Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 09:52

 

 

    On dit de ce magnifique oiseau qu’il est plus facile de l’entendre que de le voir… et a fortiori de le photographier. Je confirme. Il ne m’a pas été aisé de réaliser ces quelques images prises aux abords des étangs de Villepey, près de Fréjus (Var).

    J’ai joué à cache-cache avec le beau rallidé sans grand succès durant les premiers jours, si bien que j’ai dû improviser un affût de fortune et attendre de longues heures afin de l’immortaliser dans de bonnes conditions.

 

RÂLE 1

RÂLE 2

 

 

    Cet oiseau se distingue de tous les autres rallidés par son long bec rouge. Mâles et femelles sont de même couleur et mesurent de 25 à 28 cm de longueur. Le dos est brun tacheté de noir et la poitrine est gris ardoisé. Son iris est rouge voire marron rougeâtre.

    Sa courte queue est souvent relevée et montre des sous-caudales blanches. La gorge et la poitrine sont ardoisées. Il a de longues pattes rougeâtres.

    La femelle est plus terne que le mâle. Le râle jeune a un bec plus court et moins coloré. Ses flancs sont aussi moins contrastés. Sa gorge et le milieu de la poitrine sont blanc terne ; il est gris tacheté en dessous.

    Il mène une vie cachée dans les roselières, à proximité des étangs et des milieux humides, là où l’eau est peu profonde et de bonne qualité.

 

RÂLE 3

RÂLE 4

 

    Grâce à son long bec effilé, il fouille la vase à la recherche d’aliments.

    Le râle d’eau est omnivore, il se nourrit d’insectes et de leurs larves. Il consomme aussi des vers, des mollusques, des crustacés, des petits poissons, des araignées. Il ne néglige pas non plus les amphibiens et petits rongeurs mais également des matières végétales, surtout en automne et en hiver.

    Vif et nerveux, le râle d'eau l'est lorsqu'il s'aventure prudemment à découvert pour picorer sur une plage de boue en lisière des roseaux.

    A pas mesurés, s'il est tranquille, on le voit s'avancer et inspecter le sol en quête de quelque aliment. Le cou plus ou moins engoncé dans le corps et les battements de queue espacés dénotent encore une quiétude relative. Mais un rien l'alerte : le cou dressé, le corps soudain émacié et les jambes tendues, les mouvements rapides de la queue précèdent en un clin d'oeil sa fuite au pas de course vers un abri, fuite volontiers accélérée par des battements d'ailes et accompagnée de petits cris. Surpris, il prend un essor vertical, la pattes ballantes, vole sur quelques mètres au ras des herbes ou des roseaux, puis s'y laisse chuter et disparaît. Souvent résonne alors son grand cri poignant, comme celui d’un porcelet égorgé.

    En effet, le râle d’eau vole peu et paraît alors très maladroit, ses ailes courtes ne lui permettant que de brefs déplacements.

 

RÂLE 5

RÂLE 6

 

 

Reproduction

    C'est assez tard, entre fin avril et fin juin, que la femelle pond là sept à dix oeufs et les couve durant trois semaines, nourrie par le mâle qui la remplace pour de courtes relèves. Il arrive que, si la couvée est dérangée, les adultes transportent ailleurs les oeufs ou les poussins.

    Ces derniers sont parfaitement capables de quitter le nid à peine sec, juste après leur éclosion.

    D'habitude ils y demeurent plus longuement avant de courir derrière leurs parents, qui assurent entièrement leur alimentation pendant les cinq premiers jours. Ils commencent alors à picorer et à l'âge de deux semaines n'ont plus besoin de la becquée. Peu après, les adultes les abandonnent et ce n'est qu'à sept ou huit semaines qu'ils sont capables de voler.

Protection / Menace

    Même si l’espèce n’est pas menacée, il n’en demeure pas moins que les effectifs sont en régression, tant en Europe que sur le territoire français.

    La dégradation ou la disparition des habitats humides est sans conteste une cause de menace potentielle dans les secteurs où le râle d’eau niche, migre ou hiverne.

    On ne compte plus que 10 000 à 25 000 couples nicheurs en France et dans le nord de l’Alsace, la situation est plus préoccupante avec une chute des effectifs de l’ordre de 50 %.

    La population nicheuse européenne est quant à elle estimée à 160 000 couples. Elle est par ailleurs en fort déclin dans les pays de l’Est.

    Le râle d’eau est chassable mais cependant peu apprécié des chasseurs et les prélèvements cynégétiques sont de ce fait assez faibles.

 

RÂLE 7

RÂLE 8

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Sadet - dans OISEAUX
commenter cet article

commentaires

Fabymary POPPINS 18/02/2012 09:28

bonjour Guy, je reviens admirer tes superbes photos, bon we

Pierre59 02/02/2012 22:51

Félicitations mon Guy !
Super sujet, excellent reportage et comme toujours très bien documenté.
Je ne connaissais pas, maintenant grâce à roi, je sais !

