Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 15:53

 

BAIN DK 1

 

BAIN DK2

 

BAIN DK 3

 

BAIN DK 4

 

BAIN DK 5

 

 

 

Entre quatre et cinq cents givrés se sont baignés dans la mer du Nord ce mercredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart et qui continue de rassembler au fil des ans les courageux, plus ou moins nombreux selon les caprices de la météo, pour un bain des plus glacials, est donc devenue un événement incontournable depuis l’an 2000.

Ce jour, à midi tapant, les plus téméraires se sont donc jetés dans une eau dont la température avoisinait les 8,5° , après s’être élancés de la digue de la plage de Malo-les-bains devant une foule compacte de badauds sous un ciel gris chargé, dans les 9°C ambiants.

Les givrés se sont baignés dans une eau plutôt glaciale – les plus hâbleurs diront vivifiante – c’est peut-être également le meilleur remède pour remettre d’aplomb l’organisme après un réveillon de la Saint-Sylvestre quelque peu arrosé.

Sur la plage, l’ambiance festive avait de quoi réchauffer les coeurs et les corps. Et ça, à Dunkerque, on sait le faire !

La plupart des baigneurs étaient vêtus de tenues pour le moins baroques, parfois criardes, arborant une accumulation d’accessoires des plus surprenantes, tout à fait dans l’esprit du carnaval de Dunkerque. Pour l’anecdote, certains portaient un maillot de bain…

A la sortie du bain, les frileux ont pu se réchauffer sur la plage en avalant une soupe à l'oignon, avant de se voir remettre par l'association Le bain des givrés un certificat de baptême – remis à chaque participant – avec différents grades en fonction de leur hardiesse, le plus élevé étant celui de L'intégral avec cheveux mouillés.

Ce fut en tous cas un excellent prélude à la saison carnavalesque qui débutera par la sortie de la bande de Fort-Mardyck le 1er février. Huit jours plus tard les masquelours se retrouveront au bal du Chat Noir… en attendant l’apothéose des réjouissances ; les trois glorieuses du 2 au 4 mars.

Que la fête commence !

 

Pour voir l'album photo sur cet événement, cliquez ici

 

BAIN DK 6

 

BAIN DK 7

 

BAIN DK 8

 

BAIN DK 9

 

BAIN DK 21

 

BAIN DK 10

 

BAIN DK 11

 

BAIN DK 12

 

BAIN DK 13

 

BAIN DK 14

 

BAIN DK 15

 

BAIN DK 17

 

BAIN DK 18

 

BAIN DK 19

 

BAIN-DES-GIVRES-DK 5126

 

BAIN DK 20

 

      Pour lire le reportage sur l'édition 2015 du Bain des Givrés , cliquez ICI

 

BAIN DK 1

 

BAIN DK 10

 

 

POUR VOIR LE REPORTAGE SUR L'EDITION 2014 DE LA BANDE DE DUNKERQUE , CLIQUEZ ICI

 

 

DK 28

 

 

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Traditions populaires
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 16:36

 

Pour sa première exposition archéologique, le Louvre-Lens a choisi de mettre en lumière la civilisation étrusque dans son contexte méditerranéen, à travers l’histoire de la cité de Cerveteri, l’une des plus grandes métropoles du monde étrusque, et surtout l’une des plus emblématiques.

C’est en effet la seule dont on puisse retracer toute l’évolution, depuis ses origines jusqu’à la romanisation.

Plus que pour toute autre, nous avons aujourd’hui une bonne connaissance non seulement de ses nécropoles mais également de son centre urbain et de ses grands sanctuaires.

Il est ainsi possible de présenter, à travers l’exemple de Cerveteri, les différents aspects de ce que furent les cités étrusques : la cité des vivants et les nécropoles, l’organisation politique, les relations avec l’Orient, la Grèce et Rome.

 

étrusques 1

 

étrusques 2

 

étrusques 3

 

étrusques 4

 

 

L’exposition du Louvre-Lens confronte pour la première fois les pièces des grandes collections historiques avec les résultats des fouilles menées ces dernières décennies dans le coeur de la cité antique et sur son territoire. Elle dresse de cette grande cité un portrait renouvelé, en même temps qu’elle rend compte de la place et du prestige dont elle jouissait dans l’Italie et la Méditerranée antiques.

Sur 1800 m2, la présentation rassemble plus de 400 pièces archéologiques issues des principales collections étrusques d’Europe. Parmi ces dernières, celles du Louvre, mais également du musée de la Villa Giulia à Rome, du Musée national de Cerveteri, du musée Grégorien étrusque du Vatican, du British Museum de Londres, de l’Antikensammlung de Berlin ou encore de la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague.

 

étrusques 5

 

étrusques 6

Acrotère : cheval ailé

500-475 avant J.-C.

Terre cuite

 

étrusques 7

 

étrusques 8

Acrotère (élément architectural) : figure de guerrier

Vers 510 avant J.-C.

Terre cuite

 

Parmi les oeuvres présentées figurent des chefs-d’oeuvre de l’art étrusque, dont certains ont été restaurés pour l’occasion, comme le Sarcophage des époux, fleuron des collections étrusques du musée du Louvre, exposé pour la première fois hors de Paris et qui a fait l’objet pour l’exposition d’une nouvelle intervention de restauration à Lens, ainsi que des ensembles dispersés depuis le XIXe siècle et réunis pour la première fois, des pièces provenant des fouilles les plus récentes, menées à Cerveteri, mais aussi de fouilles d’épaves étrusques découvertes au large des côtes françaises.

Une maquette moderne de temple, des gravures et des dessins du XIXe siècle permettent d’illustrer les grands monuments et de documenter l’histoire des fouilles.

Des reconstitutions partielles donnent au visiteur une idée de l’échelle et de l’aspect de quelques monuments, tels que l’entrée d’un tumulus, une tombe ou encore le fronton d’un temple.

Pour la clarté du propos, le parcours de l’exposition est organisé de manière chronologique : la naissance d’une cité, les princes de Cerveteri : l’Étrurie, l’Orient et la Grèce (VIIIe-VIIe siècles avant J.-C.), l’apogée : Cerveteri à l’époque archaïque (VIe et Ve siècles avant J.-C.), les Étrusques face à Rome : Cerveteri et la romanisation (du IVe au Ier siècle avant J.-C.).

 

étrusques 9

Hydrie (vase à transporter l’eau) : centauromachie

(Combat entre les centaures et les Grecs)

Peintre de l’Aigle

Vers 510 avant J.-C.

Terre cuite ; figures noires

 

étrusques 10

Dinos (vase à mélanger l’eau et le vin)

Danse de satyres et de ménades

Peintre du Louvre E 736

Vers 525 avant J.-C.

Terre cuite ; figures noires

 

étrusques 11 bis

Antéfixe (élément architectural)

Représentant la déesse Uni

Fin du 6e siècle avant J.-C.

Terre cuite

 

étrusques 12

Neuf amphores (vases à transporter)

5e siècle avant J.-C.

Terre cuite

Provient de l’épave du Grand Ribaud*

*La chronologie des amphores et de la céramique grecque s’accordent pour placer le naufrage entre 525 et 480 avant J.C. Peut-être peut-on réduire encore cette fourchette aux années 520-490, voire 510-500 avant J.C.

La cargaison de l’épave du Grand Ribaud fait référence au commerce régulier que les Etrusques entretenaient directement et sans véritable interruption depuis le VIème siècle avant J.C avec les populations de la Vaunage et du Languedoc oriental, vraisemblablement par l’intermédiaire du complexe portuaire de Lattes près de Montpellier.

 

étrusques 13

 

étrusques 14

Détail d’un Pithos (jarre) à panse cannelée. Métopes : griffon ailé, centaure et gorgonéion (tête de la Gorgone)

625-600 avant J.-C.

Terre cuite (impasto)

 

L'emblématique Sarcophage des époux


 

étrusques 15

 

 

Le Sarcophage des époux – dit aussi Sarcophage de Cerveteri, conservé au Louvre – est une urne funéraire étrusque monumentale en terracotta – initialement polychrome – représentant deux époux allongés ensemble dans la pose du banquet étrusque. Cette pièce majeure a fait l’objet pour l’exposition d’une nouvelle intervention de restauration au Louvre-Lens.

