Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 08:48

 

 

VOL DE NUIT 1

VOL DE NUIT 2

VOL DE NUIT 3

VOL DE NUIT 4

 VOL DE NUIT 17

Apothéose poétique et magique samedi soir sur la plage de Berck en baisser de rideau de la 27 ème édition des R.I.C.V. avec le spectacle d’un vol de nuit d’une rare beauté.

Devant des milliers de spectateurs massés sur l’esplanade et le sable, les yeux rivés vers le ciel, à l’heure où le soleil prend le large et la lune dévoile son plus beau profil, des dizaines de cerfs volistes alignés sur la plage partagent avec le public ces instants magiques.

Le silence et la légère brise qui envahissent la plage sont en effet propices à un féérique ballet céleste. Déployant leurs ailes dans la galerie du ciel, les cerfs-volants s’élèvent dans l’obscurité. Sensations inédites assurées !

Echappée-belle en pré-clôture des RICV, le Vol de Nuit est bien l’événement incontournable et prisé de ce festival à nul autre pareil, qui cette année semble avoir battu tous les records d’affluence.

Placé sous le signe de la tradition marine, ce show nocturne se distingue par d’originaux jeux de lumières et de renversantes chorégraphies aériennes.

Tels des pêcheurs qui déploient leurs filets, les voleurs de vent mettent les voiles pour côtoyer les étoiles !

La soirée s’acheva par un éblouissant spectacle pyrotechnique d’une grande qualité.

 

VOL DE NUIT 5

VOL DE NUIT 6

VOL DE NUIT 7

VOL DE NUIT 8

VOL DE NUIT 9

VOL DE NUIT 10

VOL DE NUIT 11

VOL DE NUIT 12

VOL DE NUIT 13

VOL DE NUIT 14

VOL DE NUIT 15

VOL DE NUIT 16

 


 

Dernières images de l'édition 2013

 

RICV 1

RICV 2

RICV 3

RICV 4

RICV 5

RICV 6

RICV 7

RICV 8

RICV 9

RICV 10

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 19:05

 

RICV 1

RICV 2

RICV 4

RICV 5

RICV 3-copie-1

RICV 28

 

 

Cette fois, c’est bel et bien parti pour la 27es édition des rencontres internationales de cerfs-volants de Berck. Les premiers se sont élancés dans le ciel samedi matin : des grands, des petits, des triangulaires, des bleus, des verts et des rouges.

Certains aux formes amusantes et bizarres. Cette année les organisateurs ont décidé de jouer sur le thème de la mer en transformant le cadre naturel du festival en un aquarium géant.

20 000 liens dans les airs est le fil conducteur retenu pour ce cru 2013.

Dans le ciel de Berck, d’énormes poissons évoluent le nez dans le vent ! Cette année, pas de compétition officielle – le championnat du monde, c’est pour l’an prochain – mais, juste pour les cerfs-volistes et organisateurs, une envie de faire partager leur passion. Néanmoins, on assiste aux Mégateams : des démonstrations par des équipes composées des meilleurs cerfs-volistes internationaux qui, avec dextérité et créativité, alternent figures originales et somptueux ballets aériens, ainsi qu’aux combats de Rokkakus, cerfs-volants hexagonaux ornés de portraits de guerriers expressifs, originaires du Japon qui se battent dans le ciel. Le vainqueur étant le dernier à se maintenir dans les airs.

 

RICV 32 (2)

RICV 7

RICV 6

RICV 27

RICV 9

 RICV 29

La plage de Berck accueille une nouvelle fois le plus grand cerf-volant du monde. Représentant le drapeau du Koweït, il mesure 42 mètres de long sur 25 de large pour 7 000 m2 de toile de spi. Ce colossal objet volant, conçu par le Néo-zélandais Peter Lynn, meilleur expert mondial pour la fabrication de cerfs-volants géants, est relié à un bulldozer pour le retenir.

A la fois manifestation sportive et culturelle, les RICV se vivent avant tout en famille : il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

Les organisateurs ont cette année particulièrement choyé les enfants : sous un chapiteau dressé sur l'esplanade, ils peuvent percer les mystères de l'air et du vent ; découvrir ce qu'est un écosystème, sa fragilité et comment le préserver ; comprendre comment la météo, les facteurs naturels et l'homme peuvent modifier les paysages ; comprendre l'importance d'une bonne exploitation des ressources naturelles de la planète ; acquérir des gestes simples au quotidien pour préserver la Terre.

Les enfants assistent à des spectacles et participent à des ateliers lors de douze étapes à franchir seul ou en groupe. Chaque étape est validée par un tampon sur le passeport.

Pour les plus sportifs et les plus téméraires d’entre eux, il y a l'accrovoile du capitaine Pic. Inspiré des grands voiliers, l’accrovoile est un gréement à trois mâts construit à l’ancienne : voile coton, matelotage traditionnel, poulies en bois, caps de mouton et enfléchures de rigueur ! La mâture permet de grimper à huit mètres de hauteur ; elle culmine à douze mètres avec le perroquet ! Le principe est simple : il faut juste avoir envie de jouer les moussaillons ou, pour les plus aguerris, les marins intrépides. Hisser, grimper, carguer, ferler, prendre un ris. De vrais gestes de gabiers, en totale sécurité avec un final debout à la parade, sur la vergue de hunier ! Un sport qui apporte son lot d’adrénaline !

Petit détail : s’il se pratique dès 6 ans, les plus grands y trouveront également l’occasion de s’éclater.

