Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 05:38

 

 

VAUTOURS ROUGON 1

 

 

Il est encore tôt en ce matin d’octobre. Après avoir traversé le paisible et encore endormi village de Rougon, blotti contre son impressionnant piton rocheux, je m’engage sur un sentier caillouteux qui serpente vers les crêtes, juste après la dernière demeure du bourg aux allures médiévales et à l’authentique charme provençal.

La lumière un peu crue du soleil levant a malheureusement déjà remplacé les premières belles lueurs rougeâtres de l’aube, lorsque j’arrive enfin sur le plateau qui surplombe les gorges. La végétation est ici encore très méditerranéenne, bien que les premières influences alpines se fassent sentir. Le spectacle est à couper le souffle et mieux vaut ne pas avoir le vertige.

Sur un rocher face au village, une trentaine de vautours fauves scrutent l’horizon. La scène est presque surréaliste ! Ils attendent ainsi que le réchauffement de l’atmosphère crée des ascendances thermiques afin qu’ils puissent s’élever dans les airs sans effort. Plus tard dans la matinée, ils partiront alors à la recherche de nourriture par petits groupes.

Ces grands voiliers du ciel, se laisseront planer la plus grande partie de la journée et surtout en début de soirée en esquissant de grands cercles au-dessus des gorges. Parfois ils disparaissent de longs moments, puis ils reviennent. Le moment est à la rêverie, à l’apaisement.

Leur vol silencieux sera seulement troublé par le sifflement de l’air qui glisse dans leurs ailes…

 

VAUTOURS ROUGON 2

 

VAUTOURS ROUGON 3

 

VAUTOURS ROUGON 4

 

VAUTOURS ROUGON 5

 

 

Le retour du géant des airs

 

VAUTOURS ROUGON 6

 

VAUTOURS ROUGON 7

 

VAUTOURS ROUGON 8

 

 

Ce magnifique géant des airs qu’est le vautour, dont l’envergure peut atteindre 2,65m et peser jusqu’à 7 à 8 kg, avait disparu des gorges du Verdon et des Alpes. Les causes de cette disparition au cours du début du XXe siècle sont multiples, en premiers lieux le déclin des coutumes pastorales, l’empoisonnement des cadavres d'animaux à la strychnine afin de se débarrasser des grands carnivores comme le loup et l’ours dont ce rapace se nourrit. Il fut aussi la cible de tirs intempestifs, ou victime de préjugés liés à sa mauvaise réputation. Grâce au lancement d'un programme de réintroduction ayant conduit aux premiers lâchers en 1999, il a fait son retour au sein de l’écosystème montagnard encore bien préservé. Le vautour fauve est la plus commune des trois espèces observables en France, avec le vautour moine et le vautour percnoptère.

 

VAUTOURS ROUGON 10

 

VAUTOUR ROUGON 11

 

VAUTOURS ROUGON 12

 

 

A Rougon - Alpes de Haute-Provence - où ces images ont été prises, il est possible d’apercevoir dans le ciel ou sur les falaises des gorges des vautours fauves introduits dans le Verdon durant la période 1999-2004. Cette colonie se reproduit naturellement depuis 2002, et 222 juvéniles se sont envolés des falaises du grand canyon. En 2013, elle compte 300 individus, une centaine de couples et son domaine vital s'étend sur 600 000 hectares.

On observe également avec bonheur des vautours moines réimplantés à partir de 2005 dont la première nidification a eu lieu cette année. Un poussin est né en avril, ce qui représente un événement historique pour la région, la dernière reproduction avérée datant de 157 ans ! Des vautours percnoptères nichent sur le site depuis 2007. Après la première reproduction réussie en 2011, le couple a de nouveau niché cette année.

 

VAUTOURS ROUGON 13

 

VAUTOURS ROUGON 14

 

VAUTOURS ROUGON 17

 

VAUTOURS ROUGON 16

 

 

Un équarrisseur naturel

 

VAUTOURS ROUGON 18

 

Le maintien sur le site de cette importante population de vautours fauves repose sur un partenariat gagnant-gagnant établi depuis entre les éleveurs de la région et ces magnifiques rapaces si longtemps persécutés par les hommes, bien souvent par ignorance ou croyances ancestrales.

En effet, lorsqu'un animal meurt dans un élevage, l'éleveur est évidemment tenu de faire appel à un service d'équarrissage qui emporte et traite les carcasses. Ce service permet notamment d'éviter que les cadavres ne séjournent dans les pâturages, favorisant de ce fait la propagation de maladies. Les éleveurs sont bien entendu redevables d'une taxe d'équarrissage.