Ce type d'urne funéraire est conforme aux traditions étrusques associées au culte de leurs morts : l'urne comporte un vase et un couvercle sur lequel est représenté, en sculpture, le défunt en position de banqueteur, allongé sur le triclinium et dans la pose du vivant, souriant, le coude gauche appuyé sur des outres à vin, les jambes enveloppées. Dans le cas présent, il s'agit d'une urne cinéraire double, et les deux défunts qui y sont incinérés sont représentés sur le couvercle en train de célébrer un banquet

couché. Le matelas du lit du banquet était décoré de bandes colorées. Des outres, dont une coincée sous le coude de l'homme, rappellent la consommation du vin. La femme versait du parfum dans la main de son époux, pendant que celui-ci l'enlace. Les yeux sont petits et en amande, le nez droit et dans le prolongement du front, le sourire présent, le menton pointu, et les cheveux méchés. L'une des mains, enchâssées dans le reste du corps, a malheureusement disparu pour l'homme de l'exemplaire du Louvre, mais l'exemplaire de la Villa Giulia permet de reconstituer le geste.

 

étrusques 16

 

 

Cerveteri , l’étrusque

 

Cerveteri se situe dans la région italienne du Latium, à 42 kilomètres au nord-ouest de Rome.

La ville aujourd’hui compte environ 36 000 habitants. Elle est célèbre pour sa nécropole étrusque de La Banditaccia, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Si, de la vaste cité antique, seul le théâtre romain a survécu, les nécropoles étrusques qui l’entouraient représentent des vestiges importants. La nécropole de Cerveteri présente, avec celle de Tarquinia, les sépulcres étrusques les plus intéressants. Contrairement à Tarquinia où l'intérêt du visiteur est porté sur les peintures, à Cerveteri de ce qui particulièrement important est l'aspect architectural des espaces funéraires. Les tombes sont de divers types : tranchées creusées dans le roc, tumuli, ou d’autres taillées dans la roche en forme de cabane ou de maison avec un luxe de détails architecturaux.

Elles constituent l’unique témoignage qui nous soit parvenu de l’architecture résidentielle étrusque. Certaines tombes du site sont monumentales. Nombre d’entre elles comportent des bas-reliefs, tandis que d’autres renferment de remarquables peintures murales. Installé dans la forteresse médiévale (XIIe siècle), le musée national (museo nazionale Cerite) expose le mobilier funéraire recueilli dans les nécropoles.

 

étrusques 17

Sarcophage dit du Magistrat

Milieu du 4e siècle avant J.-C.

Pierre

 

 

étrusques 18

Statue de Charun (démon funéraire)

Fin du 4e siècle avant J.-C.

Pierre

 

étrusques 19

Statue votive d’homme drapé

3e siècle avant J.-C.

Terre cuite

 

… De Caere à Agylla

 

Son nom antique est Caisra pour les Étrusques, Caere pour les Romains et Agylla pour les Grecs.

Fondée sur un plateau de tuf, la cité antique contrôle un vaste territoire s’étendant de la côté tyrrhénienne au lac de Bracciano et aux monts de la Tolfa. Elle est reliée à la mer et aux ports de Pyrgi, Alsium et Punicum.

À partir de l’époque orientalisante, Cerveteri entretient des échanges commerciaux intenses avec la Grèce et l’Orient, mais également avec le reste de la péninsule italienne et notamment le Latium. Elle développe un riche artisanat, de terre cuite et de peinture. C’est à Cerveteri vers 675 avant J.-C. qu’apparaît le bucchero, une céramique typiquement étrusque, dont la surface noire, lisse et brillante, rend l’effet du métal. Le VIe siècle marque l’apogée de la cité, qui s’affirme comme une puissance méditerranéenne, ouverte aux échanges politiques, commerciaux et culturels avec les Grecs, Carthage et Rome.

En dépit de liens privilégiés avec Rome, Cerveteri connaît au IIIe siècle le sort des autres cités étrusques, menacées par la politique d’expansion des Romains. Après une série de conflits, les Romains confisquent en 273 avant J.-C. une partie des territoires de la cité pour fonder les colonies maritimes de Castrum Novum, Pyrgi et Alsium. Dès lors, Cerveteri perd peu à peu son autonomie et devient romaine en 90 avant J.-C.

 

étrusques 20

 

étrusques 21

Fragment du décor architectural, tête de la divinité Leucothée

Milieu du 4e siècle avant J.-C.

Terre cuite

 

étrusques 22

Portrait d’Auguste, empereur de 27 avant J.- C. à 14 après J.-C. (fragment de statue)

40 – 50 ans après J.-C.

Marbre

Cerveteri, zone du théâtre romain (fouilles de 1840 – 1846)

 

étrusques 23

 

 

 Les Étrusques et la Méditerranée

La cité de Cerveteri

Louvre-Lens jusqu’au 10 mars 2014

L’exposition sera ensuite présentée au Palais des Expositions de Rome, du 14 avril au 20 juillet.

Repost 0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 08:02

 

C’est un euphémisme que de dire de l’ami Alexander Deman, promoteur du Festival de Sculptures de Glace de Bruges (Belgique) qu’il a du flair !

En effet la dernière production des studios Disney, La Reine des Neiges (FROZEN) n’est pas encore sortie officiellement sur les écrans que le gaillard s’en est déjà inspiré pour concevoir l’édition 2013 qui vient de s’ouvrir ce vendredi et qui profitera sans aucun doute des retombées positives de la promotion du film orchestrée avec maestria par la multinationale du rêve.

 

FROZEN 1

 

FROZEN 2

 

FROZEN 3

 

FROZEN 4

 

 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Disney s’invite au festival de la cité aux canaux ; le public aime ça et il en redemande. Il y a fort à parier que cette manifestation unique en Europe battra cette année un record d’affluence : près de 200 000 visiteurs y sont attendus. La trentaine de sculpteurs venus du monde entier – onze nations représentées – s’est donc servie de ce conte pour la création des oeuvres, tout en donnant libre cours à l’imagination afin de transporter le visiteur dans un monde aussi féérique qu’imaginaire.

Pour cette édition 2013, le salon se décline en trois volets et quarante-cinq scènes.

Le visiteur est d’abord accueilli dans le décor somptueux d’une salle de bal princier en compagnie des douze princesses de l’univers Disney et de leurs chevaliers servants. Le second espace nous fait découvrir le royaume d’Arendelle, ainsi que ses personnages, notamment sa majesté Elsa et le prince Hans , également sa soeur Anna, le fougueux montagnard Kristoff et son renne Sven, ainsi que Guimauve l’énorme bonhomme de neige , garde du corps brutal chargé de repousser les intrus loin du palais de glace, le Duc de Weselton qui compense sa petite taille par une immense arrogance et qui est le premier à qualifier Elsa de monstre , et Oaken le directeur de Wandering Oaken's Trading Post and Sauna, qui depuis que l'hiver glacial s'est abattu sur le pays, s'est retrouvé avec tout un stock de fournitures estivales sur les bras ! Le troisième espace faisant référence au spectacle Magie de Noël de Disneyland® Paris est plus ludique, avec son toboggan de glace, un labyrinthe et le bar. On y côtoie les personnages fétiches de Disney : Blanche-Neige et les sept nains mais également Mickey, la plus célèbre souris du monde.

Voici l’histoire qui sert de trame à l’exposition : Elsa, destinée à accéder au trône d’un royaume aussi imaginaire que lointain, a le pouvoir, selon ses émotions, d’agir sur la glace et la neige avec ses mains. Le jour de son couronnement, elle utilise malencontreusement ses glaciaux pouvoirs plongeant le royaume d’Arendelle, autrefois vert et ensoleillé, dans un éternel hiver. Elle n’a alors d’autre choix que de s’enfuir en s’exilant dans une forteresse de glace. En compagnie d'un montagnard expérimenté nommé Kristoff et de son renne Sven, Anna, jeune fille aussi téméraire qu’insouciante, va partir à l'aventure et mettre son audace à dure épreuve afin de survivre, tenter de sauver le royaume en brisant la malédiction et retrouver la Reine des Neiges qui n'est autre… que sa soeur, Elsa.

Au cours de leur périple, les aventuriers vont devoir affronter les conditions extrêmes des sommets rocheux et glacés des montagnes. Ils vont aussi croiser en chemin, de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf.

Anna et Kristoff vont devoir rivaliser de courage et d’inventivité pour survivre et sauver le royaume du chaos...

 

FROZEN 5

 

FROZEN 6

 

FROZEN 7

 

FROZEN 8

 

FROZEN 9

 

 

LE FILM

 

Le Disney cuvée de Noël 2013 (sortie officielle programmée dans les salles en France le 4 décembre) est très librement inspiré du conte éponyme de Hans Christian Andersen, publié en 1844 dans le recueil Nouveaux Contes. Il évoque la lutte du bien contre le mal.

Bien que ce soit l’un des ses plus longs contes, Andersen l'a écrit en cinq jours. Néanmoins le film -réalisé par Chris Buck et Jennifer Lee- ne conserve que bien peu de choses de celui-ci – comme on a déjà pu le voir par le passé dans les longs métrages produits par les studios de Disney.