 

RICV 33 (2)

 RICV 30

RICV 10

RICV 11

RICV 31 (2)

RICV 12

RICV 13

RICV 14

RICV 15

RICV 16

RICV 17

RICV 18

RICV 19

RICV 20

RICV 21

 

Les animations des RICV sont décidemment de plus en plus éclectiques ; au coeur du village de la glisse, une manifestation unique au monde autour du char à voile : un manège de char à voile radio commandé, accessible à tous, et bien entendu, comme à chaque édition, le jardin du vent où le magique côtoie l’ingénieux. C’est l’endroit où l’on se laisse porter par la poésie du lieu : un mobile qui s’anime sous l’effet de la brise, un ascenseur à balles de ping-pong… tout est fait pour le plaisir des yeux et des oreilles ! On assiste à un dialogue permanent entre le souffle du zéphyr et les objets de récupération sortis tout droit de l’imagination des bricoleurs du vent.

 

Comme quoi à Berck, le vent, on connaît. Et la station en fait l’un de ses atouts !

 

RICV 22

RICV 23

RICV 24

RICV 25

RICV 26

 


 

BLOG VOL DE NUIT1

 

Pour lire l'aricle etvoir les photographies du VOL DE NUIT 2013 , cliquez ICI

 

 

 

28èmes Rencontres Internationales de cerfs-volants (R.I.C.V.) de Berck-sur-mer : c’est parti !

 

Lancement hier de la vingt-huitième édition des rencontres internationales de cerfs-volants (RICV) de Berck-sur-mer. Et comme c’est le cas, une année sur deux, les RICV sont couplées avec le championnat du monde de cerfs-volants. On attend les meilleurs spécialistes mondiaux qui viendront de Chine, de Colombie, de Lituanie, de Malaisie, de Russie, des États-Unis, de Grande-Bretagne, du Japon et bien sûr, de France. A partir de mardi, le public pourra assister à la compétition et aux impressionnantes démonstrations de vol simultané. Des équipes à quatre lignes se réuniront notamment pour des Mégateams afin de battre le record de 30 pilotes en vol simultané.

 

Tout au long de la semaine, les spectateurs peuvent se balader sur la plage, la plupart du temps le nez en l’air. Il est également possible d’apprendre à fabriquer un cerf-volant, puis à le faire voler, grâce aux conseils dispensés par des amateurs chevronnés, avant de flâner dans les jardins du vent, où de géniaux bricoleurs ont conçus des machines aussi extravagantes qu’insolites, qui produisent des sons inattendus suivant les caprices d’Eole...

 

Pour lire la suite , cliquez ICI

 

BLOG RICV 2014

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 05:54

 

PH 1 Bis

PH 2

PH 3

PH 4

 

Il faut être matinal pour vivre intensément le carnaval de Cassel, dernier carnaval de la saison en Flandres ! Les festivités commencent dès l’aube chaque lundi de Pâques, alors que le jour commence à peine à poindre. Cassel a deux carnavals, le grand, celui qui vient de se dérouler, et le petit le Mardi gras… jusqu’au début du siècle dernier où il fit tellement froid que le défilé fut reporté au lendemain de Pâques. Les Casselois conservèrent les deux cortèges… Le grand occupe une place à part au milieu de ses homologues voisins. Moins délirant que celui de Dunkerque, mais cependant moins statique et plus participatif que celui de Bailleul avec son cortège de chars. Cassel reste dans le traditionnel avec une ambiance réellement familiale, même si l’on y croise à la fois de joyeux drilles aussi acharnés que des masquelours dunkerquois durant les trois glorieuses et des groupes folkloriques.

Cerise sur le gâteau casselois, c’est l’unique sortie annuelle de la famille Reuze – géant en flamand – classés au patrimoine immatériel de l'UNESCO. Vêtu de rouge comme un légionnaire de la Rome antique Reuze Papa est l’oeuvre d’Ambroise Bafcop, artiste local, et Reuze Maman, d’Alexis, son frère. Le couple a aussi quatre fils. Ensemble, ils mènent la danse sur le mont. Ce sont des géants portés, donc très proches des gens avec qui ils exécutent des rigodons endiablés au son du Reuzelied que déversent sans aucune modération fifres et cornemuses.

Les géants casselois ont accueilli cette année deux invités d'honneur, venus d'Ath en Belgique : l'archer Tirant l'ancien et Baudouin IV. Le premier a disparu du cortège d'Ath en 1852. Son effigie a été recréée en 1991. Le second fêtera son premier anniversaire le 14 avril. Il est une effigie du comte de Hainaut qui fonda la cité d'Ath en 1166. Reuze Papa et Reuze Maman ont donc réservé à leurs invités d'honneur un accueil digne de leur stature.

C’est ainsi que, ce lundi, des milliers de spectateurs carnavaleux et de participants costumés, les Arlequins, les grosses têtes et les masques ont paradé, tambour-major en tête, dans le dédale des venelles de l’étroite cité où deux fanfares ne peuvent se croiser, sauf sur la place, point névralgique de cette joyeuse déambulation ininterrompue de 6 à 22 h. Cette année, ambiance banda – férias du sud-ouest – assurée ! Les meilleures bandas du sud-ouest, des Ardennes belges, des Pays Bas et de la région, ont apporté un peu de chaleur notamment lors du grand final banda Pakito , de quoi réchauffer quelque peu le fond de l’air très frais, malgré la présence d’un soleil généreux … et grand moment d’émotion, lors de la nuit venue, lorsque la famille Reuze regagne le musée de Flandre.

Le public s’aperçoit alors que la fête est bien finie et que les géants ne ressortiront … que l’année prochaine !

 PH 7

PH 6

PH 8

PH 5

PH 9

PH 10

PH 11

PH 13

PH 12

PH 14

PH 15

PH 17

PH 26

PH 16

PH 18

PH 19

PH 21

PH 22

PH 20

PH 23

PH 24

PH 25

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Traditions populaires
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 17:56

 

SITTELLE 1

SITTELLE 2

SITTELLE 11

      Elle coince les noisettes dans des crevasses et assène de puissants coups de bec jusqu'à ce que la coque se fende en deux. Ces martèlements sont si forts qu'on croirait entendre un pic.

