser mon 600 mm et utiliser un objectif de longueur focale beaucoup plus courte !

UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER

LE BOEUF DES MARAIS

UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER

Le butor étoilé est un héron trapu qui mesure entre 70 et 80 cm, d’une envergure de 1 à 1,30 mètre, pour un poids de 960 g à 1,94 kg chez le mâle, de 785 g à 1,15 kg chez la femelle.
 

Sa tête est surmontée d’une calotte noire, et son bec, long et pointu, en forme de poignard, est vert jaunâtre, encadré de deux moustaches noires. Les yeux sont jaunes ou rouge orangé.
 

Le plumage brun doré, tacheté et rayé de noir, est semblable chez le mâle et la femelle, et lui vaut le qualificatif d’étoilé. Les mâles, légèrement plus grands que les femelles, se distinguent par la teinte bleutée que prend le bec à sa base pendant la saison de reproduction.
 

La teinte générale des juvéniles est semblable à celle des adultes, mais généralement plus pâle dessous, et la moustache demeure pratiquement invisible.
 

Son nom scientifique est botaurus stellaris. Le terme latin botaurus (butio = crier, taurus = taureau) fait référence à son cri, comparable au meuglement d’un boeuf ou d’un taureau, d’où son surnom de boeuf des marais. L’autre partie de son nom scientifique, stellaris, signifie étoile, et se rapporte aux tâches et rayures noires de son plumage brun qui se confond avec la couleur des tiges des roseaux.

UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER

IL PÊCHE À L’AFFUT

Dès qu’il se sent menacé, plutôt que de s'enfuir en s'envolant, il préfère se réfugier dans la roselière où il adopte une position immobile étonnamment mimétique avec son environnement, pointant le bec vers le ciel, le cou tendu au maximum, se fondant ainsi entre les roseaux. Il est capable de tenir cette position durant des heures, et même d’osciller au rythme du vent qui agite les roseaux !

 

Le butor pêche à l’affut dans des eaux peu profondes, marchant lentement et s'arrêtant souvent. Il peut alors rester immobile de longs moments, surveillant et cherchant sa nourriture – poissons principalement, ou batraciens. Puis il avance, la tête légèrement enfoncée dans les épaules, adoptant un léger mouvement latéral afin de mieux viser sa proie. Ses mouvements sont très lents, son cou tendu.

 

Soudain, il passe à l’attaque ! Il transperce sa prise d’un coup avec le bec, puis la secoue, avant de l’avaler la tête la première.
 

C’est un solitaire, qui ne semble se préoccuper de ses semblables qu’au moment de la période des amours. Le mâle émet alors un chant très grave, entre février et juillet, période de reproduction, pour signaler sa présence aux femelles et délimiter son territoire vis-à-vis des autres mâles.
 

Ah, ce fameux son de corne de brume !

UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER

UNE ESPÈCE MENACÉE

En Europe de l’ouest, où les populations sont marginales, l’effectif est souvent réduit à quelques centaines ou dizaines de couples du fait de la régression des habitats propices à l’espèce.
 

En France, le statut de conservation est considéré comme vulnérable : la population nicheuse a chuté de 35 à 45 % en trente ans. Estimée à 500 mâles chanteurs au début des années 1970, la population française n’en compterait plus que 300 actuellement.
 

Le butor étoilé est une espèce protégée dans notre pays, selon la loi du 10 juillet 1976, et fait donc partie des espèces faisant l’objet de mesures spéciales de conservation, en particulier en ce qui concerne leur habitat.
 

Par le passé, le butor a pourtant été ardemment chassé et consommé : un récit authentique nous apprend que, lors d’un dîner organisé à Saint-Omer en 1454 par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, il fut servi aux invités plus de 400 butors étoilés !
 

Sacrilège !

UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 16:14

Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont certainement moins de valeur que celles réalisées chez nous – ou ailleurs – en milieu ouvert.

RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME

L’an dernier, j’avais été invité par une bande de potes (Dan, Seb, Jérôme, Marcellin et d’autres) à les accompagner durant le week-end en cet endroit majestueux, avec des paysages très variés – rien à voir avec un zoo – que mes compères connaissaient depuis quelques années.
 

Il y a quelques automnes, j’avais ragé lorsque j’avais vu les images qu’ils avaient rapportées d’outre-Manche, alors que moi, j’avais crapahuté comme un beau diable en forêt ouverte, mais également en milieu semi-ouvert, pour une mince production d’images, quoique de qualité… J’avais pourtant eu beaucoup de chance cette année là, ce qui ne fut pas le cas en 2013 : je n’avais pas entendu bramer une seule fois en cinq jours !
 

À Richmond, les cerfs sont beaux, certes un peu plus petits, mais très actifs. Ils ne sont pas nourris par l’homme et même si, depuis des décennies, ils se sont habitués à la présence humaine, ils gardent leur instinct sauvage. Il faut en tenir compte en période de brame…
 

Je l’avoue d’emblée : je suis légèrement déçu cette année car, pour une raison que j’ignore, la saison du brame a commencé beaucoup plus tôt cette année en Angleterre, alors que d’habitude, elle débute lorsque le brame s’achève en France. Je suis arrivé vers le 10 octobre, nous étions presque en fin de brame, alors qu’habituellement nous serions au coeur de la saison du rut.
 

Il faut malheureusement se rendre à l’évidence : il est de moins en moins aisé ces dernières années d’observer les grands mammifères de nos belles forêts à cause d’une pression cynégétique trop forte – sans parler des observateurs peu scrupuleux, ou tout simplement inexpérimentés. Cela se ressent surtout durant la période du brame où il est de plus en plus rare de voir de grands cerfs, et c’est bien dommage car c’est en cette période de l’année qu’opère la magie de ce moment fort de la vie du roi incontesté de la forêt.

RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME

* Richmond Park est le plus grand parc royal de Londres, l’un des plus anciens puisqu’il a été fondé en 1627. C’est surtout le plus sauvage. Il s’étend sur 10 km2 dans la banlieue proche au sud-ouest de la capitale, et est entièrement clos. Ce sont 10 000 hectares de forêts, de prairies, de collines et de plaines qui s’offrent au visiteur, un espace naturel immense à deux pas des zones urbaines où plus de 300 cerfs vivent en liberté, ainsi que des biches et des faons. Au total, pas moins de 600 espèces d’animaux. Outre les cervidés, vous pouvez croiser régulièrement des daims, de petits écureuils gris, plus rarement des renards, des blaireaux, et des oiseaux : des choucas des tours en grand nombre, ainsi qu’une colonie de petites perruches vertes, omniprésentes et très bavardes, mais pas seulement. Ce parc naturel protégé n’a absolument rien à voir avec un zoo.

RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME

De tous temps ce majestueux mammifère qu’est le cerf a inspiré les artistes : peintres, écrivains, poètes, et maintenant, bien entendu, les photographes – surtout depuis l’avènement du numérique – a fortiori en période de brame. Pour illustrer ce propos, je vous propose la lecture d’un très beau poème d’Anatole France, écrit en 1871.