La raison est simple, ainsi que l’explique Peter Del Vecho le producteur, qui fut également celui de Winnie l’ourson et de La Princesse et la Grenouille : « Garder l’histoire telle quelle n’était pas possible : elle était trop violente ! ».

Le conte de fées d’Andersen est en effet assez sombre. Disney n’a donc conservé que la reine et son environnement, ajoutant même un personnage en la personne de sa soeur. Réalisé par la même équipe que Raiponce, le dessin animé promet de divertir les petits et le reste de la famille. Outre la beauté des décors et de l’enchantement dégagé par les chants et la musique signée par Robert Lopez et Kristen Anderson-Lopez, le film recèle une bonne dose d’humour, grâce à la présence des personnages secondaires : Olaf, le bonhomme de neige - doublé par Dany Boon dans la version française- qui rêve de prendre des vacances au soleil, et Sven, un renne, qui entretient une relation particulière avec son maître.

 

 

FROZEN 10

 

FROZEN 11

 

FROZEN 12

 

FROZEN 13

 

FROZEN 14

 

FROZEN 15

Blanche-Neige veille sur le sommeil des sept nains

 

FROZEN 16

 

FROZEN 17

 

FROZEN 18

 

FROZEN 19

 

FROZEN 20

 

 

Les artistes de l’éphémère

 

SCULPTEURS FROZEN 1

 

SCULPTEURS FROZEN 2

 

SCULPTEURS FROZEN 3

 

 

Depuis plus de cinq semaines, une trentaine de sculpteurs de renommée internationale sont au travail afin de réaliser leurs oeuvres.

Les premiers camions frigorifiques livrent les blocs de glace qui pèsent chacun deux tonnes à partir de la fin octobre-début novembre. Ces blocs sont déchargés à l’aide de bulldozers et de grues pour être ensuite entreposés dans la halle frigorifique.

La neige est fabriquée sur place par pulvérisation de la glace qui est ensuite travaillée au snow crusher . En vaporisant simultanément de l’azote liquide à une température de - 197° et de l’eau, on obtient de vrais cristaux de neige. Au total, ce sont plus de 250 tonnes de glace qui auront été manipulées et travaillées pour le plus grand plaisir des yeux.

Le processus de construction de sculptures de neige est presque identique à celui des sculptures de sable. Un snow blower souffle dans de grands caissons en bois des couches successives de neige qui sont ensuite tassées. Après trois jours, le bloc de neige est démoulé et l’artiste peut se mettre au travail.

C’est la main du sculpteur qui détermine l’oeuvre. Chaque artiste a sa propre technique de travail et ses outils : scies circulaires, tronçonneuses, foreuses et fraiseuses. Tous travaillent du haut vers le bas.

Les détails de finition sont exécutés au moyen de burins à bois, de pelles tranchantes ou de hachettes.

Même le fer à repasser à vapeur est appelé à la rescousse pour polir et fignoler l’ouvrage.

Toutes les réalisations sont ensuite valorisées par un éclairage architectural qui, combiné aux effets de réflexion de la glace et de la neige, crée ainsi un spectacle grandiose et magique.

 

SCULPTEURS FROZEN 4

 

SCULPTEURS FROZEN 5

 

SCULPTEURS FROZEN 6

 

SCULPTEURS FROZEN 7

 

SCULPTEUR FROZEN 8

 

SCULPTEURS FROZEN 9

 

SCULPTEURS FROEN 10

 

SCULPTEURS FROZEN 11

 

SCULTEURS FROZEN 12

 

SCULPTEURS FROZEN 13

 

SCULPTEURS FROZEN 14

 

SCULPTEURS FROZEN 15

 

SCULPTEURS FROZEN 16

 

SCULPTEURS FROZEN 17

 

 

SNOW & ICE

Place de la gare – 8000 Bruges

Du vendredi 22 novembre 2013 au 5 janvier 2014

Ouvert tous les jours de 10 à 18 h également le 25 décembre ainsi que le 1er Janvier

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 05:38

 

 

VAUTOURS ROUGON 1

 

 

Il est encore tôt en ce matin d’octobre. Après avoir traversé le paisible et encore endormi village de Rougon, blotti contre son impressionnant piton rocheux, je m’engage sur un sentier caillouteux qui serpente vers les crêtes, juste après la dernière demeure du bourg aux allures médiévales et à l’authentique charme provençal.

La lumière un peu crue du soleil levant a malheureusement déjà remplacé les premières belles lueurs rougeâtres de l’aube, lorsque j’arrive enfin sur le plateau qui surplombe les gorges. La végétation est ici encore très méditerranéenne, bien que les premières influences alpines se fassent sentir. Le spectacle est à couper le souffle et mieux vaut ne pas avoir le vertige.

Sur un rocher face au village, une trentaine de vautours fauves scrutent l’horizon. La scène est presque surréaliste ! Ils attendent ainsi que le réchauffement de l’atmosphère crée des ascendances thermiques afin qu’ils puissent s’élever dans les airs sans effort. Plus tard dans la matinée, ils partiront alors à la recherche de nourriture par petits groupes.

Ces grands voiliers du ciel, se laisseront planer la plus grande partie de la journée et surtout en début de soirée en esquissant de grands cercles au-dessus des gorges. Parfois ils disparaissent de longs moments, puis ils reviennent. Le moment est à la rêverie, à l’apaisement.

Leur vol silencieux sera seulement troublé par le sifflement de l’air qui glisse dans leurs ailes…

 

VAUTOURS ROUGON 2

 

VAUTOURS ROUGON 3

 

VAUTOURS ROUGON 4

 

VAUTOURS ROUGON 5

 

 

Le retour du géant des airs

 

VAUTOURS ROUGON 6

 

VAUTOURS ROUGON 7

 

VAUTOURS ROUGON 8

 

 

Ce magnifique géant des airs qu’est le vautour, dont l’envergure peut atteindre 2,65m et peser jusqu’à 7 à 8 kg, avait disparu des gorges du Verdon et des Alpes. Les causes de cette disparition au cours du début du XXe siècle sont multiples, en premiers lieux le déclin des coutumes pastorales, l’empoisonnement des cadavres d'animaux à la strychnine afin de se débarrasser des grands carnivores comme le loup et l’ours dont ce rapace se nourrit. Il fut aussi la cible de tirs intempestifs, ou victime de préjugés liés à sa mauvaise réputation. Grâce au lancement d'un programme de réintroduction ayant conduit aux premiers lâchers en 1999, il a fait son retour au sein de l’écosystème montagnard encore bien préservé. Le vautour fauve est la plus commune des trois espèces observables en France, avec le vautour moine et le vautour percnoptère.

 

VAUTOURS ROUGON 10

 

VAUTOUR ROUGON 11

 

VAUTOURS ROUGON 12

 

 

A Rougon - Alpes de Haute-Provence - où ces images ont été prises, il est possible d’apercevoir dans le ciel ou sur les falaises des gorges des vautours fauves introduits dans le Verdon durant la période 1999-2004. Cette colonie se reproduit naturellement depuis 2002, et 222 juvéniles se sont envolés des falaises du grand canyon. En 2013, elle compte 300 individus, une centaine de couples et son domaine vital s'étend sur 600 000 hectares.

On observe également avec bonheur des vautours moines réimplantés à partir de 2005 dont la première nidification a eu lieu cette année. Un poussin est né en avril, ce qui représente un événement historique pour la région, la dernière reproduction avérée datant de 157 ans ! Des vautours percnoptères nichent sur le site depuis 2007. Après la première reproduction réussie en 2011, le couple a de nouveau niché cette année.

 

VAUTOURS ROUGON 13

 

VAUTOURS ROUGON 14

 

VAUTOURS ROUGON 17

 

VAUTOURS ROUGON 16

 

 

Un équarrisseur naturel

 

VAUTOURS ROUGON 18

 

Le maintien sur le site de cette importante population de vautours fauves repose sur un partenariat gagnant-gagnant établi depuis entre les éleveurs de la région et ces magnifiques rapaces si longtemps persécutés par les hommes, bien souvent par ignorance ou croyances ancestrales.

En effet, lorsqu'un animal meurt dans un élevage, l'éleveur est évidemment tenu de faire appel à un service d'équarrissage qui emporte et traite les carcasses. Ce service permet notamment d'éviter que les cadavres ne séjournent dans les pâturages, favorisant de ce fait la propagation de maladies. Les éleveurs sont bien entendu redevables d'une taxe d'équarrissage.

Dans le Verdon, ce sont les vautours, véritables éboueurs des alpages, qui assurent ce service. En effet, les bénévoles de la ligue pour la protection des oiseaux récupèrent de façon régulière les carcasses dans les exploitations et alimentent un charnier sur lequel les vautours se nourrissent. Depuis 1999, ce système a permis d’éliminer naturellement plus de 250 tonnes de cadavres d’ovins et de caprins.