 

La sittelle torchepot se distingue des autres passereaux par sa silhouette trapue, sa vivacité et sa capacité, unique chez les oiseaux, à descendre le long des troncs, la tête en bas, grâce à ses pattes courtes et ses griffes puissantes. Son plumage bicolore, bleu-gris ardoisé sur le dos, chamois-rouille et blanc sur le ventre, et son trait sourcilier noir en font un oiseau aisément identifiable. Son bec est long et pointu. Ses ailes courtes, larges et arrondies, lui donnent un vol direct sur de courtes distances, plus ondoyant sur de longs trajets.

En forêt, la sittelle se montre relativement craintive et se tient souvent dans le haut des grands arbres.

C’est un oiseau très actif, constamment en mouvement. Les vieux troncs d’arbres ont sa préférence car ils favorisent la progression de cette grimpeuse accomplie, elle se déplace en tous sens sur les troncs, les souches et les branches d'un certain diamètre. Une telle liberté de manoeuvre tient au fait qu'elle n'utilise pas la queue comme point d'appui, comptant sur la seule force de ses pattes pour l'escalade ou la descente.

 

SITTELLE 4

SITTELLE3

SITTELLE 5

 

Il est toujours amusant de la voir se faufiler avec une incroyable agilité à la manière d'une souris en progressant par à-coups.

A l'inverse des pics, elle ne se sert pas de sa queue comme appui pour grimper.

Oiseau peu sociable, elle vit généralement toute l'année en couple sur un territoire bien délimité, auquel elle est très attachée. Elle le défend même en hiver contre ses congénères et on peut la voir parfois avec des groupes de mésanges lorsqu'elles visitent les mangeoires.

À l'instar des mésanges noires et nonnettes, elle est connue pour faire des réserves de nourriture dans des crevasses, notamment des noisettes, qu'elle mangera en période de disette. Sa nourriture est surtout constituée d’insectes et d’araignées que l’oiseau trouve dans les interstices de l’écorce des arbres, mais son régime devient granivore à la mauvaise saison.

 

SITTELLE 6

SITTELLE 9

 

SITTELLE 10

 

Dans son long bec, elle peut emmagasiner deux ou trois graines de tournesol. Elle s'envole alors en direction d'un arbre pour camoufler son butin dans les crevasses d’un tronc.

Elle camoufle ses caches de graines avec des morceaux d'écorce, de lichen ou de mousse. Comme la sittelle est très fidèle à son territoire, elle retrouve toujours ses cachettes aux cours de ses pérégrinations. Elle coince les noisettes dans des crevasses et assène de puissants coups de bec jusqu'à ce que la coque se fende en deux. Ces martèlements sont si forts qu'on croirait entendre un pic.

Oiseau cavernicole, la sittelle a l'habitude de calfeutrer l'entrée de son trou avec de la boue ou des débris de végétaux pour en réduire le diamètre et ainsi tenir à distance du nid des oiseaux plus gros : c’est de cette caractéristique que lui vient son nom de torchepot.

 

UNE SITTELLE EN HIVER ...

 

SITTELLE 7

SITTELLE 8

 


ZOOM

 

LE TARIN DES AULNES

 

 

TARIN DES AULNES 1

 

TARIN DES AULNES 2

TARIN DES AULNES 3

 

REFLET

 

 

REFLET

 

LE ROUGE-GORGE

 ROUGE - GORGE 2

ROUGE-GORGE

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 19:52

 

PH 5

PH 2

PH 28 (3)

PH 3

PH 4

PH 1

 

 

Les géants sont incontestablement les figures emblématiques essentielles du folklore du Nord de la France et de la Belgique.

Ils représentent des personnages historiques, légendaires ou fictifs, parfois également des animaux. Portés à bras d’hommes ou exceptionnellement tractés, ils sortent en processions et dansent dans les rues les jours de fête ; ils représentent leur ville et symbolisent l’identité collective. Lors des défilés, ils sont portés par une ou plusieurs personnes qui leur donnent vie : ils dansent, rencontrent, embrassent.

Ils naissent, se marient, ont des enfants et leur baptême donne lieu à de véritables réjouissances populaires souvent hautes en couleurs. Certains meurent, d’autres ressuscitent. D’apparence et de taille variable, ils sont composés d’osier, de fil de fer, de tissu, de papier, de carton, de cuir ou de bois.

La fabrication et l’entretien du géant est à chaque fois l’occasion pour les anciens d’impliquer les plus jeunes en leur transmettant leur savoir-faire. Lors de cortéges, le port du géant est souvent réservé à une confrérie ou une association particulière ; il traverse la ville selon un itinéraire déterminé, le long duquel la foule se masse. Il est souvent accompagné d’une fanfare et avance au rythme d’un air qui lui est propre.

À travers ces géants s'affirment plus que jamais, les identités locales.

Deux villes du Nord – Steenvoorde, dans les Flandres, et Douai, la cité de la famille Gayant – sont réputées pour l’organisation de rassemblements de géants. Cependant, depuis sept ans maintenant, Tourcoing est entrée dans le club très fermé des villes qui voient les choses … en grand !

Cette année se sont près de soixante géants venus de toute la région - surtout des Flandres - et de Belgique qui ont animé, le temps d’un week-end, le centre-ville de la cité du Broutteux, défilant aux sons des harmonies et fanfares, devant la foule des grands jours. Parmi les nouveautés de l'édition 2013, Jan Turpin, le plus grand géant d'Europe, qui mesure près de 11 mètres et pèse 760 kilos. Venu de Nieuport sur la côte belge, il nécessite... vingt-quatre porteurs pour le mouvoir ! Autant dire qu'il ne participa que timidement au rigodon final car il lui est impossible de défiler dans les rues, notamment du fait de la présence, ça et là, de câbles électriques. Il représente quand même une maison de plus de deux étages ! De nombreuses fanfares étaient présentes dont, pour la première fois, Fanfakids, une fanfare d'enfants venus de Bruxelles. On retrouvera Toubab Orchestra, Doublevede Quintet, Unpinned Kilt et Batucada Brasil.