Le sujet : le combat de deux cerfs en rut luttant pour la domination. Des deux mâles, seul le plus fort aura le droit de féconder la biche, et donc le faon n’en sera que plus robuste. La lutte pour la vie est ici décrite dans toute sa cruelle splendeur :

LES CERFS


Aux vapeurs du matin, sous les fauves ramures
Que le vent automnal emplit de longs murmures,
Les rivaux, les deux cerfs luttent dans les halliers :
Depuis l’heure du soir où leur fureur errante
Les entraîna tous deux vers la biche odorante,
Ils se frappent l’un l’autre à grands coups d’andouillers.


Suants, fumants, en feu, quant vint l’aube incertaine,
Tous deux sont allés boire ensemble à la fontaine,
Puis d’un choc plus terrible ils ont mêlé leurs bois.


Leurs bonds dans les taillis font le bruit de la grêle ;
Ils halètent, ils sont fourbus, leur jarret grêle
Flageole du frisson de leurs prochains abois.


Et cependant, tranquille et sa robe lustrée,
La biche au ventre clair, la bête désirée
Attend ; ses jeunes dents mordent les arbrisseaux ;
Elle écoute passer les souffles et les râles ;
Et, tiède dans le vent, la fauve odeur des mâles
D’un prompt frémissement effleure ses naseaux.


Enfin l’un des deux cerfs, celui que la Nature
Arma trop faiblement pour la lutte future,
S’abat, le ventre ouvert, écumant et sanglant.
L’oeil terne, il a léché sa mâchoire brisée ;
Et la mort vient déjà, dans l’aube et la rosée,
Apaiser par degrés son poitrail pantelant.


Douce aux destins nouveaux, son âme végétale
Se disperse aisément dans la forêt natale ;
L’universelle vie accueille ses esprits :
Il redonne à la terre, aux vents aromatiques,
Aux chênes, aux sapins, ses nourriciers antiques,
Aux fontaines, aux fleurs, tout ce qu’il leur a pris.


Telle est la guerre au sein des forêts maternelles.
Qu’elle ne trouble point nos sereines prunelles :
Ce cerf vécut et meurt selon de bonnes lois,
Car son âme confuse et vaguement ravie
A dans les jours de paix goûté la douce vie ;
Son âme s’est complu, muette, au sein des bois.


Au sein des bois sacrés, le temps coule limpide,
La peur est ignorée et la mort est rapide ;
Aucun être n’existe ou ne périt en vain.
Et le vainqueur sanglant qui brame à la lumière,
Et que suit désormais la biche douce et fière,
A les reins et le coeur bons pour l’oeuvre divin.


L’Amour, l’Amour puissant, la Volupté féconde,
Voilà le dieu qui crée incessamment le monde,
Le père de la vie et des destins futurs !
C’est par l’Amour fatal, par ses luttes cruelles,
Que l’univers s’anime en des formes plus belles,
S’achève et se connaît en des esprits plus purs.

 

RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME

ZOOM

«… Moi, le brame ne me perturbe pas, je ne m’intéresse qu’aux châtaignes de Richmond, Miam »

Écureuil gris

RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME

Pour voir les images du brame "édition" 2015 , cliquez sur le lien suivant :

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans FAUNE
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 19:39
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura, Lorraine, Finistère, Poitou-Charentes, Aquitaine, Ile-de-France…
Mais on constate une extension récente de l’aire de répartition de ce magnifique oiseau vers le nord, peut-être en raison de conditions climatiques plus favorables. Néanmoins, il reste discret dans les Hauts-de-France, quoiqu’il ait été noté nicheur à Bray-Dunes en 1994 et 1995, deux couples ayant aussi été observés dans le Boulonnais en 1996, ainsi qu’en Belgique.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Nicheur régulier en Picardie

 

Depuis quelques années déjà, il niche régulièrement en Picardie. Il semblerait que la colonie de reproduction la plus importante de cette région soit située en Laonnois, même s’il existe de nombreuses petites colonies dans les environs de Soissons. Il est certain que les nombreux affleurements sableux mis à nu à flanc de coteaux favorisent son installation, car l’espèce a l’habitude de creuser son terrier au milieu des parois de terrains meubles. Dans la région, le guêpier d’Europe est une espèce tributaire des falaises de sable ou de terre meuble artificielles – sablières, anciennes carrières ou carrières en cours d’exploitation.
 

Les effectifs de cette espèce seraient cependant en légère diminution ces dernières années. Espèce protégée en Picardie, il est considéré comme assez rare et vulnérable – les principales menaces pèsent actuellement sur les milieux de reproduction.

 

Un grand nombre de sites non protégés subissent en effet des modifications liées à l’exploitation des carrières de granulats, dont le caractère instable et improductif menace les habitats de nidification du guêpier d’Europe. Ils se dégradent par érosion naturelle, ou sont même parfois détruits volontairement pour leur manque d’esthétisme ou de valeur économique. Le dépôt de gravats ou le bouchage volontaire des terriers ne sont ainsi pas rares…

 

L’utilisation d’insecticides dans l’agriculture, en réduisant la quantité de proies disponibles, constitue également un danger pour cette espèce essentiellement insectivore.
 

Sur des sites d’installation de colonies bien connues, on déplore aussi parfois des dérangements provoqués par certains photographes animaliers ou naturalistes peu scrupuleux, ainsi que des destructions volontaires…

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Une symphonie de couleurs

 

 

Ndlr : les trois photographies illustrant les chapitres suivants n’ont pas été prises en Picardie, mais en Ariège, dans un affût fixe privé, contrairement à celles qui illustrent l’article principal, capturées cette semaine dans un village non loin de Laon, en milieu ouvert à partir d’une tente d’affût, dans des conditions d’approche relativement compliquées.

 

A peine plus gros qu’un merle, il est sans doute l’un des plus beaux oiseaux que l’on puisse trouver en Europe ; tout au moins, l’un des plus somptueusement colorés. II a le dos brun-marron à jaune paille, le ventre bleu turquoise, la calotte brune, la gorge jaune ; les ailes allient brun, bleu vert et bord de fuite noir. La queue est bleu électrique, avec une pointe effilée. Un bandeau noir qui entoure l’oeil à l’iris rouge et le front blanc complètent cette incroyable palette des couleurs.
 

Son bec noir est long et pointu, légèrement courbé vers le bas ; c’est un outil remarquable qui lui sert à la fois de pince pour chasser, et de pioche pour creuser son terrier.

 

Le nid consiste en un tunnel creusé avec le bec par le couple dans le sol meuble d’une falaise de sable ou de terre meuble naturelles ou artificielle (sablières ou anciennes carrières).

Cette galerie, ou terrier, peut atteindre deux mètres de long – en moyenne, un peu plus d’un mètre. Les trous, d’un diamètre de six à huit centimètres, sont généralement exposés au sud ou au sud-ouest.