Fred Hollebecque 02/02/2012 14:23

Je sais donc à présent à quoi ressemble un râle d'eau !
Bravo pour ces images manifestement précieuses.

fabymary POPPINS 02/02/2012 13:22

magnifique ça valait le coup, merci Guy pour ta patience

duborper émilien 02/02/2012 12:37

Salut Guy excellent boulot!! une très belle observation!! et de magnifiques photos!!
Amicalement émilien

Présentation

  • : Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • Le blog de nature-ailes.over-blog.com
  • : Comme le suggère le titre , ce blog est consacré aux oiseaux , également aux animaux en général. ... Beaucoup de photographies et peu de textes ; priorité est donnée à l'image . Tous les oiseaux ou animaux présentés sont photographiés dans le milieu naturel où ils évoluent , parfois dans un parc ou réserve ornithologique , rarement dans un zoo - sauf mention spéciale - Je propose également dans d'autres rubriques , des images de fêtes populaires ou d'événements culturels .
  • Contact

Profil

  • Guy Sadet

TRADUCTION

 

Rechercher

Articles Récents

  • CARNET ROSE CHEZ LES PHOQUES DE BERCK-SUR-MER
    Depuis le temps que nous attendions cet heureux événement, une naissance de bébé phoque a bien eu lieu cette année en baie d’Authie ! D’autant plus qu’en début de saison sept femelles gestantes avaient été observées sur les bancs de sable berckois, d’aucuns...
  • Balade ornithologique, du Teich (Gironde) aux Aiguamolls de l’Empordà (Espagne)
    Chaque printemps me pousse à me rendre sur le bassin d’Arcachon. C’est un lieu où j’aime me ressourcer après un hiver passé dans les brumes du Nord. Respirer l’air de l’Océan tout en profitant des paysages baignés par une jolie lumière me fait le plus...
  • LA BARGE À QUEUE NOIRE : L’ÉLÉGANTE DES POLDERS
    L a Barge à queue noire Limosa limosa est un limicole élégant de grande taille mesurant de 40 à 44 cm environ. Deux populations de barges à queue noire fréquentent le territoire français : la Barge islandaise, et la Barge continentale. La première niche...
  • Le Jaseur boréal : une touche d’exotisme septentrional…
    L orsque l’ami Bernard m’a dit à la fin du mois d’octobre dernier : « Je crois que cette année, nous aurons un hiver à Jaseurs boréaux », je me réjouissais déjà en pensant à une invasion de ces splendides oiseaux colorés à l’aspect exotique, venant tout...
  • Panure à moustaches : elle assure le spectacle dans la roselière !
    C ’est un divertissement aussi surprenant qu’amusant qu’offre la Panure à moustaches… lorsque cet oiseau singulier d’aspect exotique daigne se montrer, car il se veut discret, le bougre ! Discret mais aussi terriblement remuant lorsqu’il évolue dans la...
  • UN BUTOR ÉTOILÉ EN HIVER
    Une fois n’est pas coutume, les photographes fréquentant régulièrement une certaine réserve naturelle située dans la vallée de la Lys, en Belgique, sont particulièrement gâtés cet hiver ! En effet, depuis quelques semaines, trois, voire quatre butors...
  • RETOUR À RICHMOND (GB) POUR IMMORTALISER LE BRAME
    Je suis donc retourné la semaine dernière à Richmond Park* dans la banlieue sud de Londres, afin d’immortaliser le brame du cerf… n’en déplaise à certains puristes ou inconditionnels du milieu sauvage ! Bien entendu les images produites à Richmond ont...
  • PICARDIE : TIENS, REVOILÀ LE GUÊPIER D’EUROPE !
    Le guêpier d’Europe se reproduit principalement dans le sud de la France, jusqu’en Corse où se trouvent ses plus gros effectifs. Il est également nicheur en maintes régions et départements plus au nord : Midi-Pyrénées, vallée du Rhône, Bourgogne, Jura,...
  • Réserve ornithologique du Teich : la vie en pleine éclosion
    Un chant matinal dans la phragmitaie, celui de la rousserolle effarvatte. Petit Gravelot Accouplement d'échasses blanches Croisement de becs après l’accouplement Je suis libre ! Poussin d’échasse blanche. Nidifuge, il est capable, à peine sorti de sa...
  • Le bain des « givrés » 2016 à Dunkerque
    Près de 500 givrés - c’est un record - se sont baignés dans la mer du Nord ce vendredi 1er janvier afin de célébrer la nouvelle année. Cette manifestation, inscrite désormais dans le calendrier festif de la cité de Jean-Bart, continue de rassembler au...

Pages