Certains Géants tourquennois ont en profité pour dévoiler leur nouvelle tête. Ce fut le cas de Pierre de Guethem qui effectua, samedi devant l'Hôtel de ville, sa première sortie depuis sa restauration. Dimanche, sur la place Foch, ce fut au tour de Claire du Flocon - du nom d'un quartier de la ville sixième géant tourquennois, de se présenter à la foule.

Et comme dans toutes grands-messes de géants, ces deux jours de liesses populaires se terminèrent par de joyeux rigodons.

 

PH 6-copie-1

PH 30

PH 7

PH 8

PH 9

PH 10

PH 11

PH 12

PH 13

PH 14

PH 15

PH 16

PH 17

PH 18

PH 19

PH 20

PH 21

PH 22

PH 23

PH 24

PH 25

PH 26

PH 27

 

 

Les géants présents :

Le Père Hennepin ( Ath ) Miss Cantine ( Nieppe ) Hilaire Patate ( Rosendaël ) Evelyne et Gauthier ( Attiches )

Epona ( Villeneuve d’Ascq ) Toria, Babe Tisje , Zoon Tisje , Tiot Dédé , Sylvestre , Eglantine , Tiot Vincent et les grosses têtes ( Loos ) Ch’targonoss , Le Hurlu , Le Canonnier ( Ath ) La Cantinière ( Ath ) Bauduin ( Ath )

Narcisse ( Sequedin ) Le Vendéen , Pitch , Mitch , Tisje Tasje ( Hazebrouck ) Zéph & Andréa ( Waziers )

Duc d’Havré ( Tourcoing ) Guillaume de Mortagne ( Tourcoing ) Frère Jacques & Jeanne ( Tourcoing )

Pierre de Guéthem ( Tourcoing ) Klimato ( Tourcoing ) Hortense ( Tourcoing ) la Belle Hélène de Steenvoorde ,

Jean le bûcheron ( Steenvoorde ) Sylvestre Le Ménestrel ( Saint Sylvestre-Cappel )… et le petit dernier ; Claire du Flocon ( Tourcoing )

 

 

 

Pour voir le reportage sur l'édition 2014 , cliquez  ICI

 

 

BLOG GEANTS TG 20141

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Traditions populaires
commenter cet article
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 13:20

 

 

HDM 2

 

S’il est un oiseau qu’affectionnent particulièrement les photographes c’est bien le hibou des marais.

Il y a plusieurs raisons à cet engouement, tout d’abord la rareté de l’espèce, ce n’est pas tous les jours que nous tenons ce superbe strigidé à porté de notre téléobjectif.

Même si cet hiver ce dernier fut plutôt discret !

Son vol élégant, son regard d’or à la fois énigmatique et inquiétant et surtout ses parties de chasse aux campagnols qu’il nous offre en pleine lumière sont autant de raisons de vouloir le rencontrer.

C’est ainsi que l’autre soir, dans les polders de Uitkerke, sur la côte belge, nous étions plus de quarante photographes à l’affût derrière une forêt de trépieds sur lesquelles étaient fixés des boîtiers équipés de 600 et 400 mm, à vouloir l’immortaliser avant son retour vers la toundra scandinave.

 

HDM 1

HDM 3-copie-1

HDM 4

 

Le hibou des marais est un rapace à la fois diurne et nocturne.

De taille moyenne, son plumage est brun chamoisé avec des stries noires sur la poitrine et l’abdomen. Sa tête, petite et ronde, a une face pâle avec l’iris jaune des yeux insérés dans le noir d’un imposant disque facial blanchâtre qui lui confère une expression à la fois inquiétante et étrange. Les pattes sont couvertes de plumes blanches, les griffes sont noires.

Les ailes sont longues et étroites avec la face inférieure très claire. En vol plané, elles sont relevées au-dessus du corps.

Il affectionne les espaces découverts et sauvages comme les prairies herbeuses, les roselières, les tourbières, les terres cultivés et même les marais salants.

 

HDM 5-copie-1

HDM 6

 

Le hibou des marais est un strigidé aux moeurs crépusculaires ; on le rencontre généralement durant les heures qui précédent le coucher du soleil, de même qu'à toutes heures durant les journées nuageuses, mais rarement en plein soleil. On peut également l'observer la nuit.

Il chasse le jour à la manière d'un busard, en évoluant au-dessus du sol ou perché sur un poste de guet d'où il guette ses proies pour ensuite se jeter dessus serres en avant.

Au sol, il avale sa prise en entier, tête la première. Sa nourriture est presque essentiellement constituée à 90 % de campagnols des champs, de petits rongeurs, rarement d'oiseaux, de lézards parfois de quelques insectes.

 

HDM 7

HDM 8

 

Le plus souvent, il est découvert alors qu'il chasse en vol à quelques mètres au-dessus des herbes des terres non cultivées.

Son vol est léger et peut changer de style selon ses besoins.

Tantôt, il évolue de façon irrégulière, basculant doucement d'un côté puis sur l'autre, puis une autre fois, il se déplace de manière plutôt rectiligne.

En vol, il peut être facilement confondu avec le hibou moyen-duc qui, surtout en période de nidification, peut chasser en plein jour, particulièrement dans l'heure précédant le coucher du soleil. Malheureusement, la population du hibou des marais a dramatiquement chuté à travers le monde entier au cours des dernières décennies.

Il bénéficie d'une protection totale sur le territoire français.

