Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 05:32

 

Si cet été vous avez la chance de passer vos vacances – ou même un week-end – sur la côte picarde ou en baie de Somme et que vous avez la possibilité de vous offrir une balade aérienne au-dessus de cette surprenante région, n’hésitez pas !

Dépaysement et découvertes assurés ! Sous vos pieds défileront des paysages aussi variés que surprenants, de Mers-les-bains, la romantique, à Saint-Valery, la médiévale, puis en survolant les falaises avant le bois de Cise, vous apercevrez déjà au lointain la Réserve Naturelle de la baie de Somme baignée dans une prodigieuse lumière, puis enfin Le Crotoy.

Avant de découvrir le site du Marquenterre et le massif dunaire, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir des phoques se reposant sur un banc de sable, profitant des rayons du soleil loin de toute présence humaine.

Décollage immédiat !

 

Photographies aériennes Guy Sadet/Pilote Philippe Pallu

 

MERS-LES-BAINS

 

PH 1 MERS- les-Bains

 

De falaises en falaises : de Mers-les-Bains à Ault-Onival

 

PH 2 FALAISES

 

C'est au sud de la côte picarde que se profilent les dernières falaises du Pays de Caux. Culminant à près de 80 mètres, ces monuments de craie vive imposent leurs abruptes silhouettes face à la Manche, dont la houle arrache les silex qui migrent vers le Nord. Ils deviendront galets par le roulement des flots. C'est en fin de journée, quand les rayons du soleil éclatent sur les falaises et que les reflets sur l'eau révèlent des couleurs plus douces, que le spectacle est le plus étonnant.

 

Bois de Cise

 

PH 3 BOIS DE CISE

 

Le bois de Cise, perché en crête de falaise entre Mers-les-Bains et Ault, est un bois naturel dont l'origine se perd dans la nuit des temps, situé sur une valleuse qui chute en mer. C’est sans doute l’un des sites les plus pittoresque de la côte picarde : le bois de Cise après avoir été un simple rendez-vous de chasse, va se transformer dès la fin du XIXe siècle grâce à la vogue croissante des bains de mer qui va révolutionner tout le littoral des bords de Manche. Quelques aristocrates fortunés prennent ainsi l'habitude de venir aux bains de mer sur la côte à la belle saison. L'arrivée du chemin de fer au Tréport fait apprécier à la bourgeoisie parisienne Mers-les-Bains et Onival-les-bains. Le bois de Cise, quant à lui, a été découvert par des promeneurs qui empruntaient le sentier des douaniers par la crête des falaises. C'est un certain Jean-Baptiste Theulot qui entreprit les travaux d'aménagement du site en 1898. Trois obstacles s'opposent au développement de cet étonnant endroit : l'impossibilité d'accéder à la mer parce que valleuse suspendue, le caractère sauvage de la plage et les difficultés d’approches à l'intérieur de la partie boisée. C'est au pic que l'ouverture de la falaise fut pratiquée par des ouvriers attachés à de solides cordages afin d’offrir aux estivants un accès à la mer.

De très belles villas, des chalets, des hôtels, des restaurants, casinos, squares, guinguettes, et une chapelle sortent de terre pour le plus grand bonheur de propriétaires fortunés. Une avenue coupe le bois jusqu'à la plage ; de nombreux sentiers, coupés d'escaliers, conduisent d'un versant à un autre du vallon. Ils portent des noms poétiques : les uns évoquent les fleurs, les fruits ou les arbustes du bois ; les autres des oiseaux ou des animaux du bois. Si l’endroit a connu quelques légitimes évolutions, il n'en demeure pas moins un lieu où il fait bon vivre, débordant de charme et de romantisme.

 

Bois de Cise

 

AULT-ONIVAL

 

PH 4 AULT-ONIVAL

 

LE HÂBLE D’AULT

 

PH 5 Le Hâble d'Ault

PH 6 Le Hâble d'Ault

 

CAYEUX-SUR-MER

 

PH 8 Cayeux sur mer

PH 9 Cayeux sur mer

 

BRIGHTON LES PINS

 

PH 10 Brigthon-les-Pins

 

La pointe et le petit port du Hourdel

 

Port du Hourdel

 

PH 11 La pointe du Hourdel

PH 12 La Pointe du Hourdel

 

A l'extrémité nord de la plage de Cayeux-sur-mer se dessine la pointe du Hourdel . Cette pointe, qui s'avance vers le centre de la baie, abrite un petit port depuis 1833 aujourd'hui quelque peu délaissé en raison de l'ensablement de la baie. La pointe du Hourdel est l’avancée méridionale du poulier de la baie de Somme, qui progresse vers le nord par l'apport de galets fournis par la falaise du pays de Caux. Autrefois, le phare marquait la pointe nord de ce hameau de pêcheurs.