 

VAUTOURS ROUGON 19

 

 

Il faut reconnaître à ce rapace nécrophage écologiste un rôle crucial en tant qu'éboueur de la nature, doté de facultés digestives lui permettant d'éliminer les bactéries et les virus, préservant ainsi les nappes phréatiques des sources de pollution diverses, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables. Le vautour fauve ne se contente pas de s’alimenter sur l’aire de nourrissage ou sur les placettes mises en service depuis peu par des éleveurs (il peut aussi très bien jeûner quelques jours) ; il parcourt en effet des distances importantes à la recherche de cadavres d’animaux sauvages en parcourant plusieurs dizaines, voire centaines de kilomètres par jour, en utilisant les courants ascendants afin de s’économiser. Mais les déplacements journaliers de la colonie se situent dans un rayon de trente kilomètres autour de Rougon. Dans le Verdon, la faune est très riche.

Cela suppose donc une nourriture potentielle importante pour les vautours. On trouve de belles populations de gibiers sauvages comme le chevreuil, le cerf, de plus en plus nombreux, en provenance des Alpes-Maritimes toutes proches, le sanglier, ainsi que le chamois. Toutefois, un soir de l'été 2012, 163 oiseaux ont été dénombrés sur une falaise du massif du Mounier, près de Beuil, dans le Mercantour. La plupart de ces visiteurs arrivaient du Verdon, distant d'environ 60 km, quelques autres venaient de la Drôme, des Cévennes et... d'Espagne. Cela n'aurait rien d’extraordinaire : dernièrement, des vautours bagués en Espagne ont été observés dans le département... des Ardennes !

 

LE VAUTOUR FAUVE

 

VAUTOURS ROUGON 15

 

 

Le vautour fauve se distingue par son long cou recouvert d’un fin duvet, sa collerette blanche, et son plumage fauve. Son bec recourbé et ses serres nous disent que c’est un rapace.

C’est l’un des plus grands rapaces d’Europe. Malgré sa taille, il est incapable de capturer une proie vivante. Il peut planer des heures entières sans s'arrêter ; par contre, à cause de son poids, il est incapable de pratiquer un vol battu sur de longues distances.

Il se laisse planer par les masses d’air en mouvement pour s’élever en spirale et sans effort à plusieurs centaines de mètres au-dessus du relief, parcourant ainsi de grandes distances. Il profite ainsi des ascendances thermiques produites par le réchauffement solaire du sol et des falaises. Il profite également des courants des pentes, c'est-à-dire les courants qui se forment lorsque le vent bute contre les falaises. C'est pour cette raison que le vautour attend les heures les plus chaudes de la journée pour s'élancer, à moins que le vent ne lui permette de voler plus tôt. Dans ce cas, il peut s'envoler dès l'aube.

 

VAUTOURS ROUGON 9

 

Ces oiseaux nichent uniquement en falaise. Ce sont des rapaces rupestres qui utilisent aussi cet habitat pour le repos diurne et nocturne. Grégaires, ils vivent en groupe au sein d'une colonie.

Ce mode de vie leur facilite la recherche de nourriture lors des déplacements. Leur vue est très perçante : des études ont prouvé qu’ils peuvent apercevoir un objet de trente centimètres, à plus de trois kilomètres de distance ! Lorsque l’un d’eux repère une carcasse, il s’en approche, indiquant par là-même aux autres vautours la présence de nourriture. Ainsi, en quelques minutes, la colonie complète est prête à commencer la curée. Après leur passage, seuls resteront les os et la peau.

Les couples sont souvent unis pour la vie. Les vols nuptiaux sont effectués à proximité des sites de reproduction et des dortoirs. Ce rapace se reproduit pour la première fois à l’âge de quatre ou cinq ans. Le couple vole le long des parois rocheuses, l’un des partenaires légèrement au-dessus de l’autre. Les accouplements ont lieu sur le nid ou à proximité de celui-ci, dès le mois de décembre. Il niche très tôt : l’unique oeuf est pondu entre la fin décembre et la mi-mars. Le nid est construit d’un amas sommaire de branches, deux à trois semaines avant la ponte. Les deux adultes participent à la construction de celui-ci, à l’incubation et à l’élevage du jeune. L’incubation dure environ 54 jours. Le poussin, qui pèse 170 à 210 g à sa naissance est nourri par régurgitation. Le séjour du jeune au nid est d'environ 120 jours. Après l’envol, il reste encore plusieurs semaines avec ses parents dont il est dépendant pour l’alimentation.

 

 

… Des lumières et des couleurs automnales … dignes d’un été indien.

 

VAUTOURS ROUGON 20

 

VAUTOURS ROUGON 23

 

VAUTOURS ROUGON 22

 

VAUTOURS ROUGON 21

 

Vue et image panoramique des gorges prise du Point Sublime.

Ce point de vue se trouve sur la rive droite, en dessous du village de Rougon.

 

VAUTOURS ROUGON 24

 

 

 

Pour suivre l'actualité sur les vautours, consultez le site de la L.P.O. VERDON  en cliquant ICI

 

LPO VERDON

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:21

 

     C’est un cri rauque et d’une incroyable puissance qui vient de déchirer au crépuscule le silence de la forêt. Mais est-ce un cri ou plutôt un rugissement de désir ?

Nous sommes début octobre, la saison du brame du cerf, roi incontestable de la forêt, est entamée.

Dans la clairière toute proche, un superbe cerf dix cors à l’impressionnante musculature renverse sa robuste encolure et ses bois vers l’arrière en poussant son indicible hurlement, gueule grande ouverte vers le ciel en labourant le sol avec ses sabots, puis il racle la terre de sa ramure en arrachant d’énormes touffes d’herbe.

Il est ici le maître des lieux et le montre bien.

Il vient de lancer un nouvel avertissement, comme s’il s’agissait d’un ultimatum adressé à d’éventuels rivaux. Une harde de six femelles semble lui appartenir et il garde son harem tel un chien de troupeau veillant sur ses brebis. Toutefois avant d’en arriver là, ce fut pour lui une lutte de tous les instants durant laquelle il fut soumis à une tension intense afin d’imposer sa domination aux autres prétendants car l’enjeu est de taille : le mâle qui s’approprie la harde a l’exclusivité de la fécondation des femelles.

Il pourra alors revendiquer la paternité des faons qui naîtront l’année suivante.

 

 

Le spectacle du brame est avant tout sonore. Les actes les plus emblématiques et spectaculaires se déroulent du crépuscule à l’aube et très souvent loin du regard des humains.

Ces images ont été prises le jour, au petit matin et tard dans la soirée, entre le 25 septembre et 2 octobre.

 

 

BRAME 1

 

BRAME 2

 

BRAME 3

 

BRAME 4-copie-1

 

BRAME 5

 

 

Être le maître en place de brame

 

Ici, en Bourgogne, la saison du brame débute théoriquement vers la mi-septembre pour s’achever peu avant le 15 octobre. Néanmoins cette année, peut-être à cause d’une météo pratiquement estivale avec des températures nocturnes élevées, la saison n’a débuté que très timidement.

Une extrême douceur ayant des effets néfastes sur le rut, selon les spécialistes locaux.

L’objectif est d’assurer la reproduction de l’espèce. C'est l'époque des saillies et pour le cerf, qui peut régner en maitre absolu sur un harem de trente à quarante biches, il lui faut tout d’abord délimiter son territoire, montrer sa puissance aux autres mâles et constamment surveiller ses femelles ; une activité à temps plein qui lui fait perdre jusqu'à vingt kilos car il n’a même plus le temps de se nourrir ! Pour le mâle, le but est de s’accoupler avec un maximum de femelles. Il faut savoir qu’une biche n’est en chaleur que douze à vingt-quatre heures tout au plus !

Pour la biche, le brame identifie la qualité de reproducteur et lui permet de choisir le plus beau mâle de la contrée pour s’accoupler car c’est elle, en fait, qui décide de la saillie.

Le cerf dominant règne sur une prairie ou une partie de terrain appelée place de brame. Il ne cessera alors d'être en activité en se rendant d'une biche à une autre, avec le regard attentif à l'extérieur pour surveiller les lieux. Pour marquer son territoire, il se roulera dans des cuvettes boueuses – souilles – avant de se frotter aux arbres pour déposer sur les écorces les sécrétions de ses larmiers, abondantes en cette période, et qui ressemblent à une huile noirâtre, fortement odorante.

Les autres cerfs se verront alors chassés de cette zone réservée. Leur désir de conquérir néanmoins des biches les inciteront soit à affronter le cerf en place de brame, provoquant alors des combats aussi spectaculaires que majestueux à l’issue parfois dramatique pour l’un des belligérants, voire pour les deux, soit à partir à l'assaut d'un autre harem dirigé par un congénère espéré moins fougueux.