 

HDM 9

 


ZOOM 

 

Passage de bernaches nonnettes

 

BERNACHES NONNETTES

 

Faucon crécerelle en action de chasse

 

Faucon crécerelle

 

Nette rousse ( mâle )

 

NETTE ROUSSE

 

L'écureuil roux , l'acrobate casse-noisettes

 

écureuil roux

 

Nuée de bernaches nonnettes

 

Nuée de bernaches nonnettes

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 13:56

 

 

BUTOR 12

BUTOR 9-copie-1

BUTOR 1

BUTOR 2

Le butor étoilé est un héron trapu. Il mesure entre 70 et 80 cm d’une envergure de 1 à 1,30 mètre pour un poids de 960 g. à 1,94 kg chez le mâle, de 785g. à 1,15 kg chez la femelle. Sa tête est surmontée d’une calotte noire et son bec, long et pointu en forme de poignard, est vert jaunâtre, encadré de deux moustaches noires.

Les yeux sont jaunes ou rouge orangé.

Le plumage brun doré tacheté et rayé de noir. Les pattes sont verdâtres. Les mâles, qui sont légèrement plus grands que les femelles, se distinguent par la teinte bleutée que prend le bec à sa base pendant la saison de reproduction. La teinte générale des juvéniles est semblable à celle des adultes, mais généralement plus pâle dessous et la moustache demeure pratiquement invisible.

Son nom scientifique est botaurus stellaris, le terme latin botaurus (butio = crier, taurus= taureau) fait référence à son cri, comparable au meuglement d’un boeuf ou d’un taureau d’où son surnom de boeuf des marais. L’autre partie de son nom scientifique stellaris signifie étoile et se rapporte aux tâches et rayures noires de son plumage brun doré semblable chez le mâle et la femelle et qui se confond avec les tiges mordorées des roseaux.

Son chant – on dit qu’il butit – est très puissant ; il peut s’entendre jusqu’à cinq kilomètres.

C'est entre mars et juin qu’il émet ce chant à la tonalité proche de celle d'une corne de brume, seul indice de sa présence au sein d'une roselière ou phragmitaie, il est principalement émis la nuit, du crépuscule au petit matin, mais parfois également en plein jour.

Le butor, mystérieux et emblématique oiseau des marais, vit dans les zones humides avec une végétation dense où il peut se dissimuler. C’est aussi un oiseau très exigeant sur la qualité des milieux où il habite.

BUTOR 14

BUTOR 8

BUTOR 3-copie-1

BUTOR 4-copie-1

 

Il faut être chanceux pour apercevoir cet élégant héron au plumage extrêmement mimétique, soit en vol au ras des roseaux, soit à l'affût au bord d'un fossé traversant la roselière. Si ce dernier se rend compte d’une présence humaine, ou dès qu’il se sent en menacé, plutôt que de s'enfuir en s'envolant, il préférera courir se réfugier dans la roselière ou il adoptera une position immobile étonnamment mimétique, pointant le bec vers le ciel, le cou tendu au maximum, se fondant ainsi entre les roseaux dont il peut même imiter même les ondulations sous les effets du vent, en se balançant. Il se nourrit surtout de poissons mais également d’insectes, amphibiens, et plus rarement de petits mammifères et oiseaux.

Contrairement aux autres hérons qui vivent en colonies et dont les deux parents élèvent ensemble les jeunes, le butor est polygame (une à cinq femelles peuvent s’accoupler avec un seul mâle). Ce sont uniquement les femelles qui s’occupent de l’incubation et de l’élevage des jeunes. Le nid est placé au-dessus de l’eau ; il s’agit en fait d’une plate-forme flottante constituée de roseaux secs et d’autres végétaux. La majorité des pontes est déposée entre début avril et la mi-mai. Une ponte comprend de trois à cinq oeufs, exceptionnellement six, de couleur brune ou olive et parfois tachetés. La durée d’incubation est de vingt-cinq jours environ, et l’envol se produit cinquante-cinq jours plus tard mais les poussins sont capables de s’éloigner du nid à partir de l’âge de deux semaines environ.

 

BUTOR 5-copie-1

Il faut être chanceux pour apercevoir cet élégant héron au plumage extrêmement mimétique.

Si ce dernier se rend compte d’une présence humaine, ou dès qu’il se sent en menacé, plutôt que de s'enfuir en s'envolant, il préférera courir se réfugier dans la roselière ou il adoptera une position immobile étonnamment mimétique.

 

Le butor étoilé est une espèce protégée en France selon la loi du 10 juillet 1976 – arrêté d’application du 17 avril 1981. Il est inscrit à l’annexe I de la directive Oiseaux du conseil relatif à la conservation des oiseaux sauvages, et fait donc partie des espèces faisant l’objet de mesures spéciales de conservation, en particulier en ce qui concerne leur habitat.

Cependant, dans les temps lointains, le butor était ardemment chassé et consommé.

Pour la petite histoire un récit authentique nous apprend que lors d’un dîner de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, organisé à Saint-Omer en 1454, il fut servit aux invités plus de quatre cents butors étoilés !

 