 

Migrateur, le guêpier arrive du sud de l'Afrique en avril-mai pour nicher, et repart en août-septembre.
 

Grégaire, il niche le plus souvent en colonies.
 

Le couple est le plus souvent monogame et peut s’unir pour la vie.

Accouplement

Accouplement

Parades amoureuses et offrandes

 

Sur son perchoir, le mâle ou la femelle – il est très difficile de les distinguer – appelle bruyamment son partenaire, et l’invite en lui ouvrant son aile, voire les deux, et en faisant vibrer sa queue en éventail.

Il gonfle également les plumes de sa gorge afin de mettre en évidence le noir de son collier. Mais le rituel prénuptial le plus significatif est l’offrande de la nourriture à la femelle : si cette dernière l’accepte, l’accouplement peut avoir lieu simultanément, la femelle prenant alors une position desoumission incitant le mâle à la féconder.

Le couple est le plus souvent monogame et peut s’unir pour la vie.

Le couple est le plus souvent monogame et peut s’unir pour la vie.

Une seule ponte

 

A la ponte, six à sept oeufs blancs sont déposés par la femelle ; ils seront incubés pendant un peu plus de vingt jours, par le mâle comme par la femelle. Il n’y a qu’une seule ponte, mais en cas d’échec, une ponte de remplacement reste possible.

Les jeunes sont nidicoles et nourris par les deux parents pendant
trois semaines, même s’ils apprennent concomitamment à capturer eux-mêmes leurs proies. La famille reste réunie jusqu’à la migration.

Le chasseur d’Afrique, tel qu’il est surnommé, se nourrit
essentiellement d’hyménoptères, guêpes, abeilles, bourdons, frelons et en complément, d’autres insectes volants, comme les odonates par exemple.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Il chasse à l’affût

 

Il peut repérer une proie jusqu’à une centaine de mètres. Après l’avoir saisie en vol, à partir d'un support d'où il a décollé (branche dénudée, racine sortant de la paroi...), le guêpier revient sur son
perchoir. Il assomme sa prise en la frappant quatre à cinq fois contre la surface dure du perchoir pour enlever le dard et la ramollir.

 

Un seul guêpier peut consommer plus de 250 abeilles par jour !
 

Le vol est, lui aussi, typique : il alterne des battements d’ailes rapides avec de longs glissés, parfois très bas, un peu à la manière des hirondelles.

INSTANTANÉS

Chevaliers gambettes, parc du Marquenterre, à l’heure de la marée haute en baie de Somme

Chevaliers gambettes, parc du Marquenterre, à l’heure de la marée haute en baie de Somme (image high key).

Chevaliers gambettes, parc du Marquenterre, à l’heure de la marée haute en baie de Somme (image high key).

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
« Surtout ne vous dérangez pas, je ne fais que passer… ». Tadorne de Belon, parmi les chevaliers gambettes

« Surtout ne vous dérangez pas, je ne fais que passer… ». Tadorne de Belon, parmi les chevaliers gambettes

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Magnifiques Grèbes à cou noir !

 

Le Grèbe à cou noir possède un plumage différent selon la période de l’année mais c’est bien entendu en période de reproduction qu’il est le plus beau, grâce aux belles couleurs noires qui recouvrent le dessus du corps. Les flancs présentent quant à eux un brun roux typique. Les joues étant rehaussées de part et d’autre d’une superbe huppe auriculaire jaune.

D’étonnants yeux rouges complètent la riche palette de couleurs !

Le plumage internuptial - vers le mois de septembre- est nettement plus terne et assez sombre. Le dessus, la calotte, la nuque et les joues sont noirs. La gorge et les cotés de la nuque sont blancs.

On distingue également une zone sombre bien visible à l’avant du cou. Les flancs sont gris foncés.

 

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Le plumage internuptial - vers le mois de septembre- est nettement plus terne et assez sombre. Le dessus, la calotte, la nuque et les joues sont noirs. La gorge et les cotés de la nuque sont blancs. On distingue également une zone sombre bien visible à l’avant du cou. Les flancs sont gris foncés.

En plumage hivernal son corps est de couleur grise, le haut de la tête noir et les joues et l’arrière train sont blancs, il peut alors être facilement confondu avec le Grèbe esclavon (Podiceps auritus) dont la taille, la coloration et la silhouette générale sont très proches. Séparer ces deux espèces est alors délicat dans les secteurs où ils hivernent ensemble.

 

Le Grèbe à cou noir affectionne particulièrement les zones couvertes de végétation aquatique.
 

Il poursuit les petits poissons avec habileté, descendant parfois jusqu’à trois mètres de profondeur, pour réapparaître à une distance assez grande du point de plongée. Il se déplace également en surface, se nourrissant d’insectes présents sur l’eau.
 

La formation des couples commence lors des haltes migratoires prénuptiales et se poursuit rapidement lors de l’arrivée sur les sites de nidification à partir de mi-février. Ils ne s’établissent toutefois qu’en avril ou en mai. La nidification s’effectue souvent en colonies.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Le nid d’un diamètre d’environ 25 cm, est construit dans une végétation d’hélophyte, à ras de l’eau. Il consiste en un amas flottant de débris végétaux (feuilles, tiges de roseaux...). La ponte se produit entre la fin-avril et mi-juillet, mais surtout de la mi-mai à la fin juin. Elle comporte trois à quatre oeufs qui éclosent après 19 à 23 jours d’incubation.
 

Les jeunes sont portés après l’éclosion sur le dos des parents, principalement sur celui de la mère - voir mes photographies, prises à la Réserve ornithologique de Grand-Laviers dans la Somme- et deviennent indépendants à l’âge de quatre à cinq semaines.
 

De nombreux individus sont sédentaires et restent en France toute l’année.

Les populations sont renforcées pendant l’hiver avec l’arrivée d’individus migrateurs en provenance du nord de l’Europe. La femelle pond sur des radeaux de végétation flottants ; après quelques semaines, les poussins quittent le nid et les parents les portent sur leur dos.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

LE BAIN DES SPATULES BLANCHES

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Grands gravelots après le passage d'une grande marée, en baie d’Authie-sud, dans une brume de mer

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Spectaculaire envolée de goélands et mouettes devant un parterre de grands cormorans,  durant les grandes marées en baie d’Authie-sud

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
Cigogne blanche et cigogneaux, parc du Marquenterre.

Cigogne blanche et cigogneaux, parc du Marquenterre.

Je couve, tu couves, nous couvons … mais qui couve qui ? Mouettes rieuses.

Je couve, tu couves, nous couvons … mais qui couve qui ? Mouettes rieuses.