 

 

BRAME 6

 

BRAME 7

 

BRAME 9

 

BRAME 8

Il marque son territoire

Pour marquer son territoire, le cerf se roule dans des cuvettes boueuses – souilles – avant de se frotter aux arbres pour déposer sur les écorces les sécrétions de ses larmiers, abondantes et fortement odorantes en cette période.

 

Eviter le combat

 

Cependant, la puissance du brame et un coup d'oeil sur la ramure suffisent généralement au mâle à affirmer sa primauté ou constater son infériorité ; c’est seulement s'ils s’estiment être de force égale, qu’ils peuvent en venir à se battre. Avant d’en arriver à cette extrémité, les vieux cerfs expérimentés utilisent l’intimidation, cris et simulacres de charge. Si l’adversaire ne cède pas, alors le combat ne peut être évité. Au cours cet affrontement physique, les bois peuvent se casser et provoquer de graves blessures ; parfois, ils restent emmêlés et les deux adversaires errent alors de longs jours ainsi, puis meurent de faim et d’épuisement. Quant aux jeunes mâles ne se sentant pas encore de taille à relever un quelconque défi, ils restent bien à l’écart de ces joutes de titans. A la fin du rut, ils ont cependant toutes leurs chances de se constituer une harde, les vainqueurs étant épuisés et dans l’impossibilité de surveiller toutes leurs biches.

Vers la fin des amours, chacun va peu à peu se séparer et reprendre sa place jusqu'au l’automne prochain. Les biches donneront naissance à un faon huit mois plus tard – les naissances s'étalent de la fin avril à début juillet, avec un pic très net entre le 15 mai et le 15 juin – elles l’allaiteront durant sept mois. Les mises bas se font le plus discrètes possible : les biches choisissent des zones de fourrés très denses et calmes. Seulement une heure après sa naissance, le faon est capable de se déplacer, mais pendant une à deux semaines, il reste couché, réduisant au maximum les preuves de sa présence vis à vis des ses prédateurs. La mère veille sur lui avec beaucoup d’attention, ne s’éloignant que très peu, et si un problème survient, elle le défendra avec toute son énergie… à grands coups de sabots !

 

 

CERFS-ATTITUDES

 

BRAME 10

 

BRAME 11

 

BRAME 12

 

BRAME 13

 

BRAME 14

 

BRAME 15

 

BRAME 16

 

BRAME 17

 

BRAME 18

 

BRAME 19

 

BRAME 20

 

BRAME 21

 

BRAME 22

 

 

LE CERF DE NOËL

 

BRAME 23

 

 

Je ne résiste pas au plaisir de partager ce très beau poème écrit par Anatole France en 1871

 

LES CERFS

 

Aux vapeurs du matin, sous les fauves ramures

Que le vent automnal emplit de longs murmures,

Les rivaux, les deux cerfs luttent dans les halliers :

Depuis l'heure du soir où leur fureur errante

Les entraîna tous deux vers la biche odorante,

Ils se frappent l'un l'autre à grands coups d'andouillers.

 

Suants, fumants, en feu, quant vint l'aube incertaine,

Tous deux sont allés boire ensemble à la fontaine,

Puis d'un choc plus terrible ils ont mêlé leurs bois.

Leurs bonds dans les taillis font le bruit de la grêle

Ils halètent, ils sont fourbus, leur jarret grêle

Flageole du frisson de leurs prochains abois.

 

Et cependant, tranquille et sa robe lustrée,

La biche au ventre clair, la bête désirée

Attend; ses jeunes dents mordent les arbrisseaux;

Elle écoute passer les souffles et les râles;

Et, tiède dans le vent, la fauve odeur des mâles

D'un prompt frémissement effleure ses naseaux.

 

Enfin l'un des deux cerfs, celui que la Nature

Arma trop faiblement pour la lutte future,

S'abat, le ventre ouvert, écumant et sanglant.

L'oeil terne, il a léché sa mâchoire brisée;

Et la mort vient déjà, dans l'aube et la rosée.

Apaiser par degrés son poitrail pantelant.

 

Douce aux destins nouveaux, son âme végétale

Se disperse aisément dans la forêt natale ;

L'universelle vie accueille ses esprits :

Il redonne à la terre, aux vents aromatiques.

Aux chênes, aux sapins, ses nourriciers antiques.

Aux fontaines, aux fleurs, tout ce qu'il leur a pris.

 

Telle est la guerre au sein des forêts maternelles.

Qu’elle ne trouble point nos sereines prunelles :

Ce cerf vécut et meurt selon de bonnes lois,

Car son âme confuse et vaguement ravie

A dans les jours de paix goûté la douce vie;

Son âme s'est complu, muette, au sein des bois.

 

Au sein des bois sacrés, le temps coule limpide,

La peur est ignorée et la mort est rapide ;

Aucun être n'existe ou ne périt en vain.

Et le vainqueur sanglant qui brame à la lumière.

Et que suit désormais la biche douce et fière,

A les reins et le coeur bons pour l'oeuvre divin.

 

L’Amour, l’Amour puissant, la Volupté féconde.

Voilà le dieu qui crée incessamment le monde.

Le père de la vie et des destins futurs !

C’est par l’Amour fatal, par ses luttes cruelles.

Que l’univers s'anime en des formes plus belles.

S’achève et se connaît en des esprits plus purs.

 

A L'AUBE

 

BRAME 24

 

BRAME 25

 

BRAME 26-copie-1

 

BRAME 27

 

 


 

      ZOOM

 

La promenade solitaire du marcassin

 

BRAME-DU-CERF 7641 (4)

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans FAUNE
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 12:13

 

OISO 1

Hibou Grand-duc ou Grand-duc d’Europe ( femelle )

 

OISO 2

 

OISO 3

Chouettes hulottes ou chats huants

 

 

L’unique hôpital de la faune sauvage de la région Nord - Pas-de-Calais – plus exactement : un centre de soins* pour animaux sauvages blessés – se situe à Inxent, charmant village de la vallée de la Course, non loin de Montreuil-sur-mer et d’Etaples, dans le Pas-de-Calais.

Ce centre de soins, installé dans une ancienne scierie depuis l’année 2012, est géré par l’association OISO (Observation, initiation, soins aux oiseaux) créée en 2006 suite à la fermeture du centre régional de soins pour animaux sauvages de Villeneuve d’Ascq, près de Lille.

L’association présidée par le docteur vétérinaire Jacques Bonvoisin, maintenant à la retraite, travaille en étroite collaboration avec les LPA de Lille, Calais et Roubaix, l’O.N.F. ainsi que la LPO du Nord et celle du Pas-de-Calais, également avec l’association Eden 62 et les équipes du Parc naturel régional des caps et marais d’Opale.

Depuis la création de ce centre plus de 1500 oiseaux – du plus petit passereau au rapace à l’envergure impressionnante – ainsi que de petits mammifères – écureuils, hérissons – sont passés par Inxent et la plupart, guéris, ont pu regagner leur milieu naturel. M. Bonvoisin est actuellement aidé dans sa tâche par une soigneuse animalière et deux jeunes femmes en service civique.

* 41 centres de soins en France mais seulement 7 dans le quart nord, soit un déficit notoire… alors que notre région compte 120 km de façade maritime. Ces départements sont sous-équipés en matière de centre de soins et consacrent peu de budget à la protection et aux soins dus à la faune sauvage.

 

 

Un bloc opératoire

 

OISO 4

 

OISO 5

 

 

Les soins et gestes vétérinaires sont exécutés dans le bloc opératoire du centre, usant ainsi d’un personnel adapté et de la qualité du matériel – actes de radiographie, usage de produits à détention réglementée, salle d’opération… Le taux de survie et de guérison est directement lié à la précocité de la prise en charge et de la mise en oeuvre des soins. L’objectif du centre est de garantir à l’animal un retour à la vie sauvage dans les meilleures conditions sans lui infliger de souffrances inutiles.

Suite aux opérations chirurgicales, l’oiseau fait l’objet de soins intensifs et spécifiques tels que traitements anti-inflammatoires ou antibiotiques, pansements réguliers, gavages ou actes de kinésithérapie. La rééducation s’achève ensuite dans des volières adaptées aux exigences de l’animal.

Le suivi et l’alimentation des oiseaux pendant cette phase sont très techniques.

Sous la conduite du muséum d’histoire naturelle de Paris, des recherches sont pratiquées sur des prélèvements de sang des oiseaux afin de faire progresser la connaissance des parasitoses de la faune sauvage.