 BUTOR 10

Une espèce gravement menacée de disparition

Le butor étoilé, oiseau menacé au niveau européen, l'est tout particulièrement en France : en trente ans, l’estimation de la population nicheuse a chuté de 35 à 45 % pour atteindre 332 en 2008. Ce dernier recensement indique plus une stabilisation des effectifs depuis 1983 qu’une augmentation de la population de mâles chanteurs. L’espèce n’est plus présente que dans dix régions, avec des effectifs variables, contre dix-neuf régions dans les années 70. Les principaux sites de reproduction se situent aujourd'hui sur le littoral méditerranéen (Camargue et étangs languedociens), dans l'estuaire de la Seine (RNN estuaire de Seine) et en Brière (Loire atlantique). Les principales menaces identifiées portent sur la destruction des zones humides et en particulier des roselières, la gestion hydraulique inadaptée, la dégradation de la qualité de l’eau, ainsi que la modification ou l’intensification des modes d’utilisation des marais à roselières. L’objectif général du plan national est de retrouver dans les quinze ans qui viennent la population de 1970, soit 500 mâles chanteurs. Pour ce faire, le PNR (plan national de restauration) prévoit seize mesures réparties dans trois domaines (l’étude, la protection et la communication). L’action première de terrain consiste en un diagnostic des roselières du territoire sur la base de la connaissance des besoins de l’espèce acquise dans le cadre d’un programme Life butor. Ce diagnostic permettra d’évaluer la capacité d’accueil des sites et de prévoir des travaux de restauration de la roselière ou une adaptation de la gestion des niveaux d’eau pour le butor. Des mesures de gestion contractuelles sont également proposées pour lutter contre l’atterrissement des roselières et éviter une exploitation pour le chaume néfaste à l’installation des nicheurs (source : LPO).

 

BUTOR 6

BUTOR 11

En Picardie

Le recensement des mâles chanteurs de butor étoilé en 2008 et 2009, dans le cadre du plan d’action, a été réalisé au sein de l’ensemble des roselières qui lui sont favorables.

Cette campagne de recensement a permis de comptabiliser un mâle chanteur en vallée de la

Somme, huit en Picardie maritime et deux individus sur les marais de la Souche et sur les marais de Sacy.

Hors période de reproduction, soit de mi-juillet à fin mars, les données de butor étoilé sont plus nombreuses et illustrent le fait que davantage d’oiseaux sillonnent la région (migration, hivernage).

Les individus hivernants occupent une plus grande variété d’habitats qu’en période de reproduction et sont moins exigeants en terme de surface d’habitats : marais à roselières et étangs, gravières, prairies humides, bordures de rives, canaux et fossés en eau.

Cependant, on peut se poser la question des liens entre qualité de l’hivernage et occupation des sites de reproduction.

L’abandon des pratiques d’entretien des marais (coupe du bois, fauche, pâturage), l’assèchement des marais sont notamment à l’origine d’un boisement et d’un atterrissement progressif des roselières. Les habitats des oiseaux des marais se sont ainsi fortement dégradés.

Les effectifs de butor ont notamment été particulièrement impactés avec une régression de plus de 90 % sur les 35 dernières années.

Actuellement, plusieurs zones humides d’enjeu écologique et notamment ornithologique font l’objet d’une gestion conservatoire avec entre autres comme objectif la restauration de roselières inondées.

Sept roselières situées en Picardie maritime ont été caractérisées dans le cadre de la seconde phase du plan en 2009 ; parmi ces sept sites, trois roselières sont favorables – deux ont accueilli le butor en 2009 – ou éventuellement favorables. Les quatre restantes sont trop sèches, trop petites ou trop clairsemées.

La population de l’intérieur du département de la Somme, cantonnée aux vallées de la Somme et de l’Avre s’est effondrée en trente années, passant d’une soixantaine de chanteurs à un seul.

Les marais de la vallée de la somme ont subi un déclin rapide de leur population de butor étoilé à partir des années 1980 : 60 chanteurs sont dénombrés dans les années 70, 15 à 28 chanteurs en 83 puis un mâle chanteur en 2009. En vallée de l’Avre, la forte régression est intervenue à la fin des années 80 avec une disparition constatée en 1992.

Sur les sites faisant l’objet d’une gestion conservatoire, les potentialités de restauration ont été identifiées et les différentes opérations de restauration sont mises en oeuvre dans le cadre des plans de gestion de sites (Source : LPO Picardie).

 

BUTOR 7-copie-1

 

BUTOR 13

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 12:59

 

 

Du 13 au 21 avril prochains, sept à huit cent mille paires d’yeux seront rivés vers le ciel Berckois que les organisateurs des 27es Rencontres Internationales de Cerfs-Volants de Berck-Sur-Mer espèrent azuréen.

 RICV BERCK

PH 1 BIS

PH 2

PH 3

PH 4-copie-1

 

 

Cette manifestation, imaginée par une poignée de passionnés est devenue en quelques années le troisième plus grand rendez-vous en terme de fréquentation de la région Nord-Pas de Calais, après la course cycliste - reine des classiques – Paris-Roubaix et la braderie de Lille et bien avant l’Enduropale du Touquet et le Main Square festival d’Arras. Si cette manifestation a pris l’importance que nous connaissons actuellement c’est parce que les initiateurs du projet qui au départ ne rassemblait que quelques dizaines de voleurs de vent chevronnés ont su avec ingéniosité grâce à l’apport d’animations, de spectacles et de l’usage d’une communication intelligente et efficace dispensée notamment auprès des enfants, captiver le grand public.

20 000 liens dans les airs, c’est le fil conducteur de l’édition 2013.

Sur l’immense plage de sable fin, chaloupes, coquillages, animaux marins et crustacés formeront un aquarium géant, dans un univers d'invention, de beauté, de poésie, d'humour et de fantastique.

Le cerf-volant Nautilus prendra d’assaut le ciel et voguera au coeur d’un aquarium géant ! Ce navire submersible de 20 mètres de long et 6 mètres de large, fabriqué à partir de 400m2 de toile et 7 km de couture, est prêt à affronter les fabuleuses créatures qui peupleront les airs.

Hormis les démonstrations effectuées par les délégations venues du monde entier, les spectateurs se délecteront des combats de rokkakus, ces cerfs-volants de combats hexagonaux originaires du Japon ; le dernier en vol est désigné vainqueur, ainsi que les spectacles de Mégateam ; vols simultanés avec de multiples pilotes émérites.

Vols synchronisés, figures acrobatiques composent sur des musiques adaptées de véritables ballets aériens époustouflants et prodigieux.