Pouillot véloce

Pouillot véloce

Barges à queue noire et Avocettes élégantes sur un plan d’eau de la réserve ornithologique de Grand-Laviers (80)

Barges à queue noire et Avocettes élégantes sur un plan d’eau de la réserve ornithologique de Grand-Laviers (80)

Pic vert

Pic vert

CARNET ROSE CHEZ LES PHOQUES DE LA BAIE D’AUTHIE

 

Ce magnifique bébé phoque (un mâle) qui pèse déjà une quinzaine de kilos est né le 24 juin en baie d’Authie.
 

Sa maman qui se prénomme Trésor -cela ne s’invente pas - avait déjà mis bas en 2014 au même endroit.
Longue vie à lui !

 

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

CHEVÊCHE D’ATHÉNA

 

La petite chouette aux yeux d’or

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

HIRONDELLE DE RIVAGE

 

Elle ne chôme pas cette sémillante hirondelle de rivage !
Au cours de la journée elle multiplie d’incessants va-et- vient entre son terrier et sa zone de «chasse» afin de nourrir ses petits qui attendent avidement son retour dans une «chambre» qu'elle a aménagée, au fond du terrier préalablement creusé avec l’aide de son partenaire, sur le flanc le plus abrupt de la butte.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

FLEURS DES CHAMPS

 

... tout simplement

 

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

VAGUE BLANCHE

 

… Comme une infinie vague blanche qui déferle et ondule dans la baie entre Saint-Valery et Le Crotoy.
 

On assiste ici à l’arrivée en baie de Somme des agneaux regagnant les près salés au petit matin en soulevant la poussière faisant penser à une brume de mer survolant les vagues.
 

… Ne comptez pas, ils sont 2.000 !

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

UN P’TIT AIR D’ÉCOSSE AU CROTOY

 

Une silhouette robuste, une stature imposante, de longues cornes…
 

L’Highland Cattle suscite la curiosité des promeneurs qui fréquentent les abords du marais du Crotoy à Saint-Firmin (80) où un troupeau a intégré l’an dernier le site crotellois -classé Natura 2000- afin de participer à l'entretien très écoresponsable de ce site naturel de 130 hectares.


En effet rien ne résiste à ce photogénique ruminant qui broute absolument tout !

 

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Cette race très ancienne s’est accomplie dans une région de climat très rude. Très rustique et demandant peu de soins, l’Highland Cattle est capable de vivre dans les conditions les plus dures.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

LA BECQUÉE

Cette jeune hirondelle attend le bec grand ouvert que ses parents lui apportent une solide becquée d’insectes. Même si elle vole aussi bien que les adultes elle n’est pas encore tout à fait capable de se nourrir seule.
 

Il lui reste encore quelques semaines pour acquérir une totale autonomie avant la grande aventure qui l’attend : celle de la migration vers l’Afrique, soit un périple de près de 10.000 km !
Les hirondelles sont capables d’effectuer des étapes journalières de 200 à 300 km à une vitesse moyenne de déplacement de 40-50 km/h avec des pointes à 80-90 km/h.

 

La Méditerranée est franchie en une seule étape sauf pour les plus fatiguées qui peuvent parfois trouver refuge sur un bateau.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Après cinq ou six semaines d’un voyage éprouvant avec la traversée de la Méditerranée puis celle souvent meurtrière du Sahara ces oiseaux pesant moins de vingt grammes arrivent pour les plus hardis d’entre eux sur leurs sites d’hivernage.
 

En effet de nombreuses hirondelles meurent de faim ou d'épuisement durant cette expédition.
 

Deux cents millions d’hirondelles rustiques passent l’hiver sur ce continent au milieu des trente-sept autres espèces d’hirundinidés.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Jeune hirondelle rustique prête à l'envol

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Le Sphinx tête de mort

 

 

Il n’y a pas que les oiseaux en halte migratoire au parc du Marquenterre (Hauts-de-France).

Même les papillons aiment s’y reposer, tel ce Sphinx tête de mort que j’ai immortalisé.

C'est le lépidoptère européen le plus lourd (1,5 g pour une femelle adulte de 6 cm d'envergure) et l’un des plus grands avec le Grand paon de nuit que l'on puisse rencontrer en Europe. Son corps mesure environ 6 cm pour une envergure moyenne de 13 cm.

Ce papillon migrateur, arrive habituellement d'Afrique du Nord, la traversée de la Méditerranée ne lui posant guère de problèmes. Il lui arrive parfois même d’atteindre les pays Scandinaves, avec quelques très exceptionnelles observations au niveau du cercle polaire.

De parole d’expert cela fait plus d’une vingtaine d’années que cette espèce -relativement commune avant l’utilisation à outrance des insecticides, et autres biocides- n’avait pas été observée dans la région.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Héron pourpré au petit matin

 

Lac du Temple (Champagne-Ardenne)

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !

Comme une peau de chagrin

 

Le dernier et lointain banc de sable sur lequel se reposaient phoques gris et veaux marins se réduit inexorablement comme une peau de chagrin face à la montée rapide de la marée de vive-eau en baie d’Authie.
 

Ils s’y sentaient pourtant parfaitement bien nos sympathiques mammifères marins, profitant du soleil à peine revenu sur la côte d’Opale.

PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 10:06
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte.

Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte.

Petit Gravelot

Petit Gravelot

Accouplement d'échasses blanches

Accouplement d'échasses blanches

Croisement de becs après l’accouplement

Croisement de becs après l’accouplement

Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche.  Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa coquille, de se tenir sur ses pattes et de quitter le nid, parfois maladroitement, afin de se nourrir dès les premiers instants de sa vie car les parents alimentent rarement leurs petits.

Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa coquille, de se tenir sur ses pattes et de quitter le nid, parfois maladroitement, afin de se nourrir dès les premiers instants de sa vie car les parents alimentent rarement leurs petits.

C’est sans aucun doute au printemps que la réserve ornithologique du Teich* nous dévoile ses plus beaux joyaux. Les passereaux construisent en effet leur nid à cette période de l’année : rousserolle effarvatte, bergeronnette printanière, et surtout la gorgebleue à miroir (particulièrement discrète car déjà occupée au nourrissage des derniers nés – elle quitte le nid sporadiquement), limicoles, échasses blanches, avocettes élégantes, et autres gravelots nichent sur les nombreux îlots de la lagune Quancard. A la mi-mai, on comptabilise 82 nids de mouettes rieuses, 24 d’échasses, 7 d’avocettes et 2 de gravelots.

Cette année – c'est une première pour la région Aquitaine – une nouvelle espèce se reproduit dans la réserve : la mouette mélanocéphale. Comme la mouette rieuse, avec laquelle elle peut être confondue, la mouette mélanocéphale a la tête sombre en période nuptiale, et conserve une petite tâche de ce capuchon sur la joue en hiver. Elle diffère cependant de la rieuse par un capuchon noir – comme son nom l'indique – et non brun chocolat, nettement plus étendu que chez sa parente, des ailes uniformément grises sans pointe noire chez l'adulte et un bec légèrement plus fort.