Constatant que rien n’était fait dans ce sens, l’association a entrepris d’inventorier les parasites externes et internes hébergés par nos pensionnaires depuis le 1er janvier 2013.

La convalescence de l’animal dure, suivant la gravité de ses blessures et ses capacités de récupération, de un à trois mois. L’animal est ensuite bagué, enregistré et relâché.

« Nous avons constitué un important réseau bénévole d'une trentaine de cabinets vétérinaires de la région qui nous envoient des animaux mal en point, précise M. Bonvoisin.

La plupart ont eu un accident avec une voiture ou ont été blessés par un chasseur, voire un chien ou un chat. Les animaux qui sont amenés tout de suite sont la plupart du temps sauvés. Ceux découverts deux ou trois jours après leur accident, et qui nous parviennent épuisés et amaigris ont moins de chances de survie. Nous ne nous acharnons alors pas et nous les euthanasions. Car nous ne sommes pas un hospice et nous relâchons les animaux une fois rétablis ». Cependant, rarement certains animaux soignés (dits imprégnés) ne peuvent être relâchés dans la nature car inadaptés à notre climat et à notre environnement. Il s’agit notamment d’oiseaux achetés dans des animaleries, souvent en Belgique, et provenant d’autres continents. Lorsqu’ils sont guéris, Ils sont alors confiés à des zoos, comme ce magnifique pélican blanc qui amuse maintenant les enfants fréquentant le zoo de Lille.

 

OISO 6

 

Camille examine au microscope et capte une image numérique d’un échantillon prélevé dans le bec d’un goéland malade qui vient d’arriver au centre.

 

 

650 m2 de volières !

 

OISO 7

 

Le centre se transforme peu à peu : onze volières, qui représentent une surface de plus de 650 m2, sont opérationnelles et d’ailleurs très bien adaptées pour le confort des volatiles. L’une des volières sera dans le futur équipée d’un système vidéo permettant d'observer les animaux en continu sans les déranger, lequel représentera un magnifique outil pour l’association qui veut également développer un travail pédagogique de sensibilisation aux animaux, et plus particulièrement à la faune sauvage, vers le grand public et surtout les enfants des communes voisines.

 

OISO 8

Busard des roseaux

 

Dans quelques jours commenceront dans le hangar principal situé à l’entrée les gros travaux de l’agrandissement du centre. Des bureaux administratifs, une salle d'exposition pouvant recevoir des groupes scolaires ou autres, une infirmerie, des sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite seront construits. L’esthétique ne sera pas négligée, un affreux pylône en béton trônant devant l’entrée du centre, devenu obsolète car ne distribuant plus d’électricité depuis belle lurette, sera bientôt recyclé en plate-forme capable d’héberger un nid de cigognes ! Cet équipement est déjà en cours de réalisation en Charente et c’est une équipe d’ERDF qui se chargera de son installation.

L’idée n’est pas si saugrenue. Depuis trois saisons, à quelques kilomètres d’ici, en bordure de la baie d’Authie, sur le territoire de la commune de Groffliers, de jeunes cigogneaux nés sur place sont bagués par l’association EDEN 62 qui gère le site.

Cependant, il faudra peut-être attendre une ou deux saisons avant que ces fameux échassiers s’y installent et, pourquoi pas, nidifient sur place. Cette plate-forme sera sans nul doute une sacrée enseigne pour OISO… qui se verra de loin ! De quoi donner à Inxent un petit cachet alsacien !

 

 

Que faire si vous trouvez un oiseau blessé ?

 

Attrapez-le très délicatement en le recouvrant avec précaution d’un linge afin de ne pas l’effrayer. Déposez-le dans un carton, et entreposez-le dans un endroit calme et peu éclairé. Ne lui donnez ni à

boire ni à manger. S’il semble avoir froid, déposez dans le carton une bouteille d’eau tiède entourée par un linge. Si vous découvrez un oiseau pris dans les barbelés, n’essayez pas de le dégager, vous aggraveriez ses blessures et son stress ; coupez alors le barbelé au plus court.

Il ne faut surtout pas garder l’animal chez soi mais contacter rapidement le centre de soin (06 99 36 18 01 si vous résidez dans le Nord - Pas-de-Calais ; sinon, contactez l’antenne de la LPO la plus proche).

 

OISO 9

 

OISO 10

Faucon hobereau

 

A titre d’exemple, dernièrement, l'association a été contactée par un agriculteur de Havrincourt (62) qui avait découvert, lors de la moisson de son champ d'escourgeons, un nid de busards Saint-Martin avec quatre jeunes pratiquement volants. Malheureusement, cet agriculteur, n'ayant pas connaissance de la démarche à suivre dans ce genre de situation, a prélevé les jeunes du nid et les a gardés plusieurs jours chez lui avant d’appeler OISO. Cette petite erreur peut être dommageable car les jeunes actuellement dans les volières du centre auront de grandes difficultés lorsqu’ils auront recouvré la liberté : ils risquent en effet de mal maîtriser les techniques de chasse que leurs parents auraient pu leur transmettre et leurs chances de survie sont donc amoindries. Relâchés au taquet, ces busards ont retrouvé le milieu naturel cette semaine. On les voit parfois survoler le bois situé derrière le centre à très haute altitude ; tout semble heureusement bien se passer pour eux car ils ne reviennent plus à la volière pour s’y nourrir

 

OISO 11

 

Cette chouette chevêche ou chevêche d’Athéna* que Coralie tient presque entièrement dans la main est à peine plus grande qu’un merle ! A cause de sa petite taille , ses prédateurs sont nombreux. Les principaux sont la fouine, les chiens, les chats, le loir, l'écureuil, le rat surmulot, l'autour des palombes, l'épervier, le faucon pèlerin et la chouette effraie. Les routes en milieu rural constituent un danger pour la chevêche qui fréquente les bas cotés pour y chasser insectes, vers de terre et petits mammifères. En effet, la technique de chasse de cet oiseau qui consiste à voler bas ou posée sur le sol est une source d'accident.

* Elle doit son nom à la déesse grecque Athéna, dont elle est l'animal symbolique. Dans la Grèce antique, la Chevêche d'Athéna, attribut d'Athéna, symbole de la connaissance – la sagesse mais aussi la science – devint celui de la ville d'Athènes. On retrouve ainsi la chevêche accompagnée d'un rameau d'olivier sur les drachmes. On retrouve encore aujourd'hui la chevêche sur les pièces grecques de 1 euro.

 

Comment aider OISO ?

 

OISO 12

Nourrissage d’un jeune martinet

 

Il est possible de devenir adhérent de l’association, ou tout simplement de faire un don d’un montant de votre choix, ce qui servira pour l’achat de nourriture, de médicaments et du matériel de soins.

Les dons de matériels sont également les bienvenus. Il peut s’agir de matériel durable que vous n’utilisez plus : grandes cages, congélateurs, boîtes de transport, bassins en plastique, récipients, gamelles, serviettes éponge, linges. Récemment, le directeur d’une maternité privée à fait don d’une dizaine de couveuses en parfait état de fonctionnement mais remplacées par du matériel plus moderne. Ces couveuses seront installées dès que la salle vouée à l’infirmerie sera livrée. Elles seront très utiles en cas d’hiver rigoureux afin de réchauffer les oiseaux en hypothermie majeure.

Par ailleurs, un appel au bénévolat est régulièrement lancé pour la participation à des chantiers participatifs ciblés sur l’entretien ou la réfection des volières. Les personnes intéressées peuvent faire acte de candidature par mail (contact@association-oiso.fr), elles seront informées personnellement lors de la mise en place de ces chantiers.

 

OISO 13

 

Chouettes effraies ou effraies des clochers

Du fait de son vol rasant lors de la chasse, en général entre 1,5 et 3 m, l'effraie est particulièrement vulnérable aux collisions avec des véhicules. Ainsi, le trafic automobile est la première cause de mortalité : 40 à 70 % des effraies sont retrouvées mortes sur les routes. En France, le nombre d'effraies tuées annuellement est de l'ordre de 10 000 à 20 000.

 

OISO 14

Jeunes chouettes effraies

 

 

Cette buse variable découverte par un agriculteur, l’aile emprisonnée dans une clôture, a été déposée au centre par un membre de l’association EDEN 62. Ce dernier a intelligemment sectionné au plus près le fil barbelé sans essayer au préalable de libérer le rapace de sa fâcheuse posture, de peur d’aggraver ses blessures.

Après avoir reçu les soins appropriés aux plaies, il a ensuite bénéficié d’un traitement par antibiotiques. Il sera bientôt relâché.