Il vous sera également possible d’apprendre à fabriquer votre cerf-volant puis à le faire voler grâce aux conseils dispensés par des amateurs chevronnés, avant de flâner dans les jardins du vent, où de géniaux bricoleurs ont conçus des machines aussi extravagantes qu’insolites, qui produisent des sons inattendus suivant les caprices d’Eole.

Les enfants seront particulièrement gâtés durant ces neuf jours, au coeur d’un village qui leur est entièrement dédié, ils peuvent, en groupe ou en individuel, arpenter un parcours balisé et gratuit autour de la thématique de l’environnement ; quizz et course aux trésors… munis d’un passeport, les plus petits perceront les mystères de l’air, de la mer et du vent, dans une ambiance ludique, culturelle et sportive ! Cette démarche illustre la volonté des organisateurs d’inscrire cet événement sportif et festif dans une approche pédagogique.

Au programme des animations : la grande parade musicale du cerf-volant à travers les rues du centre-ville, le dimanche 14 avril, le concert de Patricia Kass, jeudi 18 avril au Palais des Sports, et le spectaculaire vol de nuit qui s’achèvera par un spectacle pyrotechnique à couper le souffle, dans un déluge de feu et de décibels, le samedi 20 avril à 22 heures.

 

PH 5

PH 6

PH 21

PH 7

PH 8

PH 23

PH 9

PH 10

PH 11

PH 23

PH 12

PH 13

PH 14

PH 15

PH 16

PH 17

PH 18

PH 20

 



 

RICV Berck 2013

 

LIEN VERS LE SITE OFFICIEL : CLIQUEZ ICI

 

Pour lire le reportage sur l'annonce de l'édition 2014 , cliquez ici

 

RICV-22.jpg    

 

 

 

Pour lire l'article et voir les photographies de l'édition 2013  cliquez sur ici

 

BLOG RICV 2013

 

... ET POUR VOIR LE SUJET SUR LE VOL DE NUIT: CLIQUEZ ici

 

BLOG VOL DE NUIT1

 

 

28èmes Rencontres Internationales de cerfs-volants (R.I.C.V.) de Berck-sur-mer : c’est parti !

 

Lancement hier de la vingt-huitième édition des rencontres internationales de cerfs-volants (RICV) de Berck-sur-mer. Et comme c’est le cas, une année sur deux, les RICV sont couplées avec le championnat du monde de cerfs-volants. On attend les meilleurs spécialistes mondiaux qui viendront de Chine, de Colombie, de Lituanie, de Malaisie, de Russie, des États-Unis, de Grande-Bretagne, du Japon et bien sûr, de France. A partir de mardi, le public pourra assister à la compétition et aux impressionnantes démonstrations de vol simultané. Des équipes à quatre lignes se réuniront notamment pour des Mégateams afin de battre le record de 30 pilotes en vol simultané.

Tout au long de la semaine, les spectateurs peuvent se balader sur la plage, la plupart du temps le nez en l’air. Il est également possible d’apprendre à fabriquer un cerf-volant, puis à le faire voler, grâce aux conseils dispensés par des amateurs chevronnés, avant de flâner dans les jardins du vent, où de géniaux bricoleurs ont conçus des machines aussi extravagantes qu’insolites, qui produisent des sons inattendus suivant les caprices d’Eole...

 

POUR LIRE LA SUITE , CLIQUEZ ICI

 

BLOG RICV 2014


Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 13:53

 

 

         L’offensive aussi soudaine que violente du Général Hiver qui a débutée il y a quelques jours dans le nord et l’est de la France a dû surprendre nos amis les oiseaux, les températures depuis le début de la mauvaise saison se situant dans une bonne moyenne.

 

PH 1

PH 2

PH 3-copie-1

PH 4

 PH 21

PH 24 

Les fortes gelées nocturnes, la prise par la glace de nombreux plans d'eau, auxquels s'ajoute la neige rendent toute possibilité d'alimentation extrêmement aléatoire. Or, avec le froid, les oiseaux migrateurs et hivernants ont besoin d'assurer un minimum physiologique pour ne pas mourir de froid. L'accès aux sources de nourriture étant devenu difficile, l'affaiblissement des oiseaux est rapide.

Par temps froid, ils ont besoin d'un surplus de nourriture pour maintenir leur température corporelle aux alentours de 40°. Même si le plumage constitue un excellent isolant, il ne peut empêcher une certaine déperdition de chaleur, en particulier pendant la nuit, toujours trop longue et froide.

L’hiver est donc une période critique pour eux, qui consacrent la quasi-totalité de leur journée à la recherche de la nourriture afin de résister aux frimas car, plus que le froid, c’est la faim qui représente la plus dangereuse menace pour nos amis à plumes. C’est précisément à cette époque que les aliments font le plus défaut. En effet, larves d’insectes, baies, graines deviennent rares et la neige, le gel rendent encore plus difficile la recherche de nourriture.

Les jours plus courts laissent moins de temps pour trouver leur ration quotidienne.

Durant la saison hivernale les oiseaux dépensent énormément d’énergie pour conserver leur température et rester en vie. Une mésange est même capable d'ingurgiter quotidiennement l'équivalent de son poids et peut perdre jusqu’à 10% de sa masse corporelle en une seule nuit !

Il est donc important de les aider à se nourrir en cette saison surtout lorsque le gel et la neige font leur apparition.

 PH 20

PH 5

PH 6

PH 22

PH 7

PH 8

PH 18

 

         Chacun peut les aider à passer ce cap difficile en installant des mangeoires, si possible en hauteur pour les protéger des prédateurs, en premier lieu les chats. Ces mangeoires, qui peuvent être achetées ou facilement fabriquées, doivent être soigneusement et régulièrement nettoyées afin de limiter la propagation des maladies. Elles doivent également maintenir la nourriture à l’abri des intempéries. Il faut savoir que tous les oiseaux ne mangent pas de la même manière.