Même si le temps de la migration prénuptiale s’achève, de belles surprises subsistent : la semaine dernière, mon ami Robert a magistralement capturé l’image d’un combattant varié qui, hélas, n’avait pas encore revêtu sa livrée nuptiale (il était en mue). De toute beauté !

 

Prédation

 

Chez les limicoles, parmi le très grand nombre d’oeufs pondus et menés à terme, les poussins éclos étaient bien vivants, ainsi que l’attestent les photographies présentées ici. Malheureusement sur la lagune avocette, la vie animale n’est pas toujours un long fleuve tranquille et la cohabitation avec les mouettes tourne souvent au drame : nous avons assisté à un véritable carnage méthodiquement perpétré par les mouettes rieuses sur les poussins d'avocettes, d'échasses et de gravelots. Bilan : élimination totale des oisillons nés de cette première vague de ponte. En ce moment, ce sont les poussins de mouettes rieuses qui sont à leur tour menacés par les milans noirs : ceux-ci n’hésitent pas à récupérer, à chacun de leurs passages ou presque, une délicieuse et tendre petite mouette de quelques jours à peine...

C’est la cruelle loi de la nature, mais également celle de la régulation des populations animales.

Quant aux échasses et aux avocettes, elles se sont lancées dans une seconde vague de pontes – les ornithologues parlent de vague « de remplacement » – tout en s'écartant un peu des rieuses afin d’éviter toute prédation.

Défense du territoire chez les échasses blanches nicheuses sur les îlots de la lagune : on ne se fait pas de cadeaux !

Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion

* Située sur les rives du bassin d’Arcachon, près de l’embouchure de l’Eyre, parfaitement nichée au coeur du parc naturel régional des Landes de Gascogne, la réserve ornithologique du Teich occupe une position stratégique sur l’une des plus importantes voies de migration d’Europe occidentale.
Chaque année, au printemps et à l’automne, des milliers d’oiseaux y font escale pour s’y reposer ou tout simplement se nourrir avant de repartir vers leur destination finale. 110 hectares de boisement, roselières, prairies, marais maritimes et lagunes se répartissent du secteur continental jusqu’aux rivages maritimes du bassin d’Arcachon.

 

Cette diversité d’habitats naturels conditionne la présence d’un grand nombre d’espèces d’oiseaux qui utilisent naturellement les lieux
de manière permanente ou temporaire. Près de 320 espèces ou sous-espèces ont déjà été identifiées ici 
depuis 1972, dont 88 nichent, ou ont niché, sur place.

La tranquillité de la réserve et la diversité de ses biotopes expliquent la grande richesse ornithologique du site.
 

De nombreux oiseaux y nichent : cigognes blanches, spatules, hérons cendrés, grèbes huppés et castagneux, râles d’eau, oies cendrées, tadornes de belon, bihoreaux gris, aigrettes garzettes et les milans noirs construisent leur aire dans les boisements proches.
 

Au printemps, de nombreux passereaux construisent leur nid dans les buissons : verdiers d’Europe, rousserolle effarvatte, bouscarle de Cetti, bergeronnette printanière et surtout la gorgebleue à miroir – une quinzaine de couples environ chaque année.
 

Les îlots de la lagune Quancard sont particulièrement propices à la nidification des limicoles : grands gravelots et petits gravelots, échasses blanches et avocettes élégantes.

Chardonneret élégant dans un écrin d’or.

Chardonneret élégant dans un écrin d’or.

Partie de cache-cache avec le Petit Gravelot

Partie de cache-cache avec le Petit Gravelot

Pluvier argenté cherchant sa nourriture dans la vasière après le passage de la marée.

Pluvier argenté cherchant sa nourriture dans la vasière après le passage de la marée.

Torcol fourmilier : pas facile à « shooter » le gaillard, mimétique et souvent haut perché ! Le Torcol fourmilier se nourrit majoritairement de fourmis et de leurs larves, d’autres petits invertébrés aussi. Ce n’est pas un oiseau forestier. Il préfère les bosquets, les haies, les parcs, c’est-àdire des zones conjuguant arbres et espaces herbacés. Il niche dans des cavités, qu’il ne creuse pas – c’est la particularité de ce pic – et cherche sa nourriture sur les écorces ou au sol. Si le torcol fourmilier est menacé ou dérangé, il se contorsionne, et son cou s'étire et se tord à l'extrême, crête hérissée, donnant à l'oiseau un air étonné. De plus, il associe à ces postures des sifflements semblables à ceux des serpents, décourageant alors d’éventuels prédateurs.

Torcol fourmilier : pas facile à « shooter » le gaillard, mimétique et souvent haut perché ! Le Torcol fourmilier se nourrit majoritairement de fourmis et de leurs larves, d’autres petits invertébrés aussi. Ce n’est pas un oiseau forestier. Il préfère les bosquets, les haies, les parcs, c’est-àdire des zones conjuguant arbres et espaces herbacés. Il niche dans des cavités, qu’il ne creuse pas – c’est la particularité de ce pic – et cherche sa nourriture sur les écorces ou au sol. Si le torcol fourmilier est menacé ou dérangé, il se contorsionne, et son cou s'étire et se tord à l'extrême, crête hérissée, donnant à l'oiseau un air étonné. De plus, il associe à ces postures des sifflements semblables à ceux des serpents, décourageant alors d’éventuels prédateurs.

Une réserve prisée par les photographes
 

 

La réserve du Teich, ce sont six kilomètres d’un sentier en boucle. Une vingtaine de postes d’observation fermés, répartis environ tous les 300 mètres, permettent aux photographes amateurs chevronnés ou professionnels de travailler sans aucun souci avec de grosses focales (type 500, 600voire 800 mm) les ouvertures étant suffisamment grandes.

Ces observatoires sont installés aux endroits les plus favorables pour approcher les oiseaux dans les meilleures conditions possibles.
 

Quatre points de vue surélevés proposent une vision globale sur les différents paysages de la réserve ; ils représentent d’excellents postes pour l’observation des migrations actives.

Couple de lézards verts. Scène prénuptiale.

Couple de lézards verts. Scène prénuptiale.

Qui m’aime me suive ! Tortues cistude.

Qui m’aime me suive ! Tortues cistude.

Chevalier guignette.

Chevalier guignette.

Grèbe à cou noir (plumage nuptial).

Grèbe à cou noir (plumage nuptial).

Milan noir

Milan noir

Le ravitaillement. Rougequeue noire (femelle) en quête de nourriture pour ses petits.

Le ravitaillement. Rougequeue noire (femelle) en quête de nourriture pour ses petits.

UNE NURSERIE À CIEL OUVERT

Préparation de la nidification chez la Mouette rieuse

Préparation de la nidification chez la Mouette rieuse

Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Cette échasse blanche retourne méticuleusement dans le nid, les quatre oeufs qu’elle couve maintenant depuis plus d’une vingtaine de jours… contre vents et marées.

Cette échasse blanche retourne méticuleusement dans le nid, les quatre oeufs qu’elle couve maintenant depuis plus d’une vingtaine de jours… contre vents et marées.