De nos jours, les touristes, visiteurs et randonneurs y sont plus nombreux que les pêcheurs, et les bateaux des plaisanciers ont remplacé ceux des marins-pêcheurs !

 

La chapelle des marins face à l’embouchure de la baie

 

CHAPELLE DES MARINS

 

La chapelle Saint-Valery – dite des marins – fut édifiée sur le promontoire qui surplombe la baie, lieu du premier ermitage de Valery qui fut plus tard canonisé et qui donna son nom à la ville. Profané pendant la révolution, cet édifice fut remplacé par une nouvelle chapelle construite en 1878. De style néogothique, respectant la tradition des murs en damiers de pierre blanche et de silex, elle a également comme particularité son clocher surmonté d'un goéland. Sur ses murs figurent de nombreux ex-voto, dont certains des grandes guerres.

C’est à l’endroit même où se dresse aujourd’hui cette chapelle que Valery serait mort le 12 décembre 622, au terme de onze années d’ermitage. Inhumé ici selon ses propres volontés, ses reliques auraient été dérobées par le comte de Flandre en 939, en même temps que celles de Saint-Riquier. Transportées à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), c’est à Hugues Capet, alors comte de Paris, que revint la charge de les récupérer et de les restituer en leurs lieux et places. En 980, il vit Valery en songe : ce dernier lui promit le trône de France s’il s’emparait des reliques des deux saints. Ce fut chose faite en 981, six ans avant qu’il ne soit sacré roi de France par l’archevêque de Reims, à Noyon.

 

 

Le parc du Marquenterre

 

Au coeur de la réserve naturelle de la baie de Somme, le parc ornithologique du Marquenterre est une escale privilégiée pour des milliers d'oiseaux migrateurs.

Situé au carrefour des pays d'Europe du Nord et des pays d'Europe du Sud et d'Afrique, le parc du Marquenterre sert de reposoir pour des milliers d'anatidés, de limicoles et de laridés. Il est un lieu de nidification pour les cigognes, avocettes, hérons, aigrettes et spatules. Il s'étend sur 200 hectares de terre, dont plus de la moitié est issue d'un ancien polder agricole. Trois-cent-quarante espèces d'oiseaux sauvages ont pu y être observées, soit la moitié des espèces en Europe, dont plus d'une centaine niche sur le parc. Quatre mille oiseaux y sont bagués chaque année pour leur suivi migratoire. Dédié à l'observation de la nature depuis sa création, des espèces animales et végétales de la baie de Somme, le parc du Marquenterre a été conçu comme un havre de tranquillité et de nourrissage pour ses hôtes qui y font escale sans crainte. Certaines espèces y passent l'hiver ou y nichent au printemps. Les oiseaux qui séjournent en baie de Somme se réfugient dans le parc du Marquenterre quand la mer envahit l'estuaire lors des grandes marées d’équinoxe.

C'est un site d'observation parmi les plus importants d'Europe.

 

PH 22 MARQUENTERRE

PH 23 MARQUENTERRE

PH 24 MARQUENTERRE

 

Retour de baie pour la calèche du Marquenterre

 

   Fin de balade pour les visiteurs du parc qui ont choisi ce moyen on ne peut plus écologique – la marche à pied mise à part ! – pour visiter la baie en compagnie d’un guide nature.

Dans l’immensité de la baie, les deux solides chevaux de trait boulonnais rentrent au bercail, tractant bravement la calèche, la journée s’achève.

 

PH 25 Marquenterre

PH 26 MARQUENTERRE

 

Bouchots entre Quend et la pointe de Saint-Quentin-en-Tourmont

 

PH 26 Bis Bouchots à Quend

 

La Réserve Naturelle

 

D’une superficie de 3000 ha, la Réserve Naturelle située au nord-ouest de la baie s’ouvre sur la Manche entre la pointe de Saint-Quentin-en-Tourmont au nord et celle du Hourdel au sud.

Plus de trois-cents espèces d’oiseaux ont été recensées dans la réserve naturelle, parmi lesquelles l’huîtrier pie, le tadorne de Belon, le héron cendré, le canard siffleur, le vanneau huppé, le pluvier argenté, la spatule blanche… La réserve abrite également une flore riche et variée.