Le rouge-gorge préfère le sol, les mésanges préfèrent se suspendre par les pattes, tête en bas parfois... Il faut donc varier les emplacements de vos mangeoires.

Pour se nourrir, les oiseaux ont besoin d’aliments riches en hydrates de carbone et en graisse afin d’élaborer des réserves de lipides indispensables pour résister aux longues et froides nuits.

Céréales, graines, fruits, noix, noisettes, cacahuètes, raisins et abricots secs sont appréciés.

Il est également recommandé de donner- en petites quantités - des pommes de terre cuites, croûtes, dés et fromage râpé, miettes de pain ou pâtes cuites.

Lorsque les conditions climatiques sont extrêmes, il est possible d’apporter un nourrissage complémentaire. Pour cela, il est conseillé de disposer dans son jardin des boules de graisse et des graines (de préférence tournesol et chanvre) mais aussi des vieilles pommes ou des restes de repas non salés.

Attention, en revanche, à ne pas leur donner de biscottes, de pain sec, de noix de coco desséchée, de riz cru, de restes de pâtisseries, de lait, de graines de lin ou de ricin, des aliments salés, et surtout des larves de mouches - asticots – très résistantes et pouvant perforer leur estomac.

Ne pas oublier non plus de leur fournir un abreuvoir, maintenu libre de glace, pour se désaltérer et se baigner (à renouveler deux fois par jour) car par temps froid, les oiseaux se baignent pour maintenir leur plumage en bon état afin de mieux conserver la chaleur corporelle. Sans eau, ils diminuent leurs capacités de vol et les qualités isolantes de leurs plumes.

À partir du moment où vous commencez à nourrir, les oiseaux s'habituent à votre cantine. Ne cessez pas brutalement le nourrissage en pleine période de gel ou de neige. Les hôtes de votre jardin souffriraient de cet arrêt.

Cependant, il est impératif de ne pas prolonger le nourrissage au-delà de la période hivernale afin d’éviter de créer chez l’oiseau un phénomène de dépendance.

 

PH 10

PH 19

PH 12

PH 13

PH 23

PH 14

PH 15

 

 

Pic épeiche … ou pic à glace ?

 

PH 17

PH 16

 

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 14:49

 

Fête de la vapeur 1

Fête de la vapeur 2

Fête de la vapeur 3

Fête de la vapeur 4

Fête de la vapeur 5-copie-1

 

 

Lancée en 1988 alors que l’on célébrait le centenaire du réseau des bains de mer, la fête de la vapeur est devenue au fil du temps l’événement printanier incontournable de la côte picarde.

Le temps d'un week-end, elle rassemble autour de la baie de Somme, labélisée Grand site de France et membre du club des plus belles baies du monde, quelques unes des plus admirables et plus surprenantes machines à vapeur d'Europe.

Pendant deux jours, la baie va donc vivre cette année au rythme des trains à vapeur qui vont sillonner presque sans interruption le réseau des bains de mer.

L'évènement ferroviaire phare de 2013 se déroulera bien en baie, avec l’édition de cette étonnante fête de la vapeur les 27 et 28 avril prochains.

Le croisement des différents trains durant cette grandiose manifestation, suivie par des milliers d’amateurs éclairés ou tout simplement de curieux, s'effectuera dans les gares de Noyelles, Saint-Valery Canal et Lanchères-Pendé.

Vous aurez la possibilité de voyager d'un train à l'autre grâce à un pass et découvrir ainsi l'intégralité du réseau.

Des trains spéciaux, tractés par ces princesses du rail, partiront des grandes gares pour converger vers Noyelles-sur-mer, où les attendent les nombreux trains du chemin de fer de la baie de Somme (CFBS).

Ceux-ci vous emmèneront dans les différentes gares à la découverte des animations originales et parfois pittoresques : inaugurations, expositions, matériels ferroviaires historiques et contemporains, métiers d'autrefois... et beaucoup d'autres surprises.

Tout cela après un trajet en train - à vapeur, bien sûr ! - en ayant flâné au milieu de la baie, des roselières, des saulaies et des estrans, sur les lignes du réseau des bains de mer exploitées par le CFBS depuis plus de quarante ans.

L'objectif est avant tout festif. Il s'agit en fait d'un immense rassemblement autour d'un thème - la vapeur - afin de faire découvrir ce moyen ordinaire de transport du XIXe siècle, devenu un vecteur extraordinaire de tourisme au XXIe siècle.

Et pour aiguiser nos appétits et en guise de hors-d’oeuvre, voici une série d’images inédites prises lors de la précédente édition en avril 2009.

 

Fête de la vapeur 6

Fête de la vapeur 7

Fête de la vapeur 8

Fête de la vapeur 9

Fête de la vapeur 10

Fête de la vapeur 11

Fête de la vapeur 12

Fête de la vapeur 13

Fête de la vapeur 14-copie-1

Fête de la vapeur 15

Fête de la vapeur 16

Fête de la vapeur 17

Fête de la vapeur 18

Fête de la vapeur 19-copie-1

Fête de la vapeur 20

Fête de la vapeur 21

Fête de la vapeur 22

Fête de la vapeur 23

Fête de la vapeur 24

Fête de la vapeur 25

 

 

Affiche officielle CFBS

 

Pour accéder au site officiel du CFBS cliquez ici

 

 

Pour lire l'article sur l'édition 2013 , cliquez ICI

 

BLOG VAPEUR 2013

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...
  • LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
    Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches....
  • Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
    Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier. Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux...
  • QUAND LILLE RENOUE AVEC LA «RONDE DES GÉANTS»
    Ronny, le poète bièrologue vient de faire son entrée dans le monde des Géants du Nord Grosse affluence ce samedi dans les rues du centre-ville de la capitale des Flandres ainsi que dans les artères animées du quartier du Vieux-Lille où se déroulait la...

Pages