Poussin d’avocette élégante tout juste sorti de sa coquille.

Poussin d’avocette élégante tout juste sorti de sa coquille.

Maman, j’ai un peu froid, peux-tu me réchauffer ? Poussin d’avocette élégante.

Maman, j’ai un peu froid, peux-tu me réchauffer ? Poussin d’avocette élégante.

Seul à la découverte du monde : poussin d’Avocette élégante.

Seul à la découverte du monde : poussin d’Avocette élégante.

Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Courageux mais pas téméraire : premier bain pour ce poussin d’avocette élégante… sous haute protection.

Courageux mais pas téméraire : premier bain pour ce poussin d’avocette élégante… sous haute protection.

Petit Gravelot et son poussin né la veille

Petit Gravelot et son poussin né la veille

C’est l’heure du ménage : cette Échasse blanche fait place nette dans le nid en se débarrassant de la coquille vide du dernier poussin à peine éclos. Il reste encore un oeuf à couver, et il faut également de la place pour réchauffer ses petits selon la demande de la première journée de leur naissance. Ils ne restent cependant pas longtemps au nid : nidifuges, ils se réfugient dans la végétation avoisinante.

C’est l’heure du ménage : cette Échasse blanche fait place nette dans le nid en se débarrassant de la coquille vide du dernier poussin à peine éclos. Il reste encore un oeuf à couver, et il faut également de la place pour réchauffer ses petits selon la demande de la première journée de leur naissance. Ils ne restent cependant pas longtemps au nid : nidifuges, ils se réfugient dans la végétation avoisinante.

Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 16:50
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque

  Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année.

 

  Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au fil des ans les irréductibles, plus ou moins nombreux selon les caprices de la météo, pour un bain des plus toniques.

 

  Depuis l’an 2000, l’événement qui est véritable lancement de la saison carnavalesque est devenu incontournable.
 

 

  A midi tapant, les plus téméraires se sont donc jetés à l’eau, après s’être élancés de la digue de la plage de Malo-les-bains devant une foule compacte de badauds, sous un ciel sous pâle soleil d’hiver.
 

  Les givrés se sont baignés dans une eau à 11° alors que sur la plage le thermomètre indiquait à peine 6° !

 

  Mais peut-être est-ce le meilleur remède pour remettre d’aplomb l’organisme après un réveillon de la Saint-Sylvestre arrosé !
 

  Sur la plage, l’ambiance festive avait de quoi réchauffer les coeurs et les corps. Et à Dunkerque, on sait ce que cela signifie !
 

  La plupart des baigneurs étaient vêtus de tenues baroques, parfois criardes, et arboraient des accessoires surprenants, dans l’esprit du carnaval de Dunkerque. Certains portaient même un maillot de bain ! Certains étaient munis de pancartes faisant référence à l'actualité comme : Christopher Nolan t'es où ? On s'est fait beau ! en allusion au projet de long métrage du réalisateur britannique.

 

  A la sortie du bain, les plus frileux se sont réchauffés en avalant une soupe à l'oignon. Puis ont obtenu leur certificat de baptême, remis par l'association Le bain des givrés mais se sont seulement les quatre cents premiers qui ont reçus le fameux document. Pour les autres, tant pis ! Tous les imprimés sont partis.

 La rançon du succès en quelque sorte !

 

 Tout cela constitue un excellent prélude à la saison carnavalesque : elle débute dès le lendemain par le bal des Neuzes Nyts à Cappelle-la-Grande, puis par la sortie de la bande de Fort-Mardyck, ainsi que le bal des Ckouckenards à la Poudrière huit jours plus tard. S’enchaînent ensuite les bandes de Ghyvelde, d'Armbouts Cappel, de Gravelines, de Mardyck, de Saint-Pol-sur-mer, et les bals du Chat Noir et des Corsaires, au Kursaal.

 

  Apothéose des réjouissances : Les Trois Glorieuses du 6 au 8 mars.

Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Traditions populaires
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 11:18
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place

Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place

LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)

 

Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches. Le fiston me demanda ce que je faisais et je lui répondis que je me trouvais en Angleterre, occupé à photographier le brame du cerf à quelques kilomètres seulement du Tower Bridge. Interloqué, il me lança cette boutade, que je goûtai fort peu : « C’est vrai, Pap’ : Londres est une drôle de ville, je me souviens y avoir déjà aperçu quelques éléphants roses ou bleus se balader du côté de Piccadilly Circus au petit matin …Mais j’avais forcé sur la Guinness, peut-être même fumé un petit pétard…Allez, repose-toi bien, je te rappelle plus tard ». Je n’ignorais pas que le soir-même, toute la famille allait prendre des nouvelles de ma santé… mentale !
 

Rassurez-vous, je vais très bien, merci.
 

Ce matin-là, je me trouvais bien à Richmond Park*, dans la banlieue de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf. J’avais été invité par une bande de potes : Dan, Seb, Jérôme, Marcellin et d’autres à les accompagner durant le week-end en cet endroit fabuleux que mes compères connaissaient depuis quelques années. Déjà l’an dernier, j’avais ragé lorsque j’avais vu les images qu’ils avaient ramenées d’outre-Manche, alors que moi, j’avais crapahuté comme un beau diable en forêt ouverte, mais également en milieu semi-ouvert, pour une mince production d’images, quoi que de qualité… J’avais pourtant eu beaucoup de chance, ce qui ne fut pas le cas en 2013 : je n’avais pas entendu bramer une seule fois en cinq jours !
 

Il faut malheureusement se rendre à l’évidence : il est de moins en moins aisé ces dernières années d’observer les grands mammifères de nos belles forêts à cause d’une pression cynégétique trop forte - sans parler des observateurs peu scrupuleux ou tout simplement inexpérimentés. Cela se ressent surtout durant la période du brame où il est de plus en plus rare de voir de grands cerfs, et c’est bien dommage car c’est en cette période de l’année qu’opère la magie de ce moment fort de la vie du roi incontesté de la forêt.
 

C’était décidé : cette année, le brame, ce serait à Richmond… ou nulle part ailleurs. N’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage !

 

Je ne fus guère déçu : l’endroit est majestueux, avec des paysages très variés qui offrent des diversités de plantes et d’arbres. Par moment le visiteur à l’impression d’être au beau milieu de la savane africaine et tantôt il s’imagine traverser les vastes plaines de Mongolie. Quant aux lumières matinales, elles sont tout simplement fabuleuses pourvu que le ciel soit dégagé, ce qui fut le cas.
Les cerfs sont beaux, certes un peu plus petits, mais très actifs. Ils ne sont pas nourris par l’homme, et même si, depuis des décennies, ils se sont habitués à la présence humaine, ils gardent leur instinct sauvage et il faut en tenir compte en période de brame.

 

* Richmond Park est le plus grand parc royal de Londres, l’un des plus anciens puisqu’il a été fondé en 1627. C’est surtout le plus sauvage. Il s’étend sur 10 km2 dans la banlieue proche au sud-ouest de la capitale, et est entièrement clos. Ce sont 10 000 hectares de forêts, de prairies, de collines et de
plaines qui s’offrent au visiteur, un espace naturel immense à deux pas des zones urbaines où plus de 300 cerfs vivent en liberté, ainsi que des biches et des faons. Au total, pas moins de 600 espèces d’animaux. Outre les cervidés, vous pouvez croiser régulièrement de petits écureuils gris, plus rarement des renards, et des oiseaux - des choucas des tours en grand nombre, ainsi qu’une colonie de petites perruches vertes, omniprésentes et très bavardes – mais pas seulement. Ce parc naturel protégé n’a absolument rien à voir avec un zoo.

LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)

Le brame du cerf … digest

 

 

 

En France la saison du brame débute théoriquement vers la mi-septembre pour s’achever peu avant le 15 octobre. En Angleterre ; c’est un peu plus tard !
 

L’objectif pour le cerf, est d’assurer la reproduction de l’espèce.

C'est l'époque des saillies et pour l’animal, qui peut régner en maitre absolu sur un harem de trente à quarante biches, il lui faut tout d’abord délimiter son territoire, montrer sa puissance aux autres mâles et constamment surveiller ses femelles ; une activité à temps plein qui lui fait perdre jusqu'à vingt kilos car il n’a même plus le temps de se nourrir ! Pour le mâle, le but est de s’accoupler avec un maximum de femelles. Il faut savoir qu’une biche n’est en chaleur que douze à vingt-quatre heures tout au plus !

 

ÊTRE MAÎTRE EN PLACE DE BRAME

 

Pour la biche, le brame identifie la qualité de reproducteur et lui permet de choisir le plus beau mâle de la contrée pour s’accoupler car c’est elle, en fait, qui décide de la saillie.
 

Le cerf dominant règne sur une prairie ou une partie de terrain appelée place de brame. Il ne cessera alors d'être en activité en se rendant d'une biche à une autre, avec le regard attentif à l'extérieur pour surveiller les lieux. Pour marquer son territoire, il se roulera dans des cuvettes boueuses – souilles – avant de se frotter aux arbres pour déposer sur les écorces les sécrétions de ses larmiers, abondantes en cette période, et qui ressemblent à une huile noirâtre, fortement odorante.
 

Les autres cerfs se verront alors chassés de cette zone réservée. Leur désir de conquérir néanmoins des biches les inciteront soit à affronter le cerf en place de brame, provoquant alors des combats aussi spectaculaires que majestueux à l’issue parfois dramatique pour l’un des belligérants, voire pour les deux, soit à partir à l'assaut d'un autre harem dirigé par un congénère espéré moins fougueux.

 

Eviter le combat

 

Cependant, la puissance du brame et un coup d'oeil sur la ramure suffisent généralement au mâle à affirmer sa primauté ou constater son infériorité ; c’est seulement s'ils s’estiment être de force égale, qu’ils peuvent en venir à se battre. Avant d’en arriver à cette extrémité, les vieux cerfs expérimentés utilisent l’intimidation, cris et simulacres de charge. Si l’adversaire ne cède pas, alors le combat ne peut être évité. Au cours cet affrontement physique, les bois peuvent se casser et provoquer de graves blessures ; parfois, ils restent emmêlés et les deux adversaires errent alors de longs jours ainsi, puis meurent de faim et d’épuisement.

 

Quant aux jeunes mâles ne se sentant pas encore de taille à relever un quelconque défi, ils restent bien à l’écart de ces joutes de titans. A la fin du rut, ils ont cependant toutes leurs chances de se constituer une harde, les vainqueurs étant épuisés et dans l’impossibilité de surveiller toutes leurs biches.
 

Vers la fin des amours, chacun va peu à peu se séparer et reprendre sa place jusqu'au l’automne prochain. Les biches donneront naissance à un faon huit mois plus tard – les naissances s'étalent de la fin avril à début juillet, avec un pic très net entre le 15 mai et le 15 juin – elles l’allaiteront durant sept mois. Les mises bas se font le plus discrètes possible : les biches choisissent des zones de fourrés très denses et calmes.

Seulement une heure après sa naissance, le faon est capable de se déplacer, mais pendant une à deux semaines, il reste couché, réduisant au maximum les preuves de sa présence vis à vis des ses prédateurs. La mère veille sur lui avec beaucoup d’attention, ne s’éloignant que très peu, et si un problème survient, elle le défendra avec toute son énergie… à grands coups de sabots !

LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
Le Choucas des tours qui parle aux oreilles des biches

Le Choucas des tours qui parle aux oreilles des biches

Le repos du "guerrier" après une dure nuit de brame

Le repos du "guerrier" après une dure nuit de brame

Pour lire le sujet sur "l'édition" 2016 du brame à Richmond, cliquez sur le lien suivant :

Repost 0
Published by Guy Sadet
commenter cet article
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:01
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

 

Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier.
Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux par centaines et autres limicoles occupent le site en attendant le reflux de la mer, avant de regagner les vasières en baie afin de se nourrir.

 

Cliquez sur les photographies pour les agrandir

 

* Le banc de l’Ilette offre une vue sur une grande partie de la baie (Le Crotoy, Saint-Valéry et Le Hourdel) et sur un paysage de marais arrière-littoraux et du massif dunaire. Il était autrefois submergé par les marées hautes, mais du fait de l’ensablement, il est aujourd’hui couvert d’une végétation herbacée – oyats, chardons des sables – et également arbustive, surtout des argousiers. On y goûte une des ambiances les plus naturelles et les plus apaisantes de l’ensemble du nord de la France. En plus d’être un site agréable, le banc de l’Ilette présente un intérêt ornithologique majeur pour l’observation de la migration des oiseaux. Une très grande variété d’espèces – plus d’une centaine – peut en effet y être observée, des passereaux (pinsons, mésanges) aux rapaces (busards des roseaux, éperviers, faucons), en passant principalement par des limicoles (chevaliers, gravelots, bécasseaux) et des grands échassiers (hérons, cigognes, spatules blanches).

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

 

Le spectacle lors des grandes marées… au parc du Marquenterre aussi

 

Selon la force et la direction des vents, de nombreux oiseaux se réfugient également sur les reposoirs du parc du Marquenterre – lorsque ceux-ci sont découverts, selon le niveau des eaux – ou sur les grandes prairies jouxtant le domaine, comme en témoignent ces photographies prises en juillet et en août.

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

Un été avec les phoques de Berck

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

Les phoques sont devenus depuis quelques années les mascottes de Berck-sur-mer. On vient parfois dans la célèbre cité balnéaire du Pas-de-Calais rien que pour les voir. Il est vrai qu’il est aisé de les observer lorsqu’ils se reposent sur le banc de sable situé juste en face de l’épi de la plage sud, à proximité du club nautique.