Dans le Verdon, ce sont les vautours, véritables éboueurs des alpages, qui assurent ce service. En effet, les bénévoles de la ligue pour la protection des oiseaux récupèrent de façon régulière les carcasses dans les exploitations et alimentent un charnier sur lequel les vautours se nourrissent. Depuis 1999, ce système a permis d’éliminer naturellement plus de 250 tonnes de cadavres d’ovins et de caprins.

 

VAUTOURS ROUGON 19

 

 

Il faut reconnaître à ce rapace nécrophage écologiste un rôle crucial en tant qu'éboueur de la nature, doté de facultés digestives lui permettant d'éliminer les bactéries et les virus, préservant ainsi les nappes phréatiques des sources de pollution diverses, particulièrement dans les massifs calcaires et perméables. Le vautour fauve ne se contente pas de s’alimenter sur l’aire de nourrissage ou sur les placettes mises en service depuis peu par des éleveurs (il peut aussi très bien jeûner quelques jours) ; il parcourt en effet des distances importantes à la recherche de cadavres d’animaux sauvages en parcourant plusieurs dizaines, voire centaines de kilomètres par jour, en utilisant les courants ascendants afin de s’économiser. Mais les déplacements journaliers de la colonie se situent dans un rayon de trente kilomètres autour de Rougon. Dans le Verdon, la faune est très riche.

Cela suppose donc une nourriture potentielle importante pour les vautours. On trouve de belles populations de gibiers sauvages comme le chevreuil, le cerf, de plus en plus nombreux, en provenance des Alpes-Maritimes toutes proches, le sanglier, ainsi que le chamois. Toutefois, un soir de l'été 2012, 163 oiseaux ont été dénombrés sur une falaise du massif du Mounier, près de Beuil, dans le Mercantour. La plupart de ces visiteurs arrivaient du Verdon, distant d'environ 60 km, quelques autres venaient de la Drôme, des Cévennes et... d'Espagne. Cela n'aurait rien d’extraordinaire : dernièrement, des vautours bagués en Espagne ont été observés dans le département... des Ardennes !

 

LE VAUTOUR FAUVE

 

VAUTOURS ROUGON 15

 

 

Le vautour fauve se distingue par son long cou recouvert d’un fin duvet, sa collerette blanche, et son plumage fauve. Son bec recourbé et ses serres nous disent que c’est un rapace.

C’est l’un des plus grands rapaces d’Europe. Malgré sa taille, il est incapable de capturer une proie vivante. Il peut planer des heures entières sans s'arrêter ; par contre, à cause de son poids, il est incapable de pratiquer un vol battu sur de longues distances.

Il se laisse planer par les masses d’air en mouvement pour s’élever en spirale et sans effort à plusieurs centaines de mètres au-dessus du relief, parcourant ainsi de grandes distances. Il profite ainsi des ascendances thermiques produites par le réchauffement solaire du sol et des falaises. Il profite également des courants des pentes, c'est-à-dire les courants qui se forment lorsque le vent bute contre les falaises. C'est pour cette raison que le vautour attend les heures les plus chaudes de la journée pour s'élancer, à moins que le vent ne lui permette de voler plus tôt. Dans ce cas, il peut s'envoler dès l'aube.

 

VAUTOURS ROUGON 9

 

Ces oiseaux nichent uniquement en falaise. Ce sont des rapaces rupestres qui utilisent aussi cet habitat pour le repos diurne et nocturne. Grégaires, ils vivent en groupe au sein d'une colonie.

Ce mode de vie leur facilite la recherche de nourriture lors des déplacements. Leur vue est très perçante : des études ont prouvé qu’ils peuvent apercevoir un objet de trente centimètres, à plus de trois kilomètres de distance ! Lorsque l’un d’eux repère une carcasse, il s’en approche, indiquant par là-même aux autres vautours la présence de nourriture. Ainsi, en quelques minutes, la colonie complète est prête à commencer la curée. Après leur passage, seuls resteront les os et la peau.