 

OISO 15

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 16:30

 

Grandes marées 1

 

Grandes marées 2

 

Grandes marées 3

 

 

   Si l’absence de vent lors des grandes marées de cette fin de semaine n’a pas favorisé d’importants mouvements d’oiseaux fuyant la baie vers le parc du Marquenterre, le spectacle offert par les milliers d’huîtriers pie , les centaines de courlis cendrés , ou autres groupes impressionnants de bécasseaux, barges et de gravelots, mais en plus petit nombre venant chercher refuge au parc , a malgré tout ravi plus d’un photographe -même blasé - ainsi que les amateurs d’ornithologie présents dans le poste d’observation idéalement placé devant un immense reposoir parfaitement dégagé.

Lors de chaque grande marée le spectacle est immuable, mais on ne s’en lasse pas, mieux on en redemande !

Au moment des marées à forts coefficients les oiseaux présents dans la réserve naturelle située juste derrière la digue qui sépare la baie, du parc s’envolent , car n’ayant plus assez d’espaces, en d’impressionnantes nuées au rythme de l’avancée inexorable des flots, la mer ayant recouvert entièrement bancs de sable , reposoirs et surtout les vasières où se nourrissent les limicoles .

Même la plage est réduite à sa plus simple expression. Les accessibles reposoirs, prairies ou autres îlots découverts du parc peuvent alors les accueillir pour un moment de répit ou pour prendre un complément de collation. Ils rejoindront ensuite par petits groupes, le fabuleux et inépuisable garde-manger de la baie, lorsque la mer se sera retirée.

Ce spectacle se reproduit à chaque grande marée - surtout celles d’équinoxe, les seuls jours de l’année où la baie est entièrement recouverte par les eaux- comme un rituel.

C’est peut-être un peu cela la magie de la baie !

 

Grandes marées 4-copie-1

 

Grandes marées 5

 

Grandes marées 6

 

Grandes marées 7

 

Grandes marées 8

 

Grandes marées 9

 

Grandes marées 10

 

 

 


 

 

ZOOM

 

Reflet d'aigrette

 

AIGRETTE

 

Rainette verte

 

Rainette verte

 

 

Spatules blanches

 

SPATULES (2)

 

 

Le Souci sur l'Eupatoire chanvrine

 

LE SOUCI

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 14:35

 

Ces trois jeunes hirondelles juchées sur le poteau d’une renclôture* entre Saint-Valery et Le Crotoy en baie de Somme attendent le bec grand ouvert que les parents leur apportent une solide becquée d’insectes. Même si elles volent aussi bien que les adultes un peu plus de quinze jours après la sortie du nid, elles ne sont pas encore parfaitement capables de se nourrir seules.

 

HIRONDELLES RUST. 1

 

 

Ces jeunes messagères du printemps, issues de la seconde couvée de l’année ont encore quelques semaines pour acquérir une totale autonomie avant la grande aventure qui les attend : celle de la migration vers l’Afrique, soit un périple de près de 10.000 km.

Les hirondelles sont capables d’effectuer des étapes journalières de 200 à 300 km à une vitesse moyenne de déplacement de 40-50 km/h avec des pointes à 80-90 km/h. Elles chassent en vol à des altitudes de moins de 100m. Le soir, des dortoirs de plusieurs milliers d’individus pouvant être d’espèces différentes se constituent dans les roselières ou des champs de céréales.

Au lever du jour c’est à nouveau le départ. La Méditerranée est franchie en une seule étape sauf pour les plus fatiguées qui peuvent parfois trouver refuge sur un bateau.

Après cinq ou six semaines d’un voyage éprouvant avec la traversée de la Méditerranée puis celle souvent meurtrière du Sahara ces oiseaux pesant moins de vingt grammes arrivent pour les plus hardis d’entre eux sur leurs sites d’hivernage. En effet de nombreuses hirondelles meurent de faim ou d'épuisement durant cette expédition. Deux cents millions d’hirondelles rustiques passent l’hiver sur ce continent au milieu des trente-sept autres espèces d’hirundinidés. L’abondance de nourriture trouvée lors de l’hivernage leur permet de reconstituer leur masse musculaire et d’effectuer leur mue. Bien nourries et remplumées, elles reviendront au printemps prochain sur leur lieu de naissance où elles élèveront deux voire trois nichées. Les mâles arrivent souvent les premiers - dans la majorité des cas mi-mars début avril - et retrouvent leur ancien nid ou en construisent un autre non loin de leur village natal.

*Renclôture (terminologie picarde) : aire conquise sur les marais des bas-Champs par appropriations successives et entourée de digues de terre; le nom s'applique aussi, par raccourci, à la digue; celle-ci comporte en principe une «porte de mer» pour l'évacuation des eaux.

 

 

HIRONDELLES RUST. 2

 

HIRONDELLES RUST. 3

 

HIRONDELLES RUST. 5

 

 

Elle inspire les poètes

La messagère du printemps a toujours marqué l’imaginaire de l’homme depuis la nuit des temps surtout dans nos campagnes où elle vit en symbiose avec l'homme qui la tolère même dans les bâtiments car la considérant utile puisqu'elle se nourrit d'insectes nuisibles. D'anciennes superstitions concernant cet oiseau et son nid ont également contribué à la faire accepter. La littérature et la religion font souvent référence à cet oiseau qui vit proche de l'homme et qui le fascine et le fait rêver notamment par ses habitudes migratoires.

L’hirondelle est le sujet de nombreuses chansons, proverbes et fables, elle est aussi une source inépuisable d’inspiration pour de nombreux poètes. Voici un florilège de dictons et proverbes de chez nous … ou d’ailleurs :


Hirondelle aux champs, amène joie et printemps

Quand les hirondelles voient la Saint-Michel - 29 septembre - l’hiver ne pointera qu’à Noël

A l’annonciation – 25 mars – les hirondelles reviennent, à la Notre-Dame de septembre, elles s’en vont

Quand l'hirondelle vole en rasant, c'est pour bientôt le mauvais temps

Hirondelle volant haut, le temps sera beau, l’hirondelle volant bas, bientôt il pleuvra

Quand les hirondelles volent bas, les pavés se prennent pour des nuages

Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n'empêcheront pas la venue du printemps  (proverbe afghan)

L'hirondelle commence la journée, et le rossignol la finit ( proverbe russe )

 

… un petit clin d’oeil à Charles Trenet :

 

Y a d'la joie

Bonjour bonjour les hirondelles

Y a d'la joie

Dans le ciel par dessus le toit

Y a d'la joie

Et du soleil dans les ruelles

Y a d'la joie

Partout y a d'la joie.

 

 

HIRONDELLES RUST. 4

 

HIRONDELLES RUST. 6

 

HIRONDELLES RUST. 7

 

 

Je publie également de cette page deux poèmes, l’un de Louise Michel et un autre de Théophile Gautier.

 

Ce que disent les hirondelles

 

Déjà plus d'une feuille sèche

Parsème les gazons jaunis ;

Soir et matin, la brise est fraîche,

Hélas ! les beaux jours sont finis !

 

On voit s'ouvrir les fleurs que garde

Le jardin, pour dernier trésor :

Le dahlia met sa cocarde

Et le souci sa toque d'or.

 

La pluie au bassin fait des bulles ;

Les hirondelles sur le toit

Tiennent des conciliabules :

Voici l'hiver, voici le froid !

 

Elles s'assemblent par centaines,

Se concertant pour le départ.

L'une dit : " Oh ! que dans Athènes

Il fait bon sur le vieux rempart !

 

" Tous les ans j'y vais et je niche

Aux métopes du Parthénon.

Mon nid bouche dans la corniche

Le trou d'un boulet de canon. "

 

L autre : " J'ai ma petite chambre

A Smyrne, au plafond d'un café.

Les Hadjis comptent leurs grains d'ambre

Sur le seuil d'un rayon chauffé.

 

" J'entre et je sors, accoutumée

Aux blondes vapeurs des chibouchs,

Et parmi les flots de fumée,

Je rase turbans et tarbouchs.

 

" Celle-ci : " J'habite un triglyphe

Au fronton d'un temple, à Balbeck.

Je m'y suspends avec ma grille

Sur mes petits au large bec.

 

" Celle-là : " Voici mon adresse :

Rhodes, palais des chevaliers ;

Chaque hiver, ma tente s'y dresse

Au chapiteau des noirs piliers. "

 

La cinquième : " Je ferai halte,

Car l'âge m'alourdit un peu,

Aux blanches terrasses de Malte,

Entre l'eau bleue et le ciel bleu. "

 

La sixième : " Qu'on est à l'aise

Au Caire, en haut des minarets !

J'empâte un ornement de glaise,

Et mes quartiers d'hiver sont prêts. "

 

" A la seconde cataracte,

Fait la dernière, j'ai mon nid ;

J'en ai noté la place exacte,

Dans le pschent d'un roi de granit."