 

L’office de tourisme propose même aux touristes des visites avec les guides de l’association Découverte nature où les visiteurs contemplent ces sympathiques mammifères à longues moustaches à travers une puissante longue-vue montée sur un solide trépied, tout en écoutant les explications éclairées du guide.

 

A Berck, il est impossible d’ignorer les phoques : l’office de tourisme en fait la promotion afin de développer une image de station nature. Selon son directeur, « les phoques sont devenus une véritable marque de fabrique du tourisme en baie d’Authie ».

 

Pour la troisième saison consécutive, une collection de produits dérivés, baptisée Rock and Phoques est consacrée au mammifère marin ; dans les boutiques de souvenirs, ils rivalisent avantageusement avec les phares, cabines de plage miniatures, peluches ou autres figurines.

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

Déjà en baie au XIXe siècle

 

 

Et pourtant, les phoques en baie d’Authie, ça ne date pas d’hier ! Ils évoluent ici dans leur milieu naturel car ils étaient déjà présents au XIXe siècle, puis ils en furent chassés. Au début du XXe siècle, ils avaient tous disparus. On les observe de nouveau depuis le début des années 2000. Suite à la ratification de la convention pour la protection des phoques de l’Antarctique en 1972, ils sont revenus dans les estuaires picards de manière progressive.

 

Au début des années 2000, on ne voyait que quelques phoques en baie d’Authie mais depuis, leur nombre a augmenté de façon exponentielle. Les raisons de cette implantation sont multiples : présence de plages sableuses, de poissons en abondance, et surtout l'effet des marées dans les estuaires qui permet la formation de bancs de sable se découvrant à marée basse, où les phoques peuvent se reposer et prendre le soleil pour préparer leur mue d'hiver. Ils apprécient particulièrement ces bancs de sable longeant des chenaux profonds et offrant la tranquillité, et surtout la possibilité pour ces sympathiques mammifères marins de se jeter à l’eau très rapidement en cas de danger, ou tout simplement de dérangement causé par l’homme à bord de kayaks, et surtout, de puissants engins motorisés.
 

 

Malgré la curiosité qui le pousse parfois à s’approcher des embarcations, le phoque veau-marin est très sensible au dérangement. Mise-bas, élevage des jeunes, toilette, repos s’effectuent sur les bancs de sable découverts par la marée. Les tentatives d’approche se soldent immanquablement par la fuite vers l’eau des animaux. Répétés, ces dérangements perturbent le cycle de vie du phoque et peuvent compromettre la survie des nouveau-nés.

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

 

Des phoques dans la tempête

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

Cette année, au milieu du mois d’août, 144 phoques ont été comptabilisés, dont pratiquement la moitié de phoques gris, ce qui représente une première pour le site. En juillet dernier, une petite femelle est née en baie ; elle fut baptisée Epinette en raison d'une tâche en forme de sapin sur son profil droit (l'épinette est le nom québécois de différentes variétés de conifères).

 

À titre de comparaison, en baie de Somme, les effectifs maxima de phoques recensés sur les reposoirs de marée basse étaient de 415 Phoques veaux-marins et 110 phoques gris. La première naissance de phoque veau-marin a été observée le 17 juin. Cet été, 87 naissances ont été enregistrées, toujours en baie de Somme qui abrite la plus importante colonie française de phoques veaux-marins.

 

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

 

ZOOM

 

Promenade en famille chez les grèbes huppés

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Les petits sont tour à tour nourris avec des poissons et des plumes ; les plumes permettent de créer une boule protectrice au fond de l'estomac où les arêtes des poissons sont stoppées pour permettre une digestion plus lente.

Les petits sont tour à tour nourris avec des poissons et des plumes ; les plumes permettent de créer une boule protectrice au fond de l'estomac où les arêtes des poissons sont stoppées pour permettre une digestion plus lente.

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Pourquoi se fatiguer ? « Bon d’accord, je suis déjà grand et je sais nager seul, mais le temps que maman m’offre l’hospitalité de son dos, j’en profite ! Mais quelque chose me dit que ça ne va pas durer… ».

Pourquoi se fatiguer ? « Bon d’accord, je suis déjà grand et je sais nager seul, mais le temps que maman m’offre l’hospitalité de son dos, j’en profite ! Mais quelque chose me dit que ça ne va pas durer… ».

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

La Bécassine sourde

 

Pas facile à observer la Bécassine sourde, plus petite et avec surtout le bec plus court, au comportement plus solitaire que sa cousine la Bécassine des marais. Elle ne se manifeste que très peu le jour et peut demeurer invisible de longues heures tapie dans la végétation des marais où elle se confond parfaitement dans cet environnement.

 

C’est amusant de voir comment elle se nourrit ; tout en sautillant, agitant son corps de bas en haut.

 

Elle vit dans les régions froides, nichant en Finlande, Scandinavie, Russie et Sibérie. Lors de sa migration d'hiver, on peut la retrouver jusqu'en Afrique Occidentale ou sur les rives de l'Océan Indien. Elle n'est pas considérée comme une espèce nicheuse en Europe Occidentale. Les plus précoces arrivent en France vers le milieu du mois d'octobre et y restent jusqu'aux premières grandes gelées.

 

J’ai photographié cette Bécassine sourde en baie de Somme le 7 octobre dernier

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées

ÉCLIPSE TOTALE : UNE SUPER-LUNE DE SANG

 

L’éclipse totale lunaire que nous avons observée le 28 septembre au matin s’est produite lorsque la lune, alors pleine, fut précisément alignée avec le soleil et la terre ; l’ombre de la terre, réfléchie par le soleil, éclipse alors notre satellite dans sa totalité. Une éclipse de lune ne peut avoir lieu que lorsque notre satellite, vu depuis la terre, se situe dans la direction opposée au soleil et qu’il se trouve donc en phase de pleine lune.

Coïncidence : cette éclipse totale avait lieu en même temps que la super lune, quand notre satellite paraît plus gros que d'habitude dans le ciel : 14 % plus grand et 30 % plus brillant qu'à l'accoutumée.

 

Ce matin-là, le phénomène général débuta à 2 h 15 pour se terminer à 7 h 20. La phase de totalité, durant laquelle la lune, obscurcie, s’était parée d’une teinte rougeâtre, dura un peu plus d’une heure, entre 4 h 11 et 5 h 23. La dernière éclipse de super-lune a eu lieu en 1964 ; la prochaine est annoncée pour 2033

 

Photographie prise sur la plage de Berck-sur-mer à 4 h 39.

Objectif SIGMA 800mm sur CANON 7d Mark II 0,5 sec f 5,6 1600 ISO

Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
    L a Barge à queue noire Limosa limosa est un limicole élégant de grande taille mesurant de 40 à 44 cm environ. Deux populations de barges à queue noire fréquentent le territoire français : la Barge islandaise, et la Barge continentale. La première niche...
  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...
  • LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
    Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches....
  • Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
    Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier. Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux...

Pages