On observe la parnassie des marais, l’élyme des sables et le chardon des dunes, emblème du Conservatoire du littoral.

Côté mer, ce milieu remarquable bercé par le mouvement perpétuel des marées, est un site d’exploitation des coques – hénons en picard. Tous les bancs de coquillages exploitables sont situés dans la réserve naturelle.

Côté terre, la réserve naturelle est constituée par le parc du Marquenterre, signifiant littéralement « mer qui entre en terre ».

La plus grande menace pour la réserve est l’ensablement qui diminue les surfaces de vasières productives de ressources alimentaires pour les oiseaux, notamment les limicoles, et conduit à la végétalisation de surfaces de plus en plus importantes.

 

PH 13 Réserve Naturelle

PH 14 Réserve Naturelle

PH 15 Réserve Naturelle

Ph 16 Réserve Naturelle

PH 17 Réserve Naturelle

PH 18 Réserve Naturelle

PH 19 Réserve Naturelle

PH 20 Réserve Naturelle

PH 21 Réserve Naturelle

 

Au fond de la baie, le repos des phoques

 

Au milieu de nulle part des phoques se reposent là où l’homme ne viendra pas les déranger.

Le mois dernier, trois-cent-quatre phoques veaux-marins et quatre-vingt-trois phoques gris ont été observés sur un reposoir à marée basse par l’association Picardie-Nature.

 

PH 27 PHOQUES

PH 28 PHOQUES

PH 29 Baie de Somme

 

Un troupeau de moutons paissant dans les mollières face à Saint-Valery

 

PH 30 ST VALERY MOUTONS

PH 31 ST VALERY MOUTONS

 

Agneau d’herbage, l’agneau de pré salé pâture entre 75 et 200 jours par an en baie – de mars à novembre – et se nourrit de la flore (obione, aster maritime, pucinelle, salicorne…) saline et iodée des pâturages régulièrement recouverts par la mer (mollières ou prés salés).

C’est cette végétation unique qui donne à la viande son grain très fin, sa couleur rosée et sa saveur exceptionnelle, faite d’un parfum subtil d’iode, de flore maritime et de noisette légère qui fait le plaisir des gourmets.

Ce produit bien picard a obtenu son AOC en 2007 (pour obtenir l'appellation, les agneaux doivent pâturer en baie au minimum 75 jours). Le cheptel s’élève désormais à 4 000 brebis. Chaque année, entre 1 800 et 2 000 agneaux naissent.

Des écrits remontants au Moyen Âge indiquent déjà la présence de moutons en baie. A l’époque, c’était le berger communal qui utilisait les mollières pour y faire paître les animaux du village.

Transmise de génération en génération, la passion pour l’élevage ovin a permis de perpétuer unsavoir-faire. Le berger, gardien des troupeaux de plusieurs éleveurs, connaît par coeur la baie et ses courants. Il mène son troupeau aidé de ses chiens au gré des chenaux et des marées.

Il existe quatre grands troupeaux de brebis en baie de Somme.

 

Pour voir le sujet sur LA BAIE DE SOMME VUE DU CIEL , cliquez ICI

 

PH 10

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans Coup de coeur
commenter cet article

commentaires

Frédérique 13/04/2015 21:36

superbe
je suis étudiante en paysage et je fais mon diplôme de 4° année sur les Bas Champs
je rêvais d'avoir de telles photos pour travailler
promis je mettrai le nom des auteurs de ces photos.

Gabriel 12/06/2013 13:13

Encore un fois et j'espère qu'il y auras plein d'autre ''TOUTE MES FÉLICITATION '' pour ce reportage magnifique il n'y a pas de mots pour ce rêve merci Guy

Fabymary POPPINS 12/06/2013 07:28

merci beaucoup pour ce beau reportage mon HERMIONE est surement encore là bas elle n'avait pas quitté la baie et a été vu souvent tant qu'elle avait sa balise, je transmets ton billet à une amie
que j'accueille cet été pour lui faire découvrir la baie, bonne journée

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...
  • LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
    Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches....
  • Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
    Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier. Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux...
  • QUAND LILLE RENOUE AVEC LA «RONDE DES GÉANTS»
    Ronny, le poète bièrologue vient de faire son entrée dans le monde des Géants du Nord Grosse affluence ce samedi dans les rues du centre-ville de la capitale des Flandres ainsi que dans les artères animées du quartier du Vieux-Lille où se déroulait la...

Pages