 

Toutes : " Demain combien de lieues

Auront filé sous notre essaim,

Plaines brunes, pics blancs, mers bleues

Brodant d'écume leur bassin ! "

 

Avec cris et battements d'ailes,

Sur la moulure aux bords étroits,

Ainsi jasent les hirondelles,

Voyant venir la rouille aux bois.

 

Je comprends tout ce qu'elles disent,

Car le poète est un oiseau ;

Mais, captif ses élans se brisent

Contre un invisible réseau !

 

Des ailes ! des ailes ! des ailes !

Comme dans le chant de Ruckert,

Pour voler, là-bas avec elles

Au soleil d'or, au printemps vert !

 

Théophile Gautier

 

 

HIRONDELLES RUST. 8

 

Hirondelle qui vient de la nue orageuse

Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.

Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ?

Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,

 

Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages,

Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,

Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges,

Vers les astres errants qui roulent dans les airs.

 

Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes

Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts

Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,

Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.

 

Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t’aime !

Je ne sais quel écho par toi m’est apporté

Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,

Il me faut, comme à toi, l’air et la liberté.

 

 

Louise Michel

 

 

HIRONDELLES RUST. 9

 

 HIRONDELLES RUST. 10

 


 

 

MACROPHOTOGRAPHIES

 

Le Sympétrum rouge sang ou Sympétrum sanguin

 

sympètrum sanguin 1

 

sympètrum sanguin 2

 

sympètrum sanguin 3

 

 

Rainette Verte ( Hyla arborea )

 

Rainette Verte

 

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 08:43

 

GALARIE MARAIS 1

GALERIE MARAIS 2

GALERIE MARAIS 3

 

 

 

Comme chaque année depuis huit ans, une vingtaine d'artistes sont invités à s'exprimer en pleine nature, dans la petite commune de la Madelaine-sous-Montreuil dans le Pas-de-Calais, charmant village qui porte bien son nom, puisqu'il est situé en contre-bas de la cité des remparts, juste séparé par des prairies qui s'étirent en pente douce jusqu'au pied des murailles de Vauban.

C’est donc dans ce pittoresque bourg qui offre une vue imprenable sur les remparts de Montreuil qui déroulent leur cordon rosé de briques, et la Tour Blanche que l’association La Galerie du Marais s’est installée il y a quelques années déjà. Cette galerie n’a rien de classique, il est donc inutile de chercher un bâtiment qui abriterait une improbable salle d’exposition. Les artistes plasticiens qui résident en juillet et en août exposent donc leurs oeuvres dans le marais qui offre aux artistes un magnifique et inattendu espace d’expression. Le thème choisi pour cette huitième édition est Je t’aime … tout un programme !

 

Chaque dimanche durant ces rencontres, des spectacles vivants sont proposés aux nombreux visiteurs.

 La Galerie du Marais La Madelaine-sous-Montreuil

 

Du 21 juillet au 4 août – 15h/19h - Entrée libre -

Spectacles les dimanches après-midi


 

GALERIE MARAIS 22

GALERIE MARAIS 4

GALERIE MARAIS 5

GALERIE MARAIS 6

GALERIE MARAIS 7

Sophie David, conteuse et Alain Graczyk, duo violon accordéon

 

 

GALERIE MARAIS 8

GALERIE MARAIS 9

GALERIE MARAIS 10

GALERIE MARAIS 11

GALERIE MARAIS 12

GALERIE MARAIS 13

GALERIE MARAIS 14

GALARIE MARAIS 15

GALERIE MARAIS 16

GALARIE MARAIS 17

GALERIE MARAIS 18

GALERIE MARAIS 19

GALERIE MARAIS 20

GALERIE MARAIS 21

 

 

 


 

 

A l’aube, lorsque la nature s’expose elle aussi dans les marais…

 

 

PERLE ROSEE 1

 

PERLE ROSEE 2

 

PERLE ROSEE 3

 

PERLE ROSEE 4

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 05:17

 

Tout commence le dimanche matin, lorsque les cinq géants douaisiens, le Sot des canonniers et la Roue de la fortune sont accueillis dans la cour de l'Hôtel de ville où la corporation des porteurs est reçue par la municipalité qui honore ainsi les différents quêteurs et porteurs au cours d'une réception. Auparavant, après une courte promenade dans la ville, les géants d'osier attendus par les Douaisiens et les nombreux visiteurs exécutent le rigodon au son de la musique municipale, accompagné du lancer de bonbons par les élus, avant de prendre part au cortège de l'après-midi qui représente le point fort des fêtes de Gayant, lesquelles représentent assurément la plus grande parade organisée au nord de Paris.

Elle attire chaque année près de 100 000 visiteurs.

 

GAYANT 1

GAYANT 2

GAYANT 3

 

 

Plus de 800 participants ; des compagnies souvent de renommée internationale spécialisées dans les arts de la rue mais également des bénévoles venus des quartiers de la ville, des structures gigantesques, des musiques dont cette année, après huit ans d’absence, les fameux percussionnistes de Dédougou, ville du Burkina Faso jumelée depuis dix ans avec Douai, et avec eux un scorpion géant et aérien. Spécialement applaudie, la grande dame de la Belle Zanka qui s’avance dans un mouvement de manège soyeux entourée de ses zébulons à rebonds, également le Dragonaute de la compagnie Planète Vapeur, et particulièrement remarquée la caravane boréale de la Cie Collectif Korbo avec son ourse géante Nanucq et ses gitanes acrobates perchées sur des échasses.

Pour cette édition la déambulation artistique fut animalière ; un paon, un singe, un serpent, un éléphant, un tigre et une vache, sortis de l'imaginaire battaient le pavé douaisien. La sarabande des animaux magnifiques, spectacle- parade conçu par l’Atelier de l’événement et animé grâce aux bénévoles de Gayant qui manipulaient avec bonheur cette faune mythique a séduit les spectateurs.

 

 

GAYANT 34

GAYANT 5

GAYANT 6

GAYANT 7

GAYANT 8

GAYANT 9

GAYANT 10

GAYANT 11

GAYANT 12

GAYANT 13

GAYANT 14

GAYANT 15

GAYANT 16

GAYANT 17

GAYANT 18

GAYANT 19

GAYANT 20

GAYANT 21

GAYANT 22

GAYANT 23

GAYANT 24

GAYANT 25

GAYANT 26

GAYANT 27

GAYANT 28

GAYANT29

 

 

 

Gayant, le plus ancien géant du Nord

 

 

En 1480, les échevins de la ville de Douai, alors bourguignonne, décidèrent de célébrer le succès des Douaisiens sur les soldats du roi de France Louis XI l'année précédente.

Cette procession en l'honneur de Saint-Maurand, patron de Douai, avait lieu le 16 juin. La manifestation prit de plus en plus d'ampleur et, en 1530, Gayant - géant en patois picard - y fit sa première apparition ; son corps avait été fabriqué en osier par la corporation des manneliers (fabricants de paniers d'osier). L'année suivante, la corporation des fruitiers fit construire une géante, Madame Gayant.

En 1720 naquirent leurs enfants, Jacquot, Fillon et Binbin (une fille et deux garçons).

En 1770, l'évêque d'Arras interdit cette procession quand il s'aperçut que la ville célébrait toujours la défaite des Français, le 16 juin 1479, alors qu'elle était française depuis plus d'un siècle ! Il en institua une nouvelle qui se tiendrait désormais le 6 juillet, ou le dimanche qui suit cette date, jour anniversaire de l'entrée des Français à Douai en 1667. Cependant, la famille Gayant, considérée comme profane, ne devait plus y paraître. Gayant et sa famille ne reparurent qu'en 1801.

En 1821, ils reçurent les costumes que nous connaissons aujourd'hui. Ils souffrirent pendant les deux guerres mondiales mais ressuscitèrent.

Depuis, chaque année en juillet, à l'occasion des festivités qui font désormais partie du patrimoine mondial de l'UNESCO, Monsieur Gayant (qui mesure 8,50 m et pèse 370 kg : il faut six hommes pour le porter) et sa femme Marie Cagenon (6,25 m, 250 kg), ainsi que leurs enfants Binbin, Jacquot et Fillon, accompagnés du char de la Roue de la Fortune (qui a fait son apparition dans la fête en 1678) et du Sot des canonniers (cheval-jupon faisant la quête pour les porteurs de géants) parcourent pendant trois jours les rues de la ville.

 

 

GAYANT 30

GAYANT 31

GAYANT 32

GAYANT 33

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Traditions populaires
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
    L a Barge à queue noire Limosa limosa est un limicole élégant de grande taille mesurant de 40 à 44 cm environ. Deux populations de barges à queue noire fréquentent le territoire français : la Barge islandaise, et la Barge continentale. La première niche...
  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...
  • LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
    Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches....
  • Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
    Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier. Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux...

Pages