Les couples sont souvent unis pour la vie. Les vols nuptiaux sont effectués à proximité des sites de reproduction et des dortoirs. Ce rapace se reproduit pour la première fois à l’âge de quatre ou cinq ans. Le couple vole le long des parois rocheuses, l’un des partenaires légèrement au-dessus de l’autre. Les accouplements ont lieu sur le nid ou à proximité de celui-ci, dès le mois de décembre. Il niche très tôt : l’unique oeuf est pondu entre la fin décembre et la mi-mars. Le nid est construit d’un amas sommaire de branches, deux à trois semaines avant la ponte. Les deux adultes participent à la construction de celui-ci, à l’incubation et à l’élevage du jeune. L’incubation dure environ 54 jours. Le poussin, qui pèse 170 à 210 g à sa naissance est nourri par régurgitation. Le séjour du jeune au nid est d'environ 120 jours. Après l’envol, il reste encore plusieurs semaines avec ses parents dont il est dépendant pour l’alimentation.

 

 

… Des lumières et des couleurs automnales … dignes d’un été indien.

 

VAUTOURS ROUGON 20

 

VAUTOURS ROUGON 23

 

VAUTOURS ROUGON 22

 

VAUTOURS ROUGON 21

 

Vue et image panoramique des gorges prise du Point Sublime.

Ce point de vue se trouve sur la rive droite, en dessous du village de Rougon.

 

VAUTOURS ROUGON 24

 

 

 

Pour suivre l'actualité sur les vautours, consultez le site de la L.P.O. VERDON  en cliquant ICI

 

LPO VERDON

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article

commentaires

Barriteau 23/09/2016 13:49

Bjr moi je vs contacte en faite car je cherche de statut de vautour en pierre de grande envergure pour mettre sur des piliers d entre j ai trouve ded aigle mais c des vautour que l on voudrait taille ds la masse .pouvrz vd m aiguiller d il vs plait ou puis-je tel a quelqu un un sculteur peut etremerci de me repondre

Gerard Amarrurtu 20/07/2015 18:18

je découvre votre site avec un très grand plaisir de très belles photos quelle régale
Cordialement
Gérard Amarrurtu

Paul 22/05/2015 12:23

Bonjour,
J'ai mis une de vos photos du vautour fauve sur le topo des trois Mourres par Blieux, sur le site Altitude rando.
http://www.altituderando.com/Les-trois-Mourres-par-Blieux
Je mets également un lien vers votre blog
Si cela ne vous convient pas faites le moi savoir et je supprimerai

cordialement

Paul Régnier

laurent 19/12/2013 10:55

Bonjour Guy,

je découvre ton site avec un très grand plaisir ton articles sur ces vautours étayés par de belles photos sont un régal pour l' amateur que je suis, c' est aussi avec ce type de message que l' on
arrivera à faire changer les mentalités,

merci du partage et bonne continuation !

Fred Hollebecque 23/10/2013 08:35

Magnifiques images, de nouveau. On a du mal à se croire en France ! Bravo Guy.

Doriane boilly 23/10/2013 08:35

Un magnifique reportage sur les vautours fauves Un magnifique souvenir photographique superbes photos oiseaux magnifiques
Amitié Doriane

brigitte59 23/10/2013 08:27

Merci pour ces superbes prises de vue qui nous font découvrir un oiseau splendide, méconnu, pour lequel nous pouvons avoir des préjugés néfastes.
J'espère que l'Homme devient intelligent, et laissera faire la nature.
Chaque être vivant est un maillon d'une chaîne formidable, mais quand l'Homme supprime un petit maillon : c'est la Catastrophe !

Gabriel 23/10/2013 08:10

Comme d'habitude article complet et très jolie reportage

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...
  • LE BRAME DU CERF AU RICHMOND PARK (LONDRES)
    Le mâle se hâte de féconder une biche en chaleur avant de se faire ravir la place Lorsque mon fils m’appela de très bonne heure, dimanche matin, j’étais à l’affût face à un superbe cerf douze cors occupé à surveiller sa harde d’une dizaine de biches....
  • Baie de Somme : les oiseaux assurent le spectacle les jours de grandes marées
    Spectacle grandiose ces derniers jours de grandes marées, du côté du banc de l’Ilette*, au nord de la réserve naturelle nationale de la baie de Somme où les oiseaux chassés par les flots viennent se réfugier. Des milliers d’huîtriers-pie, des bécasseaux...
  • QUAND LILLE RENOUE AVEC LA «RONDE DES GÉANTS»
    Ronny, le poète bièrologue vient de faire son entrée dans le monde des Géants du Nord Grosse affluence ce samedi dans les rues du centre-ville de la capitale des Flandres ainsi que dans les artères animées du quartier du Vieux-Lille où se déroulait la